« Ce n’est pas une folie supporter des Blanc-et-Noir : Loco Abreu est le nouveau renfort du Rio Branco. L’attaquant passé par Botafogo et la sélection d’Uruguay a signé un contrat avec le club pour disputer le Capixabão 2019, qui démarrera en février. (...) Pour le président Luciano Mendonça, c’est le plus gros transfert jamais réalisé dans l’histoire du football capixaba ». C’est par le biais de ce communiqué officiel que le Rio Branco Atlético Clube annonçait ce mercredi soir la signature de Sebastian Abreu, surnommé el Loco.

Un coup de projecteur formidable pour l’écurie de Vitoria, qui disputera le championnat de l’état d’Espirito Santo. Une nouvelle aventure pour l’attaquant uruguayen qui, à 42 ans, n’a visiblement pas l’intention de raccrocher. L’ancien international (109 sélections, 46 réalisations) affiche même toujours une sacrée ambition. « Les supporters peuvent se préparer à vivre un championnat très sympa. Sur le terrain, je vais m’efforcer de travailler au quotidien pour leur donner du bonheur. Je les remercie déjà pour l’affection qu’ils me montrent sur les réseaux sociaux », a-t-il lancé.

Le globe-trotter Abreu n’est pas fatigué !

Le roi de la panenka, comme il est présenté au Brésil depuis son penalty lors de la séance de tirs au but du quart de finale de la Coupe du monde 2010 contre le Ghana (1-1, 4 t. a. b. à 2), entre encore un peu plus dans les annales du football. Rio Branco est en effet le 28e club de la longue carrière du natif de Minas Lavalleja. Un record mondial qu’il avait lui-même établi l’an passé, en signant pour Audax Italiano, le 26e club de son CV à l’époque. Depuis, il a disputé quelques matches de deuxième division au Chili avec Magallanes (3 réalisations en 9 apparitions) et s’est donc engagé avec Rio Branco.

Defensor Sporting à Rio Branco donc, en passant par le Centro Español, le Nacional, le Deportivo La Corogne, la Real Sociedad, Tecos, les Dorados, Monterrey, San Luis, l’América de Mexico, Cruz Azul et les Tigres, Aucas en Équateur, San Lorenzo, River Plate et Rosario Central en Argentine, le Beitar Jérusalem en Israël, Botafogo, le Grêmio Porto Alegre, Figueirense, Bangú au Brésil, l’Aris Salonique en Grèce, Sol de América au Paraguay, Santa Tecla au Salvador, Puerto Montt, Audax et Magallanes au Chili, Sebastian Abreu aura roulé sa bosse comme personne !