Ce mercredi soir s’est joué un match comme tous les amoureux du combat sur un terrain apprécient. Lors de cette rencontre entre le Paris Saint-Germain et le Racing Club de Strasbourg (1-1), les observateurs ont eu droit à du spectacle, des rebondissements, de l’intensité et quelques coups, parfois bas. On peut notamment citer cet accrochage entre Adrien Thomasson et Dani Alvès en fin de rencontre, mais les deux équipes, ce mercredi, n’avaient pas besoin de cela pour être dans une ambiance tendue.

En effet, le Paris SG était attendu après son nul contre les Girondins de Bordeaux (2-2) dimanche dernier, et la Meinau ne demandait qu’à pousser ses joueurs, qui avaient déjà fait tombé l’ogre parisien la saison passée en Alsace, le 13 décembre 2017 très exactement. C’était donc le cocktail parfait pour que les joueurs commencent à monter en pression. Marco Verratti, seul joueur du Paris SG, à s’être arrêté en zone mixte a expliqué cette nervosité. Et ça ne va pas plaire aux joueurs de Thierry Laurey.

« Des fois tu pètes un câble »

« Quand on joue, on respecte toujours les adversaires. Ça fait cinq ans et il y a de nombreuses fois où on pouvait vraiment ne pas les respecter si on voulait. Mais nous avons toujours été sérieux. Mais quand, dès la première minute, il commence à insulter ta famille. Il arrive un moment... On est des êtres humains et des fois tu pètes un câble », a commencé par expliquer l’international italien. Il a toutefois tenté de trouver des explications à ces attitudes.

« Je pense que c’est aussi une façon pour eux de nous faire sortir du match, mais je pense que ce n’est pas respectueux. Avant d’être des joueurs de football, on est des êtres humains. Peut-être qu’on a des problèmes de famille. Quand on t’insulte, ce n’est jamais bien. Mais bon...Nous sommes un peu habitués à ça et je pense que ce n’est pas bien », a-t-il enfin conclu. Si on ne peut qu’être d’accord avec Marco Verratti, certains n’oublieront pas de lui rappeler que son attitude n’a pas toujours été bonne...