Dimanche 11 novembre, à 16h30 heure locale, 20h30 heure de Paris, le stade Centenario de Montevideo résonnera au moment où l’arbitre sifflera le coup d’envoi de la finale du championnat d’Uruguay, entre le Nacional et Peñarol. Un classique du football uruguayen qui fait écho aux finales de la Copa Libertadores, disputées entre les deux frères ennemis de Buenos Aires, Boca Juniors et River Plate (match aller samedi, 21h).

Mais il y a fort à parier que les vingt-deux acteurs présents cet après-midi dans la capitale uruguayenne auront bien du mal à offrir le spectacle tant attendu par les 60 000 spectateurs présents. La faute à une pelouse en très mauvais état, que les jardiniers tentent de rendre présentable...en l’aspergeant de peinture verte ! Sur Twitter, l’attaquant uruguayen du FC Barcelone, Luis Suarez, a réagi vivement à ces images : « Incroyable que LES FINALES LES PLUS IMPORTANTES de notre football puissent se disputer sur un tel terrain... je vous en supplie, changeons notre IMAGE. »