AS Monaco : Aurélien Tchouameni dénonce les injures racistes subies à Prague

Aurélien Tchouaméni à l'entraînement
Aurélien Tchouaméni à l'entraînement ©Maxppp

Malgré la victoire de l'AS Monaco face au Sparta Prague dans le cadre du troisième tour qualificatif pour la Ligue des Champions mardi soir (0-2), Aurélien Tchouameni n'en ressort pas avec la plus grande satisfaction. En effet, les joueurs du club du Rocher se sont plaints de cris et injures racistes suite à l'ouverture du score de leur milieu de terrain, ce qui a obligé l'arbitre à interrompre la rencontre. Le Monégasque a tenu à réagir à cet incident sur ses réseaux sociaux : «Il est difficile de trouver les mots pour vous dire ce que je ressens par rapport à ce qui s'est passé hier. Après une année à jouer à huis clos, j'étais plus qu'heureux de renouer avec la foule dans un match officiel. C'est le football que je connais et que j'aime. J'ai célébré mon but, comme d'habitude, tandis que des bruits de singe étaient lancés autour de moi. Nous avons décidé en tant qu'équipe de répondre de la manière la plus brillante qui soit : sur le terrain. Je suis fier de mes coéquipiers, de notre entraîneur et de notre personnel pour la réaction que nous avons eue. Les messages haineux et les menaces de mort que j'ai reçus ne me monteront pas à la tête. Je ne laisserai pas la haine gagner ce match».

La suite après cette publicité

L'international espoirs français (4 sélections) a également adressé un message à l'UEFA, considérant que le protocole mis en place par l'instance en cas de message discriminatoire n'est pas assez efficace : Hier, l'arbitre a appliqué le protocole de l'UEFA. J'ai deux questions : «Pourquoi ne sommes-nous pas associés à la création de ce protocole, nous qui sommes victimes d'abus racistes ? Pourquoi peut-on arrêter un match pendant 5 minutes pour vérifier si un joueur était hors-jeu d'un pouce et qu'on ne peut pas faire la même chose pour les chants racistes dans le stade ? Hier, notre cam club était sur le terrain et a tout capté. C'était fort et clair. Nous l'avons entendu. C'est à notre tour d'être entendu. Le racisme n'appartient pas au football, ni à aucun autre endroit d'ailleurs. La diversité est la chose la plus précieuse que nous ayons dans ce monde et elle le rend beau. Je vous remercie tous pour les messages de soutien que j'ai reçus. Je suis Aurélien Tchouameni et je suis fier de mes racines. Personne ne me l'enlèvera».

Plus d'infos

Commentaires