Info FM : à la découverte de Hubert Mbuyi Muamba, le prometteur roc du PSG

Chaque dimanche, Foot Mercato part à la découverte de jeunes talents de demain. Cette semaine, c'est Hubert Mbuyi Muamba qui est dans la lumière. À 15 ans, ce prometteur défenseur central fait le bonheur du Paris Saint-Germain. Un club où il a tout pour s'épanouir, lui qui réussit parfaitement à jongler entre football et études. Portrait.

Gros plan sur Hubert Mbuyi Muamba
Gros plan sur Hubert Mbuyi Muamba ©Maxppp

La tête et les pieds. Une image qui pourrait résumer parfaitement qui est Hubert Mbuyi Muamba. Doué balle au pied, le jeune homme âgé de 15 ans a rapidement attrapé le virus du football. Une passion transmise par son père Jean-Claude, ancien défenseur. «J'ai joué au foot et Hubert s'y est intéressé très vite. Il a commencé à taper ses premiers ballons à la maison à partir de 4 ou 5 ans. C'est parti de là. Ensuite, je l'ai inscrit dans son premier club à Thorigny. C'est là où tout a commencé». C'est aussi à ce moment-là qu'il a conclu le premier deal de sa vie. Et c'est avec son papa qu'il a passé un accord moral. «J'ai toujours tenu aux études. Donc quand Hubert a pris sa première licence, dès le départ nous avons fait un deal. Je lui ai dit : "si tu veux jouer au foot, c'est très bien, je suis derrière toi. Mais tu peux jouer à condition que l'école passe avant". Il a bien travaillé à l'école pour pouvoir jouer au foot où il a continué sa progression. J'ai senti qu'il était vraiment motivé». Très bon élève, il a toutefois fallu le rappeler à l'ordre une fois se souvient son père. «Quand il a commencé à Thorigny, il avait dérangé une fois à l'école, comme tout enfant. Je suis allé voir son premier éducateur et je lui ai dit "on arrête le foot". J'étais sérieux et l'éducateur est venu me voir à la maison pour me dire qu'il ne pouvait pas arrêter».

La suite après cette publicité

Il jongle parfaitement entre football et études

Et le natif de Montfermeil a continué à jongler avec succès entre football et études. Rapidement, il a tapé dans l'œil d'Eric Laclef, entraîneur à l'US Torcy. «Hubert était dans un club voisin. Il a été détecté de façon informelle, lors des rassemblements qui opposent les équipes du secteur. Et on a eu face à nous cette force de la nature. Il était au-dessus physiquement par rapport aux autres enfants de son âge et de sa catégorie. On a tout de suite détecté chez lui cette envie d'apprendre, de se sublimer en dépit de l'aisance qu'il avait par rapport aux autres enfants». Puis, tout est allé très vite. «Dans ce désir et cet objectif de progression, nous l'avons invité, avec l'accord de son père, à faire quelques séances avec nous. Ce qui lui a plu car il a intégré nos effectifs à l'âge de 10 ans pour ensuite jouer avec les catégories U11, U12 et U13». Conscients d'avoir un diamant brut à polir, Eric Laclef et ses équipes ont tout mis en oeuvre pour aider le jeune homme à avancer. «On s'est évertué à le faire travailler au maximum notamment sur la coordination, la psychomotricité, l'aisance technique. Au niveau athlétique, il avait un temps d'avance. Il fallait travailler techniquement pour être non pas juste un joueur athlétique, mais un joueur qui a une palette plus importante».

Au-delà de ses capacités physiques ou techniques, le footballeur né en 2003 s'est aussi servi de sa tête. Son père le décrit comme un garçon mature et intelligent avec du caractère. Même son de cloche du côté de son ancien entraîneur. «C'est un enfant très intelligent. Il a une grosse capacité à intellectualiser le jeu, il est toujours dans le questionnement avec pour objectif de comprendre pourquoi il fait les choses, ce qui peut l'amener à progresser. Il a une intelligence par rapport aux consignes qu'on va lui donner. Il est capable de les adapter tout de suite et de ne pas refaire les mêmes erreurs». Il poursuit : «Il est aidé par son père qui , au niveau de l'éducation, est irréprochable. Il nous a donné les clés pour l'amener au meilleur niveau. J'ai eu à gérer des conflits avec lui (Hubert). J'étais très exigeant et lui ne comprenait pas pourquoi. J'ai prévenu le papa et je lui ai dit que j'allais secouer un peu le garçon et qu'il y avait des moments où il allait être en difficultés, où il allait vouloir arrête. Donc son père devait insister de son côté en lui disant que c'était pour son bien et qu'il ne fallait pas lâcher (...) Aujourd'hui, sa réussite il la doit en grande partie à son encadrement, notamment à son père qui a su aller dans le sens de l'éducation au sens général. Il a eu la chance d'avoir un encadrement familial qui allait dans le sens de l'éducation au sens large. Grâce à son travail, il a pu atteindre ses objectifs».

Progresser au Paris Saint-Germain

En effet, cela a payé puisqu'en 2016 il a intégré l'INF Clairefontaine. En parallèle, le PSG l'a recruté mais il n'a rejoint le club qu'en 2018. L a suite logique pour Eric Laclef. «Torcy est partenaire du PSG. Ils cherchaient un défenseur avec ce profil et ils m'ont demandé comment je voyais sa marge de progression. D'emblée, on leur a vanté les qualités du joueur en les mettant aussi en alerte sur ses défauts. Ils ont réussi à se projeter en se disant on va travailler sur ci ou ça pour atteindre tel objectif». Les nombreuses qualités du roc d'1m90 et 92kg ont visiblement convaincu le club de la capitale de lui faire signer un contrat aspirant jusqu'en 2021. Mais il y a encore du travail pour atteindre l'excellence d'après son ancien coach. «C'est une fierté de le voir au PSG. Selon moi, il doit progresser sur la remise en question. Parfois, il est un peu trop sûr de lui notamment au niveau athlétique où il a tendance à être encore un petit peu en dilettante. Ce qui lui permettra d'atteindre son objectif c'est son côté compétitif, curieux». Car le chemin est encore long pour le droitier dont les rêves sont de jouer en équipe de France et en Ligue 1.

Il y a beaucoup de candidats et peu d'élus comme lui rappelle régulièrement Eric Laclef. «Je passe mon temps à lui répéter que signer au PSG n'est pas une fin en soi. Signer au PSG, c'est bien. Y jouer, c'est beaucoup mieux et surtout on fera le bilan à 20 ou 21 ans car il y a, malheureusement, trop de joueurs qui jouent au PSG à 17 ans et qui ne jouent plus au foot à 20 ans». Présent à l'AlKass Cup au Qatar avec le PSG en février, Hubert Mbuyi Muamba évolue avec les U17 Nationaux cette saison. Au total, il a disputé 12 rencontres (1 but). Bien entouré sur comme en dehors du terrain, l'adolescent a donc encore de nombreux défis à relever que ce soit sur les terrains de football ou sur les bancs du lycée. En Seconde cette année, le roc parisien est un brillant élève nous assure son père qui reste focalisé sur leur deal. « Je n'ai pas de soucis avec ça, c'est un enfant qui travaille bien. L'objectif est le Bac. Le reste, on verra après». Que ce soit sur un terrain de football ou ailleurs, l'avenir s'annonce radieux pour Hubert Mbuyi Muamba.

Commentaires