Ligue des Champions, OM : l'immense coup de gueule d'Igor Tudor

L'OM s'est imposé quatre buts à un contre le Sporting CP en Ligue des Champions à l'Orange Vélodrome ce mardi soir. Mais on a eu un début de polémique et une grosse colère dans le tunnel menant au terrain. Igor Tudor, d'une colère froide, a expliqué tout cela.

Igor Tudor lors d'OM-Eintracht
Igor Tudor lors d'OM-Eintracht ©Maxppp
La suite après cette publicité

Igor Tudor aurait du avoir le sourire ce mardi soir après la victoire de son OM contre le Sporting CP pour la troisième journée de Ligue des Champions (4-1). Mais on l'a retrouvé en conférence de presse comme on l'avait vu avant le début de la rencontre dans le tunnel menant au rectangle vert : énervé. Petit retour en arrière de quelques heures.

Avant la rencontre, le trafic était très dense sur Marseille alors même que les supporters n'étaient pas présents pour cette rencontre à huis clos. Ainsi, au lieu d'arriver bien avance, les Portugais du Sporting CP ne sont arrivés que trente petites minutes avant le coup de sifflet de l'arbitre pour débuter la rencontre. D'abord reculé à 18h45, puis à 19h. Finalement, le coup d'envoi a été donné quelques minutes plus tard.

La ruse de Tudor

Ruben Amorim, passé le premier, n'était pas non plus content. Il a expliqué qu'il avait respecté le timing donné lors des réunions entre les deux clubs et l'UEFA. Il a aussi critiqué évidemment l'attitude de Tudor, qui était venu s'énerver auprès des arbitres, des délégués et qui avait essayé d'aller chercher les Portugais dans leur vestiaire, avant de mettre un petit taquet à l'UEFA. Ensuite, ce fut au Croate de réagir.

« Ce n'est pas un problème que l'équipe soit en retard, ça peut arriver à tout le monde. Le problème c'est que le délégué a dit sept heures moins cinq. On a fait le programme pour entrer et sortir de l'échauffement pour être prêt à l'heure sur le terrain. On a alors appris que ce serait sept heures. À sept heures, on était dans le tunnel et eux n'étaient pas encore là. Du coup, le match a commencé quand il a commencé. On avait attendu dix minutes dans le tunnel. Cela nous a porté préjudice parce qu'on s'était refroidi alors qu'eux étaient prêts. Je l'admets, comme j'ai vu mes joueurs qui ne bougeaient pas, je me suis énervé pour les réveiller un peu, je l'ai un peu fait exprès. En fait, je veux expliquer pourquoi j'étais énervé, ce n'était pas le retard, mais pour la décision. Si on dit que c'est moins cinq ou sept heures, ce sont deux choix différents. Il n'y a pas de sens, cela va a l'encontre de mon équipe du coup », a-t-il évoqué froidement. Visiblement, ce n'est pas passé.

Plus d'infos

Commentaires