Les entraineurs de Premier League réagissent au rachat polémique de Newcastle

Le rachat de Newcastle par le fonds souverain saoudien ne laisse personne indifférent en Angleterre. Silencieux durant cette trêve internationale, les principaux entraîneurs de Premier League ont tous pris la parole à ce sujet et sont partagés.

Rdogers, Solskjaer, Klopp et Tuchel ont des points de vue différents sur le rachat de Newcastle
Rdogers, Solskjaer, Klopp et Tuchel ont des points de vue différents sur le rachat de Newcastle ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le rachat de Newcastle continue de faire couler beaucoup d'encre en Angleterre. Le Fonds public d'investissement d'Arabie saoudite a pris le contrôle de 80% des Toons moyennant 350 M€. Une somme énorme à laquelle il faudra ajouter une très belle enveloppe mercato (environ 200 M€). Déjà les plus grands noms sont annoncés même si pour la plupart, il ne s'agit que de rumeurs. Les clubs anglais s'inquiètent notamment de cette nouvelle puissance financière du grand club du nord du pays. S'ils craignent officiellement la mauvaise image donnée à la Premier League avec cette association saoudienne, il s'agit surtout d'une nouvelle concurrence qui s'annonce féroce.

Les entraîneurs du championnat sont quant à eux beaucoup plus mesurés et partagés dans l'ensemble. Le seul qui véritablement élève la voix, c'est Jürgen Klopp. «J'attendais une déclaration officielle de Richard Masters (DG de la Premier League), car il y a évidemment des inquiétudes concernant les droits de l'Homme. Qu'est-ce que cela signifie pour le football ? Il y a quelques mois, nous n'étions pas d'accord, à juste titre, avec des clubs qui ont tenté de créer une Super League. Mais là, il s'agit de construire une "super équipe", avec une place garantie en Ligue des champions dans quelques années. Les fans de Newcastle vont adorer, mais l'argent n'achète pas le succès. Ils ont de l'argent pour faire des erreurs, mais ils finiront par arriver là où ils veulent», déplore celui qui prend régulièrement pour cible les clubs détenus par des états.

Klopp peste, Tuchel et Solskjaer sourient

Pep Guardiola d'ailleurs, le technicien de Manchester City n'a pas souhaité critiquer ce changement. «Je suis loin de la raison pour laquelle la décision a été prise.» Au contraire même, il a préféré retenir la joie des supporters des Magpies. «On dirait que les fans de Newcastle que j'ai vu étaient heureux (rires). C'est le business, des gens ont repris un club et les habitants de Newcastle sont contents.» La journée a tourné au rythme des conférences de presse en cette veille de 8e journée. Thomas Tuchel lui reconnaît qu'il y a une part d'inquiétude mais il se dit surtout concentré sur cette nouvelle concurrence. «Je pense qu'il est normal d'avoir des inquiétudes. Mais nous faisons confiance à la Premier League et aux autorités dans cette affaire. »

«Il y a de nouveaux propriétaires. Ils ont l'air très prometteurs pour les fans et pour un club célèbre ici en Angleterre. Et il semble que nous ayons un nouveau concurrent pour les titres et pour les places dans le haut du classement, et c'est pour cela que nous sommes là. Nous jouons dans le championnat la plus difficile, et ça va devenir encore plus difficile», prévient l'Allemand. Ole Gunnar Solskjaer est sur la même longueur d'onde que son collègue de Chelsea. «Ça va changer le paysage. À court terme, ça ne va pas changer mais à long terme, ce sera intéressant à regarder et ça a été le grand sujet ces deux dernières semaines (...). C’est un club de football fantastique avec des traditions, j’étais content quand Newcastle était en haut du classement (dans les années 90).»

Et Rodgers décline le poste...

Actuellement 19e de Premier League, les Magpies vont devoir redresser une situation compliquée avant de rêver plus grand. Steve Bruce a été confirmé pour ce week-end mais son avenir n'est pas du tout assuré. Il ne sera vraisemblablement pas remplacé par Rafa Benitez, ancien entraîneur du club, désormais en poste à Everton depuis cet été. «Je souhaite à Newcastle tout le meilleur». Courtisé par la nouvelle direction, Brendan Rodgers a lui aussi décliné. «J'ai un contrat jusqu'en 2025. J'adore être ici et j'ai de la chance. J'ai un excellent directeur général, un directeur du football avec qui j'ai une relation très étroite et un groupe de joueurs avec qui j'aime travailler. Nous avons une infrastructure qui nous permet de vraiment rivaliser. Tant qu'ils ne veulent pas me virer, je suis très heureux ici.» Newcastle n'a donc pas terminé ses recherches...

Plus d'infos

Commentaires