Cette trêve internationale d’octobre est compliquée pour bon nombre d’entraîneurs. Sylvinho a ainsi été débarqué du côté de l’Olympique Lyonnais lundi quelques heures après la résiliation à l’amiable du contrat d’Eusebio Di Francesco à la Sampdoria de Gênes. L’Espanyol Barcelone a choisi de se séparer de David Gallego pour miser sur Pablo Machin alors que le Cercle Bruges a mis un terme à sa collaboration avec Fabien Mercadal. Ce mardi, c’est Marco Giampaolo qui pourrait faire les frais de son début de saison raté avec l’AC Milan.

Cette pression, Lucien Favre commence lui aussi à la ressentir. Cela peut paraître étonnant, puisque le Borussia Dortmund est loin d’être dans une situation critique, et pourtant, le technicien suisse voit son bilan contesté. Bild expose d’ailleurs ce mardi les raisons pour lesquelles le BVB devrait se poser des questions sur le maintien en poste de l’ancien coach de l’OGC Nice. Huitième de Bundesliga après sept journées, à quatre points du leader le Borussia Mönchengladbach, il paie des derniers résultats décevants.

Rangnick pour lui succéder ?

Il vient d’enchaîner une série de quatre nuls et une victoire sur les cinq derniers matches. Mais plus que les résultats secs, c’est le jeu déployé et l’absence de progrès notables qui sont pointés du doigt par la critique. Les médias locaux se demandent, dans une saison où tout semble plus ouvert que jamais outre-Rhin, si le coach helvète a les clés tactiques et psychologiques pour mener les Borussen au sacre en Bundesliga. « Alors que les grands entraîneurs veulent gagner chaque match, le fanatique tactique Favre donne l’impression qu’il ne veut tout simplement pas perdre. Favre est de plus en plus prisonnier de lui-même, semble de plus en plus paralysé », lâche Bild dans son édition du jour.

Le constat est sévère et le journal tempère en précisant que les joueurs - au premier rang desquels Manuel Akanji, Raphaël Guerreiro, le capitaine Marco Reus ou l’expérimenté Lukasz Piszczek - sont eux aussi bien loin de leur meilleur niveau. Toujours est-il que l’entraîneur, à l’étiquette de loser magnifique, se retrouve dans le viseur. Et si sa direction ne pense pour l’instant pas à s’en séparer, un candidat se tiendrait déjà prêt pour assurer une éventuelle succession. Il s’agit de Ralf Rangnick, libre de tout contrat depuis la fin de son aventure à Leipzig. Lucien Favre est prévenu, cette trêve pourrait également lui coûter cher...