Pour un scoop, c’est un sacré scoop ! France Football publie ce mardi un entretien avec Philippe Mexès. Une interview-vérité dans laquelle le défenseur passé par l’AJ Auxerre, l’AS Roma et l’AC Milan a annoncé officiellement que sa carrière était désormais terminée depuis plus d’un an alors que son nom circulait encore du côté de quelques clubs français (Olympique de Marseille), italiens (Venezia) et roumains (Dinamo Bucarest), il y a quelques semaines. « J’ai disparu des radars du foot. C’est une volonté. (...) Je ne me sentais plus à la hauteur d’un grand club. Dans ce cas, il y a deux solutions : soit vous faites semblant pour prendre un dernier bon chèque, soit vous dites stop. J’ai préféré arrêter. Même si je pense que j’aurais encore pu faire un ou deux ans à un bon niveau. Mais comme je n’aime pas prendre les gens pour des cons, j’ai mis le clignotant. Direction la maison ! Depuis plus d’un an », a-t-il expliqué à l’hebdomadaire.

Pourtant, avant de prendre sa décision, l’ancien central a reçu des propositions tous azimuts. « J’ai eu des challenges plutôt financiers. La Turquie, la Chine, les États-Unis, le Mexique et même l’Inde. J’y serais peut-être allé pour l’aventure. J’ai eu des touches en Italie. Mais il y avait mes enfants, dans une période compliquée de ma vie au niveau familial. Je n’ai pas réfléchi longtemps. Je voulais protéger les enfants, les ramener à une vie simple, celle que j’ai eue avec mes parents, mon frère, ma sœur, vers de vraies valeurs. Qu’on arrête aussi de leur dire qu’ils sont le fils ou la fille de... », a-t-il confié, souhaitant se concentrer plus que jamais sur sa famille, qu’il a trop longtemps dû laisser de côté à cause de sa carrière.

« Redevenir Monsieur Tout-le-Monde »

L’ex-international tricolore (29 sélections, 1 réalisation) ne regrette absolument pas d’avoir mis un terme à sa vie de footballeur professionnel dans l’anonymat, là où certains communiquent à outrance. « Mais je ne suis pas Zidane, Totti ou Thuram ! Je n’allais pas convoquer la fanfare ! Des gens étaient un peu curieux sur la suite, mais c’est vite passé. On t’oublie rapidement. Mais ça ne me gêne pas. Au contraire, c’est ce que je recherche. Une vie normale, redevenir Monsieur Tout-le-Monde », a-t-il expliqué, ayant visiblement mis de côté un monde « faux », « superficiel » et « pas sincère », au sein duquel il n’a pas vraiment conservé d’amis.

Désormais loin de toutes ces considérations, le natif de Toulouse a évoqué ses projets de reconversion. Et s’il l’a quitté depuis plus d’une année, il se verrait bien faire son retour dans le foot. Mais pas chez les professionnels, malgré ses 402 matches de première division en France et en Italie. « Ma reconversion ne m’obnubile pas. J’aimerais apporter mon expérience à des jeunes, des éducateurs, mais à mon petit niveau, peut-être plus tard dans un club amateur. Je n’ai de leçons à donner à personne. Je veux trouver ma voie, sans prise de tête et sans jugement sur les autres », a-t-il conclu. Avis aux amateurs, car même s’il n’est plus joueur, Philippe Mexès est toujours libre comme l’air.