Équipe de France : Benjamin Pavard continue sa lente descente aux enfers...

Encore une fois en grande difficulté en équipe de France alors qu'il est plutôt solide à chacune de ses sorties avec le Bayern, Benjamin Pavard n'échappe pas aux critiques. Pas de quoi remettre en cause son statut en sélection, malgré plusieurs performances indigestes chez les Bleus.

La déception de Benjamin Pavard après la défaite 2-0 des Bleus face au Danemark
La déception de Benjamin Pavard après la défaite 2-0 des Bleus face au Danemark ©Maxppp
La suite après cette publicité

Tout a été dit ou presque sur la désastreuse performance de l'équipe de France face au Danemark dimanche soir (défaite 0-2). Un nombre de blessés incroyable, énormément de jeunesse et d'inexpérience au coup d'envoi, à Copenhague, face à une équipe du Danemark impitoyable et qui a joué avec de l'envie, contrairement aux Bleus. Malgré tout, les quelques cadres qui ont été alignés par Didier Deschamps pour entourer les jeunes bleus n'ont pas été à la hauteur. Si les performances faiblardes des champions du monde Kylian Mbappé et Olivier Giroud ont été soulignées, un autre héros de Russie est, lui aussi, passé à travers.

Contrairement aux deux nommés plus haut, ce n'est pas la première fois. On parle ici de Benjamin Pavard. Mais le solide défenseur du Bayern Munich de 26 ans, qui a quasiment tout gagné en club et en équipe nationale, n'est pas le seul fautif. Didier Deschamps, qui continue sans cesse depuis plus de 4 ans à le faire jouer dans un poste de piston droit peu en adéquation avec ses qualités, ne l'a clairement pas aidé. Encore une fois, son manque de vitesse, d'habilité sur ses centres et un replacement parfois approximatif n'ont pas été de tout reproche, notamment sur l'ouverture du score de Kasper Dolberg, où il est clairement absent défensivement.

Benjamin Pavard a pris cher sur les réseaux sociaux

Conscient du bouillon que prenait l'un de ses plus fidèles protégés (il est le 12e joueur le plus utilisé de l'ère Deschamps avec 46 matches), le sélectionneur tricolore a décidé de remettre Pavard en axe droit de la défense à la mi-temps, Jonathan Clauss faisant son entrée en jeu en piston droit. Mais là encore, s'il n'a pas commis d'incroyables bévues, Pavard n'est jamais paru en mesure d'encadrer et de rassurer le tandem Upamecano-Badiashile, qui a continué à se montrer très fébrile en seconde période, devant notamment un Christian Eriksen intenable.

Il n'en fallait pas plus à la twittosphère pour s'acharner contre le numéro 2 de l'équipe de France. «Il va l'avoir combien de temps encore Pavard le bouclier d'immunité "Second poteau Pavaaaard" ? Non parce que bon, ça fait 4 ans qu'il est infâme», pouvait-on notamment lire hier soir. Alors résumer la carrière du défenseur munichois à son seul but face à l'Argentine en Russie serait bien évidemment réducteur. Mais à la vue de son immense expérience (46 sélections), de son palmarès et de son replacement dans l'axe au cours du match, sa prestation a été clairement insuffisante. Cela ne devrait pas l'empêcher de s'envoler pour la Coupe du Monde au Qatar dans quelques semaines tant sa "polyvalence" est indispensable à l'équipe de France pour Didier Deschamps. Mais il va clairement devoir faire beaucoup mieux...

Plus d'infos

Commentaires