Manchester City : Pep Guardiola allume la Super League

Présent ce mardi en conférence de presse, Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, n'est pas passé par quatre chemins au moment d'exprimer son opinion sur le projet de Super League, dont son club fait partie des fondateurs. Le tout en assénant également un tacle appuyé à l'UEFA.

Pep Guardiola a libéré les siens à la pause.
Pep Guardiola a libéré les siens à la pause. ©Maxppp
La suite après cette publicité

La réaction de Pep Guardiola, figure importante du football en Europe, était attendue après l'annonce de la création de la Super League par douze des plus grands clubs européens, dont son Manchester City. Et alors que The Guardian laisse entendre que les Citizens ainsi que Chelsea hésiteraient même à aller au bout de ce projet ayant provoquée une levée de boucliers colossale ces dernières heures un peu partout sur le Vieux Continent, le technicien espagnol n'a pas mâché ses mots à l'encontre de cette ligue fermée. Après avoir confié, en conférence de presse avant la rencontre entre Aston Villa et Manchester City ce mercredi (21h15), qu'il avait appris la nouvelle seulement quelques heures avant la publication du communiqué dans la nuit de dimanche à lundi, Pep Guardiola a taclé assez sèchement la Super League.

«Le communiqué est là, mais personne ne parle clairement avec plus de détails sur ce qui va être créé. Les présidents (membres de la Super League, NDLR) peuvent parler plus clairement de la direction que prendra le football. C'est inconfortable pour nous car nous n'avons pas toutes les informations. Je peux vous donner mon avis, mais pas plus. J'aimerais que le président du comité fasse le tour du monde et explique comment nous avons pris cette décision. Je soutiens mon club. J'adore faire partie de ce club. Mais j'ai aussi mon avis : pour le moment, ce n’est qu’une déclaration. C'est pourquoi c'est inconfortable pour les managers», a dans un premier temps lâché le coach de 50 ans devant la presse.

Pep Guardiola tacle la Super League, l'UEFA en prend aussi pour son grade

Relancé par les journalistes, Pep Guardiola est allé plus loin dans ses propos, indiquant clairement que cette nouvelle compétition anéantirait les valeurs essentielles du football : « si vous me demandez pourquoi ces équipes ont été sélectionnées pour jouer à cette hypothétique compétition à l'avenir… Le sport n'en est pas un quand la relation entre l'effort et la récompense n'existe plus. Ce n'est pas un sport si le succès est garanti ou si perdre n'a pas d'importance. J'ai dit à plusieurs reprises que je voulais une Premier League réussie, pas seulement avec une équipe au sommet. Je ne sais pas si la position (de la Super League) changera et si quatre ou cinq équipes pourront monter. C'est un problème mondial et il faut clarifier pourquoi ces équipes sont présentes et d'autres ne le sont pas, comme l'Ajax qui a quatre ou cinq Ligues des Champions. » Le message de l'ancien entraîneur du FC Barcelone et du Bayern Munich est clair. Selon lui, les dirigeants de la Super League, qu'il a aussi qualifié « d'embryon ne respirant pas », ont le devoir de mettre les choses au clair, et ce très rapidement.

Pep Guardiola a aussi profité de sa présence en conférence de presse pour inviter l'UEFA à se remettre en question, alors que l'instance dirigeante du foot européen a adopté ce lundi la nouvelle réforme de la Ligue des Champions, prévue pour 2024. «Arrivé à ce stade, l'UEFA a échoué. Ils doivent clarifier toutes les informations. Nous nous sommes battus pour autoriser cinq changement au cours de la saison la plus difficile de tous les temps à cause de la pandémie (de Covid-19) et les gens se sont battus pour eux-mêmes. Tout le monde se débat dans cette situation. Il faut clarifier et indiquer clairement quelle est la prochaine étape, pour que les gens puissent décider quoi faire. Ensuite, nous devons rester unis autant que possible. Mais en même temps, il ne faut pas être cynique. Chacun pense par lui-même. L'UEFA pense par elle-même. Dans la période la plus importante de la saison, là où nous nous battons pour les titres, Lewandowski n'a pas pu jouer contre le PSG car il s'est blessé pendant la trêve internationale. L'UEFA a décidé cela parce que c'était leur affaire et, au final, Lewandowski ne pouvait pas jouer. C'est chacun pour soi. »

Pep Guardiola, directement concerné par cette Super League en tant qu'entraîneur d'un club fondateur, a fermé la parenthèse en mobilisant ses joueurs pour les échéances importantes à venir pour les Skyblues, leaders de Premier League, finalistes de la Carabao Cup et demi-finalistes de la Ligue des Champions : «Nous allons jouer la Ligue des Champions la semaine prochaine et essayer d'atteindre la finale. La saison prochaine, nous allons jouer en Europe parce que nous le méritons. Les joueurs doivent se concentrer sur Aston Villa. » Ces paroles très fortes prononcées par l'homme aux deux C1 remportées sur le banc du FC Barcelone ne devraient pas manquer d'arriver aux oreilles des principaux protagonistes, dans une période de crise et d'instabilité où l'avenir du football européen est en jeu.

Plus d'infos

Commentaires