PSG, dossier Donnarumma : cette fois, c'est Mino Raiola qui prend...

Titulaire lors des 5e et 6e journées de Ligue 1, le portier italien est retourné sur le banc de touche à l'occasion du déplacement à Metz et de la réception de Montpellier. Et alors que son cas a récemment fait jaser en Italie, cette fois c'est Mino Raiola qui en prend pour son grade.

Gianluigi Donnarumma sous les couleurs parisiennes
Gianluigi Donnarumma sous les couleurs parisiennes ©Maxppp
La suite après cette publicité

À force d’avoir un Mauricio Pochettino qui se refuse à trancher publiquement entre Keylor Navas et Gianluigi Donnarumma, le duel entre les deux portiers va de plus en plus faire parler. Titularisé par l’Argentin contre Clermont (4-0) et face à l’Olympique Lyonnais (2-1), Donnarumma pensait avoir marqué des points, même si Navas lui avait été préféré pour le match de Ligue des Champions à Bruges (1-1).

Malheureusement pour lui, l’ancien pensionnaire du Real Madrid lui est encore passé devant à Metz (2-1) et contre Montpellier (2-0). Après sa soirée messine passée sur le banc, le champion d’Europe avait alors vu la presse de son pays tirer la sonnette d’alarme concernant son cas. Pas vraiment surprenant puisqu’un tel scénario était largement prévisible aussi bien du côté italien que costaricain.

Depuis, la Botte s’inquiète un peu plus. Donnarumma n’est pas franchement pressenti pour débuter le choc contre Manchester City demain, d’autant que la presse française a évoqué l’influence des Sud-Américains du PSG, plutôt favorables à Navas, l’homme qui leur a si souvent sauvé la mise la saison dernière. Ce matin, le Corriere dello Sport a une nouvelle fois abordé le sujet, mais ce coup-ci, pour attaquer Mino Raiola.

Un caprice de Raiola

La raison ? Le quotidien accuse l’agent du joueur de l’avoir envoyé au PSG afin de privilégier ses intérêts personnels. « C’est un caprice de son agent qui s’est bougé en guise de vengeance après avoir pris 0€ de commission en 2017, quand son protégé a décidé d’accepter de prolonger à Milan. On comprend aujourd’hui que ce transfert a été décidé au tout dernier moment, seulement une fois que la Juve a déclaré qu’ils ne feraient rien. » Mais ce n’est pas tout.

Outre les conséquences pour la Nazionale de Roberto Mancini, Donnarumma est décrit comme un joueur triste qui ne cache plus son spleen dans un pays où il ne parle pas la langue, où il n’a pas d’autres connaissances que ses coéquipiers. Conscient d’avoir à gérer une forte concurrence à son arrivée, Gianluigi Donnarumma va-t-il commencer à regretter son choix ?

Plus d'infos

Commentaires