Le Paris SG n’avait pas le droit à l’erreur à Belgrade dans l’ambiance surchauffée du Marakana. Face à l’Étoile Rouge, les hommes de Thomas Tuchel devaient au moins obtenir le nul pour assurer leur billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Serein et sérieux, le club de la capitale entrait très bien dans sa rencontre, avec une impressionnante maîtrise technique dans le cœur du jeu. La vitesse des attaquants parisiens mettait en difficulté le bloc serbe, qui finissait par plier au bout de dix minutes. Lancé par Marco Verratti, Kylian Mbappé déposait le capitaine adverse Filip Stojkovic et servait Edinson Cavani qui, seul aux six mètres, poussait le ballon au fond des filets (0-1, 10e). Les locaux réagissaient timidement par l’intermédiaire d’El Fardou Ben Nabouhane, mais sa frappe du gauche ratait le cadre (13e).

Sans paniquer, les Parisiens remettaient un coup sur l’accélérateur, usant leur adversaire du soir à coup de passes redoublées et de changements de rythme. Suite à un joli une-deux avec Mbappé, Marco Verratti enchaînait avec une frappe à l’entrée de la surface, qui terminait sa course dans les bras de Milan Borjan (24e). Le portier s’interposait quelques minutes plus tard sur un tir de Neymar, parfaitement lancé en profondeur par Cavani, et était tout heureux de voir le tir du gauche d’Angel Di Maria frôler sa lucarne (31e). Il ne pouvait rien ensuite sur une inspiration de Neymar. Servi par Mbappé côté gauche, le Brésilien fixait Filip Stojkovic, feintait Milos Degenek et Borjan pour marquer très calmement (0-2, 40e). Mbappé, très en jambes, ratait le but du K. O., trouvant le petit filet extérieur après une ouverture de Di Maria (42e).

Le PSG n’a pas tremblé

Au retour des vestiaires, l’Étoile Rouge affichait un visage conquérant et s’offrait un temps fort. La tête de Ben Nabouhane, sur un centre de Stojkovic, mourrait d’abord au ras du poteau d’un Gianluigi Buffon spectateur (53e). Marko Marin butait ensuite sur le portier transalpin avec une nouvelle action chaude (54e). Et à force de subir, le PSG craquait. Sur un ballon mal renvoyé par Silva, Marko Gobeljic décochait une volée sur laquelle Buffon s’inclinait (1-2, 56e). Une piqûre de rappel pour les Rouge-et-Bleu, qui réagissaient immédiatement et remettaient le pied sur le ballon. Thilo Kehrer, bien décalé par Di Maria, frappait à ras de terre mais Borjan veillait au grain (62e). Borjan, encore lui, était bien placé sur un tir de Mbappé (63e).

Cavani plaçait ensuite une tête au-dessus sur un amour de centre de Di Maria (68e). Marquinhos allait finalement concrétiser le réveil francilien. Sur un coup franc de Di Maria, l’Auriverde s’élevait plus haut que tout le monde et redonnait, de la tête, deux buts d’avance aux siens (1-3, 74e). Neymar ne trouvait pas le cadre, du droit, aux 18 mètres (80e). Cavani tentait lui aussi sa chance quelques instants plus tard, mais son tir passait largement à côté (82e). Mbappé allait finalement parachever le succès des siens, de près, bien lancé par Neymar (1-4, 90e +1). Score final (1-4). Le PSG termine premier de sa poule et verra donc les 8es de finale pour la 7e saison consécutive.

L’homme du match : Neymar (7,5) : diminué physiquement et longtemps incertain, le n° 10 parisien a réalisé un match costaud. Serré de près et souvent chahuté par les Serbes, il est resté calme, obtenant de nombreux coups francs et ne cédant pas aux provocations. Et s’il n’a pas toujours connu la réussite escomptée balle au pied, le Brésilien a su se montrer décisif, en inscrivant un but de classe en éliminant trois adversaires (40e) et en servant Mbappé pour la quatrième et la dernière réalisation (90e +1).

Étoile Rouge de Belgrade :

- Borjan (4,5) : le portier canadien a très vite été mis à contribution par les attaquants parisiens et à la 10e minute, Cavani l’a ajusté à bout portant et l’a trompé une première fois. Après avoir stoppé des frappes de Verratti (24e) et Neymar (31e), ce dernier s’est joué de lui en le feintant, puis en lui marquant le but du break (40e). Au retour des vestiaires, il a effectué un bel arrêt devant Kehrer (62e), avant de capter un tir de Mbappé (64e). À la 73e, la tête de Marquinhos l’a cloué sur place. Sept minutes plus tard, son tacle devant Mbappé a permis de sauver son camp (80e). Il s’est incliné une dernière fois en fin de rencontre (90e+2).

- Gobeljic (4) : un premier acte compliqué pour lui, qui a subi les assauts de Mbappé sur son côté. Auteur de quelques montées lors des temps faibles parisiens, il a centré à plusieurs reprises (17e, 53e) avant de réduire le score d’une belle demi-volée (56e), ce qui a relancé son équipe, du moins provisoirement. Il s’est ensuite effacé.

- Stojkovic (2,5) : le capitaine de la formation serbe a eu beaucoup de mal pour contenir les assauts adverses ce soir. Sur l’ouverture du score de Cavani, il est complètement dépassé par Mbappé qui n’a plus qu’à centrer (10e). Une demi-heure plus tard, rebelote. Cette fois-ci, c’est Neymar qui l’a pris de vitesse pour inscrire le but du break (40e). Bien qu’un peu mieux par la suite, il n’a pas été d’une grande sérénité et n’a pas empêché son équipe d’encaisser un troisième but.

- Degenek (3) : l’international australien a souvent eu l’air d’être au bord la rupture aujourd’hui. Souvent sous la panique, ses relances ont quasiment toujours été perdues. Sur le but de Neymar (40e), il est trop loin du Brésilien, qui n’a plus qu’à frapper. Comme son compère de l’axe, il n’a pas affiché une grande sérénité tout au long de la rencontre qu’il devrait vite oublier.

- Rodic (4) : le latéral gauche serbe a vécu une soirée mitigée. Il pas vraiment été bon dans la relance. Invisible offensivement en première période, c’est tout de même lui qui est à l’origine de la réduction du score de Gobeljic, adressant un centre au milieu de la surface française (56e). Son seul fait d’armes.

- Jovancic (3,5) : le numéro 29 s’est surtout distingué par son duel assez chaud avec Neymar que par le niveau qu’il a affiché ce soir. Sur l’ouverture du score, il a été trop court et n’a pas pu revenir sur Cavani, qui a poussé le ballon au fond des filets (10e). Son trop grand déchet technique a mené à certaines occasions pour les Parisiens. Sa tête à la 70e minute n’a pas inquiété Buffon.

- Causic (4) : le milieu de terrain serbe a été dépassé dans l’entrejeu, notamment lors de la première partie du match, dépassé par la maîtrise technique des joueurs parisiens. Les contre-attaques adverses l’ont fait souffrir, de par la vitesse des attaquants du PSG. Offensivement, il a centré une fois, sans que cela donne quelque chose (53e).

- Ben Nabouhane (4) : aligné dans le couloir droit, l’international comorien a été le premier à se montrer dangereux côté serbe avec une frappe (13e) et un centre (17e). Mais ce sont ses ratés que l’on retiendra : à deux reprises, il est trop court pour reprendre les centres successifs de ses coéquipiers (54e). Dommage.

- Marin (4,5) : placé en soutien de l’attaquant de pointe, l’Allemand a été discret, notamment durant les 45 premières minutes. Pris en tenaille par les milieux de terrain du PSG, ses partenaires n’ont pas réussi à le trouver. Revenu sur la pelouse avec de meilleures intentions, son placement entre les lignes a quelque peu perturbé ses adversaires. Il a tenté sa chance par deux fois (54e, 68e), en vain. Pas assez pour espérer un résultat. Il est remplacé par Devan Joveljic (86e), qui n’a pas eu assez de temps pour influencer la partie.

- Simic (4) : placé sur le côté gauche de l’attaque belgradoise, il ne s’est pas distingué sur les quelques phases offensives de son équipe, hormis par un centre dangereux à la suite d’une belle percée. Mais cela a été trop insuffisant pour être décisif lors de cette rencontre. Il a cédé sa place à Lorenzo Ebecilio (72e). Il n’a pas montré grand-chose.

- Pavkov (4,5) : le héros du match contre Liverpool s’est trop souvent retrouvé seul au milieu de la défense parisienne, qui ne lui a pas fait de cadeau. Souvent à la déviation, il a subi beaucoup de fautes. Malgré ses efforts, il n’a centré qu’une fois (30e). Alors que son équipe était un peu mieux en début de seconde période, on ne l’a paradoxalement plus vu. Il est remplacé par Richmond Boakye (72e). Une seule frappe contrée est à mettre à son actif (77e).

Paris SG :

- Buffon (4) : après une première période très tranquille, le Transalpin s’est fait surprendre sur un temps fort serbe. Il est tout heureux de voir la tête de Ben Nabouhane passer à côté (53e) et couvre mal son premier poteau sur la réduction du score de Gobeljic (56e).

- Kehrer (5,5) : préféré à Meunier et Alves au poste de latéral droit, l’Allemand a rendu une copie honnête. Avec plusieurs belles montées (15e, 45e, 58e, 62e), il s’est libéré au fil des minutes tentant même sa chance d’un tir capté par Borjan (62e). Averti (29e), l’ex de Schalke 04 a toutefois laissé quelques espaces parfois dangereux dans son dos.

- Thiago Silva (6) : serein et appliqué, le capitaine parisien a rarement été mis en difficulté. Le Brésilien a assuré ses couvertures et affiché une précision ses relances simples et précises. Malheureusement, c’est l’une de ses interventions ratées qui débouche sur le but serbe (56e).

- Kimpembe (5,5) : le champion du Monde a été présent dans l’impact et agressif au marquage (25e). Précieux dans les duels aériens, il n’a pris aucun risque balle au pied. Il a provoqué le jaune de Pavkov (25e).

- Bernat (5,5) : très haut sur le terrain, le gaucher a proposé sans cesse à ses partenaires. Plutôt à l’aise dans ses prises de balle et ses initiatives vers l’avant, l’Espagnol reste dans la lignée de ses dernières sorties convaincantes, même s’il est un peu passif sur la réduction du score serbe.

- Verratti (6) : en patron, l’Italien a dicté le rythme du jeu parisien balle au pied. L’ancien de Pescara a participé à l’effort collectif, avec d’excellents retours (17e, 42e). Il s’est même porté aux avants-postes, tentant une frappe en première période (24e). Remplacé par Rabiot (82e). Le milieu s’est rapidement mis dans le ton d’une rencontre déjà pliée.

- Marquinhos (6,5) : souvent en position de troisième central en phase de construction, le n° 6 ce soir a su gêner la construction serbe par ailleurs, comme en témoigne son bon retour (65e). En nets progrès balle au pied, à l’image de sa belle ouverture pour Kehrer (47e). Il restera comme le héros de la rencontre avec son but, le troisième, de la tête, dans son style habituel (74e).

- Di Maria (6,5) : il est entré dans son match avec un corner complètement raté (1e). L’Argentin, actif au pressing, a ensuite eu un peu de mal à trouver ses partenaires. Mieux en fin de première période, il a placé une frappe de peu à côté (31e) et une ouverture pour Mbappé qui aurait pu s’avérer décisive (42e). Dans la lignée, el Fideo a réalisé une bonne seconde période, déposant une offrande sur la tête de Marquinhos (74e) et distillant un excellent ballon à Cavani (68e). Remplacé par Draxler (88e).

- Neymar (7,5) : voir plus haut

- Mbappé (7) : en jambes d’entrée, l’attaquant a offert le premier but à Cavani (10e) et lancé Neymar sur le second (40e), mettant la défense adverse au supplice par ses accélérations à répétition. Il rate certes une grosse occasion en fin de première période (42e) et effectue quelques mauvais choix balle au pied. Plus discret lors du second acte, le champion du Monde a su se ressaisir pour parachever le succès des siens (90e +1).

- Cavani (6) : el Matador n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous la dent, mais il a réussi l’essentiel en ouvrant le score pour mettre les Parisiens sur les bons rails (10e). S’il a eu du mal à combiner, il aurait pu inscrire deux nouveaux buts, de la tête notamment (68e). Il a également, et comme à son habitude, participé aux efforts, à l’image de son retour précieux dans sa surface (30e).