CdM U17 : la déclaration surprenante de Jean-Luc Vannuchi après la défaite des Bleuets aux tirs au but

Par Chemssdine Belgacem
3 min.
Jean-Luc Vannuchi avec la France U17 @Maxppp

Amorphe lors du premier acte avant de se réveiller en deuxième période, l’équipe de France U17 s’est inclinée en finale de la Coupe du monde U17 (2-2, 4-3 t.a.b.). Une deuxième défaite en finale aux tirs au but face à leur bête noire allemande. Après avoir vécu à nouveau le scénario de la finale de l’Euro U17 de juin dernier, Jean-Luc Vannuchi, l’entraîneur des Bleuets, a fait part de sa déception à l’issue de la rencontre.

«Le football est un jeu qui se joue à onze contre onze, et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne.» Cette punchline légendaire de Gary Lineker, l’équipe de France U17 a pu la constater par deux fois lors des six derniers mois. Lors de l’Euro U17 en juin dernier, les Bleuets s’étaient déjà inclinés aux tirs au but face à la Mannschaft. Et alors qu’ils avaient l’opportunité de prendre leur revanche ce samedi en finale de la Coupe du monde U17, les ouailles de Jean-Luc Vannuchi n’ont pas su mettre les ingrédients nécessaires pour faire mieux.

La suite après cette publicité

Largement dominés par des Allemands inspirés lors de la première période, les coéquipiers d’Ismail Bouneb sont apparus avec de meilleures intentions au retour des vestiaires. Seulement menés d’un but après leur premier acte indigeste, ces derniers ont pourtant concédé un deuxième but dès le début de la seconde période. Bien aidés par l’expulsion de Winners Osawe à la 69e minute, les Français ont ainsi pu revenir en toute fin de rencontre sur une formidable action collective conclue par Mathis Amougou. Pour Vannuchi, les Bleuets ont pêché en première période et n’ont pas su être assez tueurs lors de la deuxième période car ils auraient dû gagner avant la fin du temps réglementaire selon lui : «On a joué qu’une mi-temps sur deux. Je n’ai pas compris. On fait le changement à la mi-temps et c’est allé mieux. C’est le même scénario qu’à l’Euro. On a des occasions, même si on est en supériorité numérique, et on a des opportunités pour les tuer et on ne le fait pas. C’est le jeu au très haut niveau.» Avec l’ascendant psychologique, les U17 de la France ont alors pris l’avantage lors de la séance de tirs au but avant de s’effondrer sous la pression…

À lire LdC : le groupe de la Real Sociedad pour affronter le PSG

«C’est une histoire de loterie, on a beau les travailler…»

Visiblement très stressés, Nhoa Sangui et Bastien Leupiyou ont totalement raté leur tentative pour faire briller Konstantin Heide et permettre à Paris Brünner d’avoir le tir au but du sacre au bout de son pied. Et alors que le virevoltant ailier du Borussia Dortmund a raté sa tentative, Tidian Gomis a, à son tour, manqué sa tentative, la sixième pour les Tricolores. Après avoir mené et raté trois tentatives, les Bleuets ont laissé passer leur chance. Le destin avait choisi son camp, celui de l’Allemagne qui s’est donc emparé du trophée suite à la banderille victorieuse de Almugera Kabar.

La suite après cette publicité

Un dénouement cruel qui rappelle forcément la défaite aux tirs au but en finale de l’Euro U17. Jean-Luc Vannuchi, au micro de La Chaine L’Equipe, a d’ailleurs rappelé qu’il ne pouvait pas reprocher grand-chose à ses jeunes sur la séance de tirs au but : «Derrière, on est encore devant aux pénos et on a un grand gardien en face et on tire mal les penalties. Mal tirés ou arrêtés, il faut que je les revois. Je suis extrêmement déçu pour ce groupe mais si on l’a pas, ça veut dire qu’il nous manque encore quelque chose. Je pense qu’on aurait dû gagner avant les tirs au but. C’est une histoire de loterie, on a beau les travailler…On va devoir digérer et passer à autre chose. On peut être fiers du parcours de l’équipe» Une chose est sûre désormais : alors qu’ils ne sont qu’à l’aube de leurs carrières, les jeunes Français auront assurément une revanche à prendre sur cette génération allemande qui l’aura faite pleurer deux fois en l’espace de quelques mois…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité