En trois journées de Serie A, la Juventus a réalisé un sans faute en engrangeant les neufs points possibles, et s’est déjà installé en tête du classement. Après la trêve internationale, la Vieille Dame recevait Sassuolo, troisième avec deux points de retard sur son adversaire du jour, pour le compte de la quatrième journée de championnat. Pour affronter les Neroverdi, Massimiliano Allegri choisissait d’aligner un 4-3-3, toujours avec Mario Mandzukic en pointe, Cristiano Ronaldo à gauche et Paulo Dybala à droite, titularisé après deux matchs en tant que remplaçant. Le Français Blaise Matuidi était également dans le onze départ, tout comme Medhi Benatia en lieu et place de Giorgio Chiellini. Miralem Pjanic prenait lui place sur le banc. Roberto De Zerbi optait lui aussi pour un 4-3-3, avec Kevin-Prince Boateng devant.

Sur une série de cinq victoires consécutives face à cette équipe, dont un cinglant 7-0 l’an dernier sur ce même terrain, les Bianconeri démarraient bien et se montraient dangereux sur une frappe de Ronaldo, après une bonne combinaison avec Matuidi (6e). On retrouvait le Portugais à la réception d’un centre d’Alex Sandro, mais sa tête n’était pas cadrée (11e). À la 18e, c’était au tour d’Emre Can de s’essayer à une frappe en dehors de la surface, mais là encore, elle ne trouvait pas le cadre. Quatre minutes plus tard, les visiteurs répondaient suite à un corner, repris par Ferrari, trop mou pour inquiéter Szczesny (22e). La Juve ne tardait pas à reprendre les choses en main et grâce à une pression de Matuidi, Mandzukic frappait, mais le ballon finissait en corner (25e). Les esprits commençaient à s’échauffer, comme en témoignait l’accrochage entre Bonuucci et Boateng à la demi-heure de jeu.

Cristiano Ronaldo enfin buteur

Juste avant la mi-temps, les attaques se faisaient plus précises. D’abord devant les buts juventini avec une frappe déviée de Berardi (36e). Puis sur les cages de Consigli, auteur d’un arrêt réflexe sur une déviation de son défenseur Lirola. Sassuolo marquait aussi un but grâce à Duncan (39e), mais vite annulé, Joao Cancelo ayant subi une faute de Djuricic juste avant. Les deux équipes rentraient donc aux vestiaires sur un score nul et vierge. La deuxième période se lançait de la même manière que la première, avec des Turinois déjà à l’attaque. Le coup de tête de Mandzukic était sauvé de justesse par Ferrari, qui dégageait en corner (49e). Dans la continuité, CR7 jouait à l’opportuniste et profitait d’une mauvaise relance de la défense adverse pour débloquer son compteur en Italie, d’un but de renard des surfaces (50e, 1-0). La réaction de Sassuolo ne se faisait pas attendre, mais la talonnade de Boateng n’était pas dangereuse.

L’ouverture du score n’avait pas fait baisser de rythme le jeu et la Juventus gardait le contrôle du ballon. Sur une contre-attaque éclair, Ronaldo inscrivait son deuxième but personnel, sur un bon décalage de Can (65e, 2-0). Di Francesco, fraîchement entré en jeu, répliquait, mais sa frappe finissait dans le petit filet (66e). Les joueurs de la Vieille Dame poussaient pour inscrire un troisième but. Après un débordement de Douglas Costa (70e), Ronaldo passait près du triplé, mais son tir était stoppé (74e). Szczesny, peu sollicité jusque là, participait aussi à la bonne performance de son équipe en sortant une frappe de Duncan (76e). Ronaldo était à nouveau mis en évidence, mais se loupait une première fois (77e), puis une deuxième suite à la frappe de Cancelo (82e). Douglas Costa tentait sa chance aux 25 mètres, mais n’inquiétait pas le gardien de Sassuolo (85e). En toute fin de match, Babacar réduisait le score de la tête (90+1e). À la suite du but, Costa se faisait expulser pour avoir craché sur Di Francesco, avec l’aide de la vidéo. Réaction tardive des Neroverdi, qui concèdent leur première défaite de la saison sur le score de 2-1. Quatre victoires en quatre journées pour la Juve, qui conforte encore un peu plus sa place de leader et compte trois points d’avance sur son dauphin napolitain.