Décidément, l’AS Saint-Étienne a réussi son mercato d’hiver. Yohan Mollo réalise des prestations de haute volée, avec des buts et des passes décisives à la clé. Mathieu Bodmer s’intègre doucement mais se montre déjà décisif. Dans l’ombre, Eirik Birkelund, lui aussi arrivé en janvier et pisté par Lille et Rennes ces derniers mois, fait doucement son trou chez les Verts, comme l’a raconté son représentant Henning Berg au quotidien norvégien VG. « Après seulement une semaine au centre, on est venu le chercher et maintenant, il s’entraîne avec l’équipe première. Il a été pleinement intégré. Il joue en ce moment avec la réserve, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il s’installe durablement avec les A », a-t-il lancé avant de poursuivre.

« Il est convaincant depuis qu’il est arrivé et il continue. Il s’est mis au niveau et il n’a aucun problème à suivre les entraînements. Je pense qu’il aura du temps de jeu durant le printemps, peut-être pas dès le match contre le PSG, qui sera une grosse bataille. Bientôt, il aura sa chance », a-t-il lâché. Un discours résolument optimiste, mais crédible si l’on se fie aux dernières déclarations de Christophe Galtier au sujet du jeune milieu norvégien de 19 ans formé à Brann Bergen. « Birkelund, c’est Källström ! C’est le même. C’est fou ce qu’il lui ressemble. Depuis qu’il s’entraîne avec nous, il fait bonne impression. Il va rester avec nous », avait-il confié à But !. De son côté, l’intéressé, buteur et passeur décisif ce week-end en Coupe Gambardella contre Montpellier (4-0, 8e de finale), ne manque pas d’ambition.

« Je ne me pose pas de questions mais je prendrais ma chance si on fait appel à moi. Ce serait déjà formidable de faire partie du groupe. C’est un rêve qui se réalise », a-t-il lancé au journal norvégien Dagbladet, revenant sur ses premiers pas et ses découvertes stéphanoises. « C’est un transfert de taille depuis Brann Bergen. Je suis très heureux jusqu’à maintenant. Il y a des terrains de qualités disponibles quasiment tout le temps, ce qui nous permet de faire des entraînements de qualité. Il y a des joueurs de top niveau européen ici. Alors, il n’est pas facile d’intégrer le onze. Il y a énormément de concurrence, mais grâce aux absences, mes chances de jouer sont un peu plus élevées. Le rythme est soutenu dans l’engagement aux entraînements », a-t-il conclu. L’adaptation éclair d’Eirik Birkelund est pleine de promesses pour l’AS Saint-Étienne qui peut raisonnablement espérer avoir frappe un nouveau joli coup cet hiver avec lui.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10