Décidément l’histoire entre Ole Selnaes, le milieu de terrain norvégien, et l’Association sportive de Saint-Étienne ne s’est pas vraiment bien terminée. Transféré en Chine, au Shenzhen Football Club (D1 chinoise), promu en première division, en février, le milieu de terrain est revenu sur sa fin d’aventure avec les Verts et on peut dire que ça dépote. Pour rappel, les supporters de l’ASSE l’avaient un peu chahuté, avec des banderoles, sur la fin de son parcours.

« Une histoire a toujours plusieurs versions, et j’ai légèrement une version différente de celle du club. Le football est cynique. J’ai senti qu’ils m’avaient jeté dans la fosse aux lions pour se sauver et pour que tout le monde se concentre sur moi. C’est bon, je sais que le football est comme ça. Je pensais que le football était cynique, mais je n’avais pas grand-chose à gagner à entrer dans une bataille médiatique avec eux. Je suis juste amer, et ce sentiment est encore plus grand. Je pensais que je devais faire le moins de bruit possible, fermer ma bouche et laisser passer tout ça en silence », avait déjà déclaré Selnaes il y quelques jours.

« Au bout de trois ans, vous vous dites que ça suffit »

Mais l’international norvégien, titulaire ce samedi contre l’Espagne pour un match comptant pour les qualifications à l’Euro 2020 (2-1 pour la Roja), ne s’est pas arrêté en si bon chemin puisqu’il s’en est ensuite pris à la ville à proprement parler. « Cela m’a vraiment aidé de jouer dans un bon club et un bon championnat. Mais ce n’est pas tout ce qui compte dans la vie. Les journées devraient être remplies par autre chose que les entraînements », a-t-il commencé par expliquer au journal Dagbladet, avant de poursuivre et d’étayer son propos.

« J’ai eu une superbe expérience en termes de football à Saint-Étienne. Mais je n’ai jamais caché que je n’étais pas heureux dans cette ville. C’est une toute petite ville avec peu de distractions. J’allais à l’entraînement, et je rentrais chez moi après l’entraînement. Le reste de le journée, j’étais seul dans mon appartement. Au bout de trois ans, vous vous dites que ça suffit. Vous voulez découvrir d’autres choses », une nouvelle déclaration qui ne devrait pas du tout plaire aux nombreux - et festifs - supporters de l’AS Saint-Étienne.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10