Nantes : l'énorme scandale Waldermar Kita

Waldemar Kita est poursuivi par le Parquet national financier pour sa situation fiscale. Les enquêteurs jettent un oeil sur le rachat du club, en 2007.

Waldermar Kita, le patron du FCN, avant la rencontre entre Nantes et le PSG
Waldermar Kita, le patron du FCN, avant la rencontre entre Nantes et le PSG ©Maxppp

La saison du FC Nantes n'a pas été terrible. Les Canaris ont terminé à la 13e position en Ligue 1 et les dirigeants ont bataillé pour essayer de faire homologuer le classement à mi-saison (19e journée) afin que le club de la Loire soit qualifié en Ligue Europa. Sans succès évidemment. En revanche, concernant le président et actionnaire majoritaire du club, Waldermar Kita, la situation a été quasiment intenable à plusieurs reprises cette année.

La suite après cette publicité

En effet, contesté par une partie du public de la Beaujoire, le dirigeant se sent mal-aimé. Mais les difficultés ne s'arrêtent pas là puisque le journal L'Équipe met en avant ce dimanche les difficultés qu'aurait l'homme d'affaires franco-polonais avec la justice. En février, le Parquet national financier (PNF) avait ouvert une enquête sur sa situation fiscale personnelle et depuis des saisies auraient déjà eu lieu notamment celle d'un yacht de 24 mètres dont la valeur est estimée à 2,5 M€.

Le rachat dans le viseur ?

Selon le média : « les soupçons de fraude fiscale présumée qui pèsent sur Waldemar Kita ont déjà eu des conséquences sur la stratégie de croissance du FC Nantes ». En effet, suite à cela a été abandonné le projet du nouveau stade, évalué à 200 M€. En outre, de nombreuses perquisitions ont eu lieu, notamment au centre d'entraînement et au siège social du FC Nantes, à la Jonelière. Le rachat en 2007 du club a aussi été scruté par les enquêteurs.

Ce qui pose souci est la création d'une société offshore, Dylan Limited, domiciliée dans les Îles Vierges britanniques. La création de cette société a été concomitante avec le rachat du FCN puisqu'elle a vu le jour le 31 août 2017. De son côté, l'homme d'affaires a expliqué au quotidien que la Ligue de football professionnel (LFP) et la direction nationale de contrôle de gestion (DNCG) avaient suivi le processus et que l'administration fiscale disposait donc de tous les éléments pour vérifier les choses. Mais cette affaire ne semble pas terminée...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires