Dans les ultimes heures du marché estival, le Stade Rennais enrôlait Jonas Martin (en provenance de Strasbourg), mais aussi Raphinha, l’attaquant du Sporting CP, bien moins connu dans nos contrées hexagonales. Pourtant, le club breton a dépensé la somme de 21 millions d’euros, un record à un million près. Sauf que depuis, le Brésilien a un peu de mal à s’imposer offensivement et il n’a marqué absolument aucun but avec la formation de Julien Stéphan.

« J’étais heureux au Sporting, je n’avais pas de raison de vouloir partir. Dans ma tête, je devais faire une saison de plus pour m’affirmer, réussir de meilleures statistiques. Mais ce qui est arrivé fait partie du football. Le transfert a été bon pour le Sporting, bon pour moi. Je suis aussi très heureux maintenant à Rennes », a-t-il concédé dans les colonnes d’A Bola ce lundi matin. Mais on sent quand même un brin d’amertume dans ses propos lorsqu’il évoque son passé de Sportingista.

Une trêve pour bien travailler

« Moi, quand j’ai été recruté par le Sporting, j’ai dit que j’arrivais pour remporter des titres. J’ai tout fait pour que ça arrive, comme tous mes partenaires. Évidemment, j’aurais aimé remporter la Liga, mais ce n’est pas arrivé. Heureusement, j’ai pu gagner les deux premiers titres de ma carrière avec le Sporting, ce que je n’oublierai jamais. Je garderai toujours ça en moi », a-t-il ensuite poursuivi, semble-t-il, un peu ému au moment d’évoquer ces années de Leão.

Avec la trêve internationale, il pourra probablement travailler un peu plus avec ses partenaires pour peaufiner des automatismes qui ne sautent pas encore aux yeux à l’heure actuelle. « Forcément, il aimerait marquer. C’est quelqu’un de jeune, qui a envie de bien faire », expliquait d’ailleurs le portier rennais Romain Salin en zone mixte. En effet, à seulement 22 ans, Raphinha a encore le temps de s’adapter et de montrer l’étendue de son talent.