Les révélations de la première partie de saison en Ligue 1

Après la première partie de la saison, nous avons constitué une liste de joueurs qui ont réussi à se révéler en Ligue 1 durant ces six premiers mois. On y retrouve des Parisiens mais aussi des Strasbourgeois, des Rémois mais aussi des prêtés issus de cadors européens qui contribuent bien souvent aux bonnes performances de leur club.

Moussa Diaby et Stanley Nsoki ici en compagnie de Christopher Nkunku
Moussa Diaby et Stanley Nsoki ici en compagnie de Christopher Nkunku ©Maxppp

La première partie de la saison est terminée, alors profitons de la trêve d'hiver pour un faire un premier bilan des joueurs qui se sont révélés en Ligue 1. Entre les jeunes Parisiens qui se font une place dans un effectif pléthorique, des joueurs qui sortent de divers centres de formation ou du recrutement malin trouvé à l'étranger, certains clubs français ont le nez fin cet été et ça se ressent bien souvent au classement. Nous avons sélectionné douze joueurs méconnus il y a encore six mois qui ont retenu notre attention. Voici un coup de projecteur sur ces éléments ayant déjà réalisé de belles performances mais qui devront encore confirmer dans les mois à venir. On entame par les titis parisiens Moussa Diaby et Stanley N'Soki.

La suite après cette publicité

Diaby et Nsoki ont trouvé leur place

Titulaire à 5 reprises pour 11 apparitions en Ligue 1, l'ailier de 19 ans a réussi à se faire une petite place parmi la constellation de stars offensives. Le gaucher est d'ailleurs le premier remplaçant dans l'esprit de Tuchel, devant la recrue pourtant expérimentée Eric Choupo-Moting. Volontaire et à l'écoute à l'entraînement, il est récompensé par du temps de jeu et en est déjà à deux buts. C'est également le cas pour son coéquipier Stanley Nsoki. Après s'être rodé aux entraînements professionnels la saison dernière, il poursuit sa progression avec 6 titularisations en championnat, dont une au Vélodrome, pour 9 apparitions. En défense centrale ou latéral gauche, il s'est montré rigoureux, parvenant à hisser un physique encore un peu léger au niveau de ses aptitudes techniques et tactiques. On comprend mieux pourquoi l'OM voulait absolument le faire venir l'été dernier en alignant 5 M€. Depuis le PSG lui a fait signer son premier contrat professionnel.

Recruté pour 37 M€, Thilo Kherer commence à justifier un tel investissement. Après un début de saison très compliqué marqué un penalty concédé face à Angers plus un remplacement à la pause, l'Allemand est en passe de réussir son adaptation. Sa polyvalence joue en sa faveur et même s'il dispose de moins de qualités offensives qu'un joueur comme Meunier, il est en train de doubler le Belge à droite de la défense, en témoigne sa titularisation face à l'Etoile Rouge en Ligue des Champions. Au rayon des défenseurs toujours, on retrouve Mehmet Zeki Celik. On parle beaucoup de la Bip-bip mais c'est oublier que le LOSC a réalisé un superbe coup en recrutant le jeune latéral droit en D2 turque à İstanbulspor contre 1 M€. Il s'est immédiatement installé au poste de latéral droit (19 titularisations), faisant parler sa rigueur défensive, sa puissance, sa vitesse et son endurance, tout en offrant de bonnes garanties offensives (4 passes décisives). Il doit encore corriger des petits problèmes de concentration.

La revanche d'Edouard Mendy

Après des Parisiens et un Lillois, voici deux Rémois. Il y a d'abord Edouard Mendy. Le gardien de 26 ans a pris une belle revanche sur son début de carrière. Au chômage il y a encore 4 ans à cause d'un agent peu scrupuleux, et après avoir servi du côté de la réserve de l'OM, le voilà qui enchaîne les grosses prestations avec le promu. Leader de la 4e défense du championnat (neuf clean-sheets réalisées, un record européen), le portier longiligne (1,97 m, 86 kg) fait parler son explosivité, sa coordination et son jeu aérien. Pas maladroit du tout balle au pied, le Franco-sénégalo-guinéen est également reconnu pour ses qualités humaines. Ça ne fait peut-être pas gagner des matches mais ça solidifie un groupe. Plus haut sur le terrain, Mathieu Cafaro se révèle aussi en Champagne. Recruté de Toulouse il y a un an et demi, celui qui avait fait les gros titres avec Odsonne Edouard pour avoir tiré sur un passant avec un pistolet à billes a dû attendre avant de jouer puisqu'il n'a disputé que 10 minutes la saison dernière en Ligue 2. Milieu offensif avec David Guion, le joueur de 21 ans peut également jouer sur l'aile ou en milieu relayeur où son volume et son intelligence de jeu ont déjà frappé. Tout comme sa finition puisqu'il a déjà trouvé les filets à trois reprises.

On prend la direction de Nice où la révélation Youcef Atal s'impose dans le couloir droit de la défense. A quatre ou à cinq derrière, l'Algérien s'est adapté, justifiant les 3 M€ investis sur lui. Doté d'un gros mental et de qualités techniques au-dessus de la moyenne, le joueur de 22 ans gagne doucement ses galons de titulaire même si tout va très vite pour lui. Alors en D2 du côté de Paradoue AC, il avait été appelé en équipe d'Algérie. Un autre joueur au même poste aimerait être appelé en équipe nationale. Il s'agit de Sergi Palencia. Prêté par le Barça à Bordeaux, l'Espagnol s'est installé dans le couloir droit de la défense, que ce soit avec Gustavo Poyet ou le duo Eric Bedouet-Ricardo. Capable de s'adapter malgré certaines limites, il doit encore progresser dans le domaine offensif. C'est un peu la même chose pour son compatriote Manu Garcia. Prêté par Manchester City à Toulouse cette saison, le milieu offensif de 20 ans a réussi de très bons débuts en championnat avant de connaître un petit creux. Excellent passeur (2 assists en Ligue 1) et dribbleur, il manque encore de réalisme dans la zone décisive et de régularité.

Les jeunes se révèlent à Strasbourg

Recruté pour 4 M€ par Amiens, un prix avantageux pour un attaquant, Saman Ghoddos ne fait pas trembler les filets à chaque match (3 buts en 16 rencontres de championnat) mais il assure son rôle. L'Iranien sait aussi se mettre au service du collectif (3 passes décisives) pour mettre en valeur ses qualités d'homme à tout faire devant. Les Picards en auront besoin pour se maintenir. A Strasbourg, on a connu un mercato agité. L'équipe a changé de visage, permettant à deux jeunes joueurs de se mettre en valeur. Il y a d'abord Anthony Caci. Le défenseur a dû travailler sa polyvalence pour éclore dans le monde professionnel. Le milieu de terrain de formation est devenu défenseur central. Du haut de ses 21 ans, il lui manque encore le physique et la vitesse d'exécution, comme il le concède lui-même, mais il progresse dans l'agressivité et la lecture du jeu, ce qui lui a permis de disputer 13 matches de Ligue 1 (1 passe décisive). Il crève sans doute moins l'écran que son coéquipier Ibrahima Sissoko (21 ans). Transféré de Brest au Racing pour 2 M€, l'athlétique milieu de terrain n'a pas eu de mal à se faire sa place. Tout le temps titulaire, il a encore du pain sur la planche pour améliorer sa technique balle au pied mais est bien parti pour suivre les traces de son prédécesseur au poste, un certain Jean-Eudes Aholou.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires