L’information n’est pas encore officielle, mais l’Olympique Lyonnais devrait bel et bien accueillir Bruno Guimarães (22 ans) d’ici la fin du mercato d’hiver, en provenance de l’Athletico Paranaense. Interrogé en conférence de presse ce mardi au Groupama Training Center, Thiago Mendes, son compatriote, a fait les présentations. « C’est un bon joueur, je ne le connaissais pas lorsque j’évoluais au Brésil. Je l’ai vu jouer depuis que je suis en France, c’est un excellent joueur », a-t-il confié avant de poursuivre.

« Il va apporter à notre équipe, le groupe l’accueillera à bras ouverts, il va pouvoir montrer son football et montrer son meilleur visage sur le terrain ». Capable de jouer à tous les postes du milieu de terrain, l’international Espoirs auriverde est surtout un nouveau concurrent pour l’ancien Lillois. Mais il est loin d’être effrayé par cette arrivée. « Oui, c’est un concurrent. Le groupe est ouvert aux renforts. Plus il y a de bons joueurs, mieux c’est », a-t-il indiqué avant d’ajouter.

« Je vais pouvoir démontrer ma vraie valeur »

« Personne n’est indiscutable. On doit tous travailler pour pouvoir jouer les nombreux matches qui arrivent ». Une pression nouvelle et une concurrence accrue (avec Houssem Aouar, Maxence Caqueret, Jean Lucas, Lucas Tousart et donc Guimarães) qui n’inquiètent pas franchement le Paulista, sûr de sa force malgré un début d’aventure mitigé. « Je crois que les résultats ont pesé. Quand les résultats n’étaient pas bons, j’étais moins en confiance. Maintenant, j’ai plus de confiance pour remplir mon rôle », a-t-il glissé avant d’insister.

« Je donne mon maximum, mais j’espère faire mieux lors des prochains matches. Je me sens bien, mieux à chaque match. Je dois encore progresser davantage. Malgré les bons résultats. Je montre ce que je vaux à chaque match. J’espère faire encore mieux lors des matches qui viennent. (...) Maintenant que notre équipe va mieux, je fonctionne bien. Je vais pouvoir démontrer ma vraie valeur et la raison de mon arrivée ici », a-t-il conclu, indépendamment de son positionnement en sentinelle ou en relayeur, à deux ou à trois. Le message est passé. À Rudi Garcia de trancher désormais.