Un rachat par Ineos, quelques coups bien sentis sur le mercato estival malgré une longue attente : un projet ambitieux est né à Nice il y a quelques mois, mais il tarde plus que jamais à se concrétiser sur les terrains de Ligue 1. Face à Saint-Étienne hier soir, le club azuréen a sombré de manière pathétique encaissant 4 buts. Ce qui en fait la troisième plus mauvaise défense de Ligue 1 (26 buts encaissés), derrière Amiens (28) et Toulouse (31). Alors bien sûr, l’entraîneur Patrick Vieira pouvait déplorer l’absence de sa charnière habituelle Christophe Hérelle-Dante, le premier étant blessé et le second étant suspendu, mais cela ne l’a pas empêché de livrer un constat implacable sur le niveau actuel de son équipe.

« Défensivement, nous avons manqué de concentration et de justesse au niveau du placement, de nos prises de décisions. Nous avons été catastrophiques défensivement, individuellement et collectivement. C’est une grosse déception. Je reproche au groupe d’avoir failli individuellement. Si nous étions restés un peu plus longtemps dans le match, il y avait la place pour prendre quelque chose. Défensivement, nous avons affiché nos limites. Il y a des joueurs qui sont passés à travers leur match, d’autres n’avaient pas joué depuis longtemps. Pour les quatre de derrière, c’était difficile, mais j’attendais plus. C’est une énorme déception », a-t-il déclaré en conférence de presse.

Un calendrier abordable pour se relancer

L’OGC Nice a enchaîné une sixième défaite d’affilée à l’extérieur, quatre jours après un match pourtant convaincant à domicile face à Angers (3-1). La formation de Vieira semble incapable d’enchaîner et est régulièrement ralentie par des performances collectives indignes, comme cela a été le cas cette saison face à Lyon, Nantes ou Monaco. La nouvelle faillite de la défense, incarnée par des joueurs en difficulté comme Malang Sarr ou Racine Coly, mais aussi par des habituels points forts à l’image de Youcef Atal, empêche les Aiglons de croire à une saison florissante. Ce qui n’empêche pas Patrick Vieira d’être courtisé par Arsenal.

Les ambitions nées du rachat du club par Ineos restent pour l’instant au stade des espoirs. Si Nice peut se rassurer avec la réception de Metz ce week-end, il devra ensuite se déplacer à Brest, qui a atomisé Strasbourg mardi soir (5-0), avant d’accueillir Toulouse à l’Allianz Riviera. Trois matches a priori abordables avant la trêve qui diront si les Aiglons peuvent croire véritablement à un envol cette saison.