La Coupe du Monde U17 a pris fin ce week-end avec la victoire du Brésil sur le Mexique 2-1. Battue par le pays hôte après une demi-finale à couper le souffle, la France complète le podium pour avoir disposé des Pays-Bas 3-1 lors de la petite finale. C’est l’heure du bilan et de mettre en avant les meilleurs joueurs de la compétition. Dans cette équipe présentée en 4-2-3-1, on retrouve des joueurs arrivés dans le dernier carré mais nous citons également quelques éléments qui ont marqué les esprits, à défaut pour certains d’avoir été loin dans cette compétition.

Le Néerlandais Hoever plutôt que le Brésilien Couto à droite

Dans les buts, le choix a été compliqué mais nous avons décidé de retenir Matheus Donelli. Du haut de son mètre 88, le gardien brésilien se sera montré décisif à plusieurs reprises comme face à la France et à l’Italie. Sous contrat jusqu’en 2021 avec les Corinthians, il a été élu meilleur joueur à son poste de la compétition, devançant le Mexicain Eduardo Garcia, par ailleurs excellent. Enfin, l’Italien Marco Molla a réalisé des prestations intéressantes. Dans cette défense à quatre, le Néerlandais Ki-Jana Hoever a retenu notre attention. Sérieux, technique, rapide, le joueur de Liverpool a même pu faire sauter quelques défenses par ses grandes chevauchées sur le côté droit. Suspendu pour la demi-finale, il aura cruellement manqué à son équipe. Le Brésilien Yan Couto, passeur décisif en finale, aurait également pu faire partie de cette équipe.

Sur le côté gauche, on retrouve le champion du monde Patryck. Benjamin du groupe brésilien, le gamin de 16 ans s’est révélé et entre dans la pure tradition des latéraux très offensifs dont raffole son pays. Buteur contre l’Italie, il adore participer au jeu et sent les coups. Défensivement, il a tenu la route. La défense centrale est composée d’un Français, Tanguy Kouassi et d’un Mexicain, Jesus Gomez, probablement le meilleur à son poste durant cette compétition. Le Parisien a fait preuve d’une certaine intelligence dans son placement, d’autant que son latéral droit est passé un peu à côté de sa Coupe du Monde. Le joueur de l’Atlas Guadalajara est lui le patron de la meilleure défense de la compétition. Il n’est pas forcément impressionnant au premier regard mais il est déjà doté d’une grande maturité. Pas étonnant puisqu’il joue déjà en équipe première dans son club.

Les trois meilleurs joueurs de la compétition intègre le onze

Au milieu de terrain, on retrouve un binôme bourré de talent. Il y a d’abord le vice-champion du monde, Eugenio Pizzuto. Élu troisième meilleur joueur de la compétition, le capitaine de la Tri a montré durant ce dernier mois qu’il savait à peu près tout faire avec le ballon. Exclu lors du premier match face au Paraguay, il est revenu plus fort marquant contre le Japon en 8e et déposant un centre décisif en finale. Il est associé au Néerlandais Kenneth Taylor. Fort des deux pieds, le milieu organisateur de l’Ajax a fait forte impression balle au pied. Capable de gérer les temps faibles et forts de son équipe, et de couper les circuits de balle adverses, il aura lui aussi manqué à son équipe en demi-finale contre le Mexique. À ce poste, les profils de Ilaix Moriba (Espagne), Naouirou Ahamada (France) et Samson Tijani (Nigeria), qui est d’ailleurs suivi par le PSG d’après nos informations, ont retenu notre attention.

Dans notre ligne de milieux offensifs, nous avons bien entendu sur le côté droit le Brésilien Gabriel Veron. Ballon d’Or de la compétition, celui qui doit son nom au génial milieu argentin (Juan-Sebastian Veron) a inscrit trois buts et délivré deux passes décisives. Capable de faire exploser n’importe quelle défense par sa vitesse d’exécution et ses dribbles, l’ailier droit chipe la place dans notre onze au Français Isaac Lihadji. À gauche, c’est son coéquipier Joao Peglow que nous avons retenu. Avec ses trois buts et ses prestations complètes dans les matches décisifs, le joueur de Porto Alegre aura largement participé au titre des siens. En numéro 10, comment ne pas placer Adil Aouchiche ? Le Parisien aura été la principale arme offensive des Bleuets durant ce mondial avec pas moins de 7 passes décisives (meilleur passeur de la compétition) et un but.

Sontje Hansen a fait grosse impression

En pointe, notre dispositif n’accorde qu’une seule place alors il a bien fallu trancher. C’est Sontje Hansen, le meilleur de la compétition (6 réalisations en plus de 3 passes décisives) qui a eu nos faveurs. Un triplé en 8e contre le Nigeria puis un dernier but en quart face au Paraguay, le Néerlandais a manqué de réussite dans les derniers matches couperets mais sa vitesse et sa polyvalence ont rendu de fiers services. Encore une pépite qu’on devrait rapidement voir sur les terrains professionnels du côté de l’Ajax Amsterdam. Plusieurs attaquants ont brillé dans cette compétition. Buteur en sortie de banc face à la France et contre le Mexique, Lazaro est forcément une attraction. Son club de Flamengo l’a d’ailleurs déjà verrouillé d’après la presse brésilienne avec dans son nouveau contrat, qui entrera en vigueur à sa majorité, une clause de 80 M€. Le Rémois Nathanaël Mbuku (5 buts) et l’artilleur de la Seleçao Kaio Jorge (5 buts) ont aussi réalisé des très belles prestations.