Bundesliga : le Bayern de Lewandowski fait le gros coup à Leverkusen et prend la tête au buzzer

Avant les fêtes, le Bayer Leverkusen s'incline à domicile pour la première fois de la saison face au Bayern Munich et perd la tête de la Bundesliga au profit des hommes de Hans-Dieter Flick.

Robert Lewandowski avec le Bayern Munich
Robert Lewandowski avec le Bayern Munich ©Maxppp

Dès l’entame, le Bayer a mis l'octuple champion en titre dans les cordes. Leader depuis deux journées, Leverkusen a assumé son statut en jouant haut. Agressif. Mais quelque peu hâtif aussi. Aleksandar Dragovic a par exemple perdu un ballon très chaud d’entrée (1re). Et Leon Bailey a souvent confondu vitesse et précipitation dans son couloir. Le Bayern, à l’expérience, a pensé prendre les coups sans s’exposer au K.O... Mais s'est fait surprendre par un crochet du gauche supersonique de Patrik Schick. Trouvé au second poteau sur un corner de Nadiem Amiri, le Tchèque a fouetté une volée croisée qui a transpercé un Manuel Neuer stupéfait (1-0, 14e). Un frisson a alors parcouru l'échine des Rouges.

La suite après cette publicité

Le jeune contender a continué d'appuyer sur le champignon et Schick a décoché une autre banderille du gauche que Neuer a évacué en corner (20e). Groggy, le Bayern a répondu en frappant dans le vide : Alaba et Robert Lewandowski ont dévissé sur un centre en retrait d'Alphonso Davies (22e). Moussa Diaby s'en est amusé et a filé seul en contre pour faire valser la garde adverse. Le frisson est alors devenu panique et Serge Gnabry a été averti pour un coup de coude dans le menton de Dragovic (24e). Schick a vu la faille et a encore frappé, en partant plein axe en profondeur pour aller ajuster Manuel Neuer d'un plat du pied avant que Felix Zwayer ne signale une position de hors jeu (28e). Ouf, souffle à ce moment Hansi Flick dans le coin de son poulain.

Lewandowski change tout, comme d'habitude

Un soulagement de courte durée car l'homme en forme Kingsley Coman a cédé sa place à Leroy Sané à la demi-heure de jeu, la mine déconfite et le corps encore faillible. Sauf que la jeunesse a les défauts de ses qualités et le fantôme de Leverkusen a resurgi juste avant la pause. Jonathan Tah et Lukas Hradecky se sont emmêlés les pinceaux et Lewandowski, abandonné au deuxième poteau, a glissé le ballon dans le but vide sur une offrande de Thomas Müller (1-1, 43e). Inscrivant au passage son 16e pion en 12 parties de Bundesliga. Dans la foulée, c'est Schick qui a lâché le marquage de Lewandowski, mais le Polonais a cette fois manqué le cadre (45e+3). Leverkusen a rejoint les vestiaires vidé.

Tout l'inverse d'un Rekordmeister regonflé au moment de débuter le second acte. Le Bayern s'est (re)montré conquérant et presque toujours en supériorité numérique sur les zones touchées par le ballon. Leverkusen a donc commencé à manquer de spontanéité et Schick a cherché Diaby à contretemps (53e). Puis la domination s'est diluée dans des gestes techniques pas assurés d'un côté comme de l'autre et le rythme s'est décousu à l'approche de l'heure de jeu. Au cœur de cette période bouillonnante, Serge Gnabry a permis à Hradecky de s'illustrer sur une frappe au sol croisée (67e) et Flick a fait sortir Sané (pour la pépite Jamal Musiala). Surtout, Joshua Kimmich a signé son retour aux affaires (68e). On a alors failli entendre «coaching gagnant» puisque Musiala a trouvé le montant sur une frappe lointaine joliment travaillée (79e). Le Bayern a ensuite poussé jusqu'au bout d'une année 2020 qui l'a vu tout rafler et Lewandowski a réussi le doublé au buzzer (2-1, 90e+3). Comme une évidence.

Le classement de la Bundesliga

Plus d'infos

Commentaires