Mercato : les chantiers prioritaires du Stade Rennais

Séduisants cette saison, les Rennais ont toutefois de gros regrets après avoir raté le podium. Et cet été, les Bretons vont agir en conséquence.

Bruno Genesio durant Nantes-Rennes
Bruno Genesio durant Nantes-Rennes ©Maxppp
La suite après cette publicité

Sur le papier, le Stade Rennais n’a pas à rougir. Sixième de Ligue 1 la saison dernière, les Rouge-et-Noir ont bouclé l’exercice 2021/2022 à la quatrième place du classement. Un résultat qui leur permet de rejoindre leur rival nantais en Ligue Europa. Cependant, les hommes de Bruno Genesio ont de gros regrets. Bien calés à la troisième place jusqu’à ce match à Nantes du 11 mai, les Rennais pouvaient ravir la deuxième place à l’OM.

Au final, le SRFC est tombé à la Beaujoire (1-2), ce qui a ruiné ses plans malgré un succès contre l’OM trois jours plus tard (2-0). Un constat qui va servir de leçon pour le prochain mercato. Dans les colonnes de L’Équipe, Bruno Genesio a clairement fait savoir qu’il souhaitait enrôler des éléments ayant justement l’habitude de ne pas craquer dans le money time d’une saison. « Il faut ramener dans l'effectif encore un peu d'expérience, car on a une équipe assez jeune en termes d'expérience, sans parler d'âge. »

Rennes a du pain sur la planche

Autre chantier, le poste de gardien. Acheté 14 M€ en 2020, Alfred Gomis affiche un bilan insuffisant. Le jeune Alemdar Dogan a montré quelques promesses, mais Genesio a confirmé que ce secteur de jeu sera étudié. « Il y a des réflexions en cours sur le poste de gardien, d'autres postes aussi, ça fait partie de notre travail avec Florian (Maurice) et les dirigeants sur ce qu'on peut encore améliorer. » Et question améliorations, Rennes cherchera à étoffer le milieu de terrain qui va perdre Jonas Martin. « Oui, on a besoin aussi, lorsqu'on n'a pas le ballon, d'avoir plus d'impact, de joueurs capables d'arracher des ballons dans les pieds de l'adversaire.»

Enfin, le plus dur sera de conserver les joueurs les plus courtisés tels que Benjamin Bourigeaud, Martin Terrier ou encore Hamari Traoré. « Le premier gros travail qu'on a à faire, c'est de conserver une ossature de cette équipe qui a bien fonctionné. Ça passe évidemment par des discussions avec ceux qui peuvent être sollicités. Après, il y a l'intérêt de Rennes, du joueur et du club intéressé, donc c'est toujours une réflexion à mener, car on sait que ce n'est jamais très bon de vouloir absolument retenir quelqu'un contre son gré. »

Plus d'infos

Commentaires