OM : la très belle soirée du revanchard Valentin Rongier

Laissé de côté pendant ce début de saison, Valentin Rongier fêtait sa première titularisation à l'Orange Vélodrome ce samedi soir contre l'ASSE. Il a étincelé et donnera des maux de tête à Jorge Sampaoli.

Valentin Rongier lors d'OM-ASSE
Valentin Rongier lors d'OM-ASSE ©Maxppp
La suite après cette publicité

La saison de Valentin Rongier n'avait pas franchement démarré sous les meilleurs auspices. En effet, l'ancien Nantais, relativement décevant la saison passée, voyait arriver dans son entrejeu Gerson et Mattéo Guendouzi au marché estival. Pis encore, Pape Gueye semblait lui passer devant tandis que Boubacar Kamara était encore bel et bien là.

Lors de la première journée de championnat, alors qu'il s'échauffait tranquillement le long des tribunes de la Mosson, il recevait une bouteille en plein visage, lui ouvrant la lèvre et le contraignant à devoir abandonner son idée de rentrer en jeu. Il avait ensuite joué 19 minutes au Vélodrome contre Bordeaux, puis 34 minutes dans le tristement célèbre OGC Nice-OM.

Le Rongier timoré s'en est allé

Mais, ce samedi soir, surprise. Jorge Sampaoli décidait de le faire débuter sur le flanc droit du milieu de terrain, remplacement Kamara, ce dernier prenant place dans l'entrejeu où évolue un Pape Gueye sur le banc. Dans ce rôle de milieu et de défenseur droit en phase défensive, il a excellé. En première période, il a tenté déjà trois frappes au but, signe qu'il se sent en confiance, comme il l'a avoué en conférence de presse : « je ne gamberge pas parce que la position dans laquelle le coach me demande d'évoluer physiquement c'est difficile. Jouer latéral en phase défensive et être dans la surface en situation offensive, la lucidité est difficile. Je dois continuer à travailler. Mon talon me laisse tranquille. On a fait une bonne préparation, j'ai fini le match avec des crampes, ce qui n'est pas habituel pour moi. Je vais continuer à travailler comme ça».

En deuxième période, c'était encore autre chose. Toujours aussi agressif sur le porteur de ballon, on lui trouvait une technique qu'on avait oublié pendant ses dernières sorties sous la tunique marseillaise. Comme si le Valentin Rongier timoré avait disparu, c'est lui qui offre le but de l'avantage à Gerson d'un plat du pied sur, avant de sortir (74e) sous une standing ovation bien méritée. Une prestation qui devrait rebattre les cartes à l'heure où Sampaoli a obtenu la signature de Pol Lirola, qui peut aussi évoluer à cet endroit du terrain...

Plus d'infos

Commentaires