Hier soir, le FC Barcelone a dit un grand merci à son gardien Marc-André ter Stegen. Sans ses nombreuses parades de grande classe et un penalty arrêté, le champion d’Espagne en titre ne serait sans doute pas rentré d’Allemagne avec le point du match nul (0-0). Et si le portier allemand fait logiquement la Une des médias catalans, un autre Blaugrana fait parler : Antoine Griezmann. Attendu au tournant après un début de saison mitigé en Liga, Ernesto Valverde avait choisi de maintenir un 4-3-3 censé être moins frileux que son 4-4-2 souvent critiqué.

Dans ce système, Antoine Griezmann occupait le flanc gauche, Luis Suarez et Ansu Fati se chargeant d’animer respectivement la pointe et le côté droit. Un positionnement que le Français a des chances de conserver lorsque Lionel Messi sera complètement remis de sa blessure. Et si c’est le cas, le match d’hier n’a pas laissé entrevoir de signaux positifs. Notamment sur l’apport offensif de l’ancien pensionnaire de l’Atlético de Madrid. Collectivement, le travail de Grizi a en effet été unanimement salué par la presse pro Barça.

Griezmann demande du temps

« On l’a vu davantage en défense. Il a dégagé un grand nombre de ballons dans la surface, il a couru après le latéral adverse. Il mérite des éloges pour son sacrifice, mais son équipe avait surtout besoin de lui en attaque », écrit Mundo Deportivo. « Peu de lucidité, mais beaucoup de travail pour le Français. Il a cherché par tous les moyens à combiner avec ses partenaires », ajoute Sport. Vous l’aurez compris, Griezmann a surtout été félicité pour son travail défensif. Il a d’ailleurs été l’attaquant ayant récupéré le plus de ballons (4). Mais dans un match où il a eu peu d’espaces sur le côté gauche, beaucoup s’interrogent sur la suite de sa carrière barcelonaise s’il venait à rester scotché sur ce flanc.

Interrogé par Movistar à l’issue de la rencontre, le champion du monde n’a pas voulu céder au pessimisme. « C’est vrai que nous n‘avons pas tiré au but, ce sont des choses à améliorer. Au final, un point c’est un point. Les matches à l’extérieur sont toujours différents. L’équipe qui reçoit presse beaucoup plus et elle est davantage en confiance. Dans ces conditions, c’est difficile de se créer des occasions. Il faut travailler, voir ce qu’on a mal fait. Ce n’est que mon deuxième mois ici et je dois encore prendre mes habitudes. Je dois cerner les déplacements de Luis (Suarez) et d’Ousmane (Dembélé) quand il reviendra. Et eux doivent apprivoiser les miens ». Affaire à suivre.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10