OL : Bruno Genesio vide son sac

Parti de l'Olympique Lyonnais après trois ans et demi de bons loyaux services, Bruno Genesio est revenu sur sa fin houleuse dans le Rhône. L'occasion pour lui de faire une petite mise au point.

Genesio pas très confiant avant le choc face au PSG
Genesio pas très confiant avant le choc face au PSG ©Maxppp

À Lyon, l'ère Bruno Genesio semble avoir été très rapidement oubliée. Critiqué dès sa prise de fonction en tant qu'entraîneur principal des Gones, Genesio n'a pas résisté à la pression des supporters réclamant son départ depuis de nombreux mois. Malmené sur le plan médiatique, l'ancien technicien de l'OL ne restera pas longtemps dans les mémoires de ses détracteurs. La raison est simple : la légende du club, Juninho, est de retour, accompagnée de Sylvinho. Plutôt discret depuis son départ de l'OL, Genesio a toutefois profité d'une tribune accordée par Le Progrès pour revenir sur sa fin de règne.

La suite après cette publicité

À commencer par cette incroyable conférence de presse du 2 avril dernier, à l'issue de la demi-finale de Coupe de France perdue contre Rennes (2-3). Pour rappel, avant cet épisode, Bruno Genesio était censé prolonger son bail de deux ans et cette prolongation devait même être officialisée à ce moment précis... avant que l'intéressé et son président, Jean-Michel Aulas, ne viennent tout annuler en conférence de presse. Très marqué, Genesio est alors considéré comme victime d'une humiliation et surtout d'une incroyable erreur de communication de la part de son supérieur. Mais pour l'ancien coach rhodanien, ce n'est pas tout à faire le cas.

Genesio répond aux critiques

«Je pense qu’on a fait pas mal de fautes de communication à ce moment-là, moi le premier. On voulait venir avec le président pour montrer qu’il y avait une solidarité, ça été perçu autrement, comme une humiliation, alors que ce n’était pas du tout le cas». En attendant de connaître la vérité sur cette histoire, Genesio a, en revanche, confirmé que toute cette tension planant au-dessus du club liée à son cas personnel avait fini par pourrir la saison. «Le climat était devenu tellement difficile que ça rejaillissait sur les joueurs, il n'y avait plus assez de confiance et de sérénité pour aborder les matches. (...) Ce climat-là ne nous a pas aidés, on l’a payé très cher.» Une ambiance compliquée qu'a du mal à expliquer pour un homme qui estime ne pas avoir été traité avec respect en raison de son manque d'expérience.

«C’est difficile à expliquer. je trouvais normal qu’il y ait des doutes sur ma capacité à gérer un club comme Lyon quand j’ai pris l’équipe, surtout qu’avec l’entrée dans le nouveau stade, les gens attendaient un très grand nom avec un palmarès, une légitimité supérieure à la mienne. Que ça perdure comme ça pendant trois ans et demi, j’ai eu plus de mal à le comprendre. Peut-être que je n’ai pas été bien dans ma communication avec les supporters. Au début, certains médias se sont acharnés sur moi et ont favorisé ce bashing sur les réseaux. Ça m’a fait grandir. (…) J’ai toujours eu l’impression de ne pas avoir été pris au sérieux par ces gens-là. Qui sont-ils, qui représentent-ils ? Je n’en ai aucune idée.» Le message est passé.

Plus d'infos

Commentaires