Le Real Madrid cherchait la passe de trois lors de cette nouvelle finale de Ligue des Champions face à Liverpool. Grand favori de cette confrontation, la Casa Blanca avait aussi l’occasion de prendre sa revanche sur la finale de 1981 et d’inscrire son nom au palmarès de la coupe aux grandes oreilles pour la 13e fois. Un record déjà absolu. Pour marquer un peu plus l’histoire, Zidane pouvait se vanter d’avoir à disposition toutes les forces disponibles. Il n’y avait d’ailleurs pas vraiment de surprise dans la composition de départ avec les titularisations du quatuor défensif habituel et les présences de Kroos, Modric et Casemiro au milieu. Une incertitude demeurait et c’est Isco et Benzema qui prenaient place aux côtés de Ronaldo. Le coach madrilène alignait donc exactement la même équipe qui a triomphé de la Juventus Turin l’an passé. Klopp aussi envoyait un onze type avec son fameux trio Mané-Salah-Firmino, qui allait être l’une des clés du match.

La ligne d’attaque anglaise faisait immédiatement des dégâts. Pas du tout inhibé par l’enjeu, Liverpool démarrait très fort et occupait la moitié de terrain espagnole. Chaque incursion dans les 30 derniers mètres mettait le feu dans la surface adverse. Il fallait à chaque fois une intervention de Varane pour éteindre le début d’incendie (4e, 7e). Le Français perdait tout de même un duel sur corner avec Van Dijk, qui ne cadrait pas sa tête (18e). Robertson et Alexander-Arnold réalisaient un gros travail dans les couloirs. Le premier centrait pour Firmino, qui loupait son contrôle et tardait à frapper mais le ballon revenait sur le latéral droit dont la frappe puissante était captée en deux temps par Keylor Navas (23e). Le Real Madrid souffrait terriblement durant ce début de match. Il faisait le dos rond et trouvait le moyen de faire mal sur de rares occasions.

Une finale à rebondissements

Après une perte de balle de Firmino, Cristiano Ronaldo préférait frapper dans un angle compliqué plutôt que de trouver Isco (15e). Le rythme ne retombait pas mais un peu avant la demi-heure de jeu, Salah s’écroulait après un duel avec Sergio Ramos. L’Égyptien se plaignait de l’épaule, serrait les dents avant de s’effondrer en larmes sur la pelouse trois minutes après, remplacé par Lallana. Sa finale de Ligue des Champions s’arrêtait nette (31e). Carvajal connaissait le même sort que le meilleur buteur de Premier League après s’être blessé à la cheville et cédait sa place à Nacho (37e). La fin de première période devenait compliquée pour les Reds. Benzema pensait ouvrir le score avant d’être signalé en position de hors-jeu (43e). Il alertait ensuite Nacho, dont la reprise passait quelques centimètres à côté (45e) et s’essayait enfin à une frappe lointaine dangereuse (45e+3). Liverpool accueillait la mi-temps les bras ouverts.

De retour des vestiaires, les Merengues revenaient avec les mêmes intentions qu’ils avaient laissées sur le pré avant la pause. Ils réussissaient à tenir davantage le ballon. Après une tentative d’Isco sur la barre (48e), ils ouvraient le score grâce à une incroyable bourde de Karius. Le gardien allemand voulait dégager à la main mais ignorait la présence de Benzema, qui tendait le pied au moment de la relance. Le ballon finissait tout doucement sa course dans le but (1-0, 51e). Les Reds avaient beau contester, l’arbitre validait le but. Ils ne baissaient pour autant pas les bras. Sur un ballon de Milner, Firmino un peu court ne parvenait pas à concrétiser (54e). Sur l’occasion suivante, Lovren prenait le meilleur sur corner et remisait vers Mané qui devançait Marcelo, plus la sortie de Keylor Navas, et égalisait (1-1, 55e). La rencontre était encore loin d’être décidée. C’est à ce moment-là que Zidane remplaçait un Isco dans un mauvais soir par Bale (62e).

Karius plombe Liverpool

Le Gallois allait renverser la rencontre à lui tout seul (et grâce à la complicité de Karius aussi). Sur son premier ballon, il envoyait d’abord un retourné acrobatique dans la lucarne du portier allemand (2-1, 64e). Un geste qui rentrait directement dans l’histoire à côté de celui de Zidane en 2002. Encore mené, Liverpool repartait vers l’avant et était tout proche de revenir une nouvelle fois. Après une intervention chaude de Ramos devant Mané (69e), le Sénégalais frappait sur le poteau depuis l’extérieur de la surface (70e). Le KO était proche quand Robertson effectuait un tacle rageur dans les pieds d’un Cristiano Ronaldo seul face au but (74e). Karius sauvait les siens face à Benzema (82e) mais il commettait une erreur irréparable sur une frappe lointaine et flottante de Bale (3-1, 83e), condamnant définitivement les siens. Les sauvetages de Lovren (85e) et Van Dijk (90e+2) empêchaient seulement d’alourdir le score. Le Real Madrid l’emporte 3-1 et soulève la 13e Ligue des Champions de son histoire, et la 3e de suite, au terme d’une finale rocambolesque.

Revivez le film de cette finale sur notre live.

L’homme du match : Bale (non-noté) : Entré à la place d’un Isco décevant sur cette finale, il n’a pas tardé à faire parler la poudre. Sur un centre de Marcelo, il a réalisé un retourné exceptionnel alors qu’il était sur le terrain depuis seulement 122 secondes (2-1, 64e). Le Gallois ne s’arrêtait pas là et s’offrait le doublé en profitant d’une nouvelle bourde de Karius (3-1, 83e). 4 ans après avoir marqué contre l’Atlético en finale de de Ligue des Champions, l’ancien de Tottenham est une nouvelle fois décisif dans le grand rendez-vous.

Real Madrid :

- Navas (6) : pas toujours rassurant dans les airs, l’ancien portier de Levante ne commettait pas d’erreurs pour autant. Mis à contribution par Alexander-Arnold, il réalisait un arrêt de grande classe (23e). Malgré les nombreuses offensives de Liverpool, il n’avait pas beaucoup à intervenir. Proche d’arrêter une tête de Lovren, il était surpris par Mané qui égalisait (1-1, 55e). Il était ensuite sauvé par son poteau sur une nouvelle tentative du Sénégalais (70e).

- Carvajal (non noté) : assez virevoltant en début de match, il n’hésitait pas à monter aux avant-postes pour prêter main-forte à ses attaquants. Il lançait parfaitement Cristiano Ronaldo (15e), mais le Portugais n’arrivait pas à cadrer. Défensivement, c’était en revanche plus compliqué face aux dribbles de Sadio Mané. Tombé au sol, il sort sur blessure (37e) et laisse sa place à Nacho (note : 6,5). Bien rentré, ce dernier s’offrait une belle reprise qui fuyait le cadre (45e). Il a resserré les boulons pour effectuer un excellent match.

- Varane (7) : très vigilant devant un caviar de Salah pour Mané, il rentrait parfaitement dans le match (1e). Il effectuait de nouveau une superbe intervention devant le Sénégalais dans la foulée (7e). Sur sa lancée, il continuait d’être appliqué et n’était jamais pris à défaut. Très propre, il rendait une copie solide en étant dans les bons coups défensivement.

- Ramos (7) : irréprochable comme son compère dans l’axe, il se montrait décisif à de nombreuses reprises face aux assauts des Reds. Il intervenait parfaitement devant une frappe puissante de Roberto Firmino (23e). Auteur d’une intervention limite sur Salah, il blessait l’Égyptien à l’épaule (26e). Solide, il effectuait des interventions de grande classe à l’image d’un sauvetage devant Mané (69e).

- Marcelo (7,5) : porté vers l’avant comme à son habitude, le Brésilien décochait une banderille en début de rencontre sans succès (11e). Suite à la sortie de Salah, il se projetait davantage pour apporter le danger. Pris de vitesse par Mané, il ne réussissait pas à empêcher l’ancien Messin de marquer (1-1, 55e). Il se rachetait très vite en délivrant un amour de ballon pour Gareth Bale (2-1, 64e). Il réalisait une nouvelle passe décisive pour le Gallois en fin de match (3-1, 83e).

- Casemiro (5) : mal rentré dans ce match, le milieu défensif perdait de nombreux ballons. N’impactant pas le jeu de son équipe, il vivait le premier acte comme un fantôme. Mieux en seconde période, il distribuait davantage le ballon et essayait de fournir ses attaquants en ballons. Il faisait une main suite à un centre de Roberto Firmino, mais l’arbitre ne bronchait pas (73e).

- Modric (8,5) : précieux dans le travail défensif , le Croate se montrait précieux. D’une impressionnante précision dans tous ses gestes, il assumait son statut de patron du Real Madrid. Dans un grand soir, il sublimait ses coéquipiers par ses inspirations et n’hésitait pas à se sacrifier au bénéfice du collectif. Auteur de grandes prestations lors des trois finales de Ligue de Champions du Real Madrid auquel il a pris part, il a encore démontré qu’il possédait les clefs pour s’imposer dans la plus prestigieuse des épreuves.

- Kroos (6) : assez brouillon à l’entame de la rencontre, l’Allemand retrouvait le sourire au fil des minutes. Investi, il mettait un bel impact dans la récupération du ballon. Dans la transmission, il était aussi mieux et terminait bien la première période. Par la suite, il retombait quelque peu dans ses travers et ne parvenait plus à faire des différences. Un match assez décevant de la part du natif de Greifswald qui s’est montré déjà plus inspiré dans ce type d’événement.

- Isco (4) : complètement transparent, il ne parvenait pas à donner le tempo dans ce match. Ne parvenant pas à se positionner sur le terrain, il courrait beaucoup dans le vide. De façon assez surprenante, il commettait des pertes de balles évitables. Bénéficiant d’une erreur de Lallana, il trouvait la barre transversale (48e). Suite à un contrôle dos au but, il tentait sa chance et tombait sur Karius (61e). Remplacé par Gareth Bale (62e). Voir ci-dessus.

- Ronaldo (5) : bien en jambes, le Portugais ne mettait pas longtemps avant de se montrer dangereux. Servi par Carvajal côté droit, il déclenchait et sa frappe frôlait la transversale de Karius (15e). Servi par Nacho, il plaçait sa tête, mais Karius était vigilant, de plus il était hors-jeu (43e). Le quintuple ballon d’or vivait une soirée assez timorée et ne parvenait pas à se montrer décisif. Tout proche de marquer, il était gêné par un retour de Robertson (74e). S’il a montré de l’envie, il est passé quelque peu à côté de sa finale.

- Benzema (8) : précieux dans la remontée du ballon, l’ancien Lyonnais se distinguait dans son jeu de corps. Peu présent dans la surface, il avait du mal à se montrer dangereux. Suite à une tête de Cristiano Ronaldo déviée par Karius, il ouvrait le score, mais son but était refusé pour un hors-jeu (43e). En confiance, il tentait sa chance de loin sans succès (45e +3). Malicieux, il contrait un dégagement de Karius et ouvrait le score (1-0, 51e). Dans un grand soir, il s’illustrait d’une belle reprise repoussée par le gardien des Reds (81e). Remplacé par Marco Asensio (88e).

Liverpool :

- Karius (1,5) : l’Allemand a réussi une bonne première période grâce à sa présence dans et en dehors de la surface (2e, 6e, 20e) et ses quelques arrêts. Il n’a pas non plus eu beaucoup de travail à réaliser mais est resté concentré. Sa deuxième mi-temps est en revanche un calvaire dont il se souviendra toute sa vie. Sa relance dans les pieds de Benzema offre l’ouverture du score au Français (51e) puis son erreur sur la frappe de Bale condamne son équipe (83e). Finalement, son arrêt face à Benzema (82e) passe aux oubliettes.

- Alexander-Arnold (6) : le plus jeune anglais à démarrer une finale de Ligue des Champions a montré qu’à 19 ans, il avait atteint un niveau déjà rare. Disponible, il a dynamité son couloir avec des centres dangereux (4e, 14e). Il voit aussi Keylor stopper son tir puissant (23e). Dans le registre défensif, il se fait une grosse frayeur après une relance ratée (6e). Sa deuxième période est plus compliquée avec notamment un ballon rendu devant sa surface qui a abouti à la barre d’Isco (48e) et plus de liberté accordée à Marcelo.

- Lovren (6) : discret en début de rencontre, il parvenait bien à maîtriser Ronaldo et Benzema. L’ancien Lyonnais n’a pas tremblé lors des rares raids d’Isco, prenant régulièrement le pas sur l’Espagnol. Il a bien failli se louper avant de se rattraper avec un tacle bien senti sur Marcelo dans la surface (38e). Une seconde période contrastée entre une mauvaise couverture juste avant la bourde de Karius (51e) puis un duel gagné de la tête pour amener le but égalisateur de Mané (55e). Un sauvetage devant Bale (85e).

- Van Dijk (5,5) : le Néerlandais a tenté d’imposer son mètre 93 dans les deux surfaces. Il a notamment pris l’ascendant à quelques reprises sur Varane (18e) sans parvenir toutefois à cadrer ses tentatives. Sérieux à la relance, notamment en première période, il est tout de même pris dans son dos sur ce centre de Benzema à destination de Nacho (45e). Il se manque un peu sur cette deuxième période en commentant quelques erreurs de placement même s’il effectue un beau sauvetage (90e+2).

- Robertson (6,5) : il allait être surveillé de près alors qu’il manque d’expérience à ce niveau mais il réalise un bon début de rencontre. S’il réalise une erreur de jugement face à Carvajal (15e), il s’est montré concentré dans le placement défensif (25e). Sa qualité technique a fait des différences et il a su bien occuper son couloir (23e). Malheureusement pour lui, il s’est éteint au fur et à mesure de la rencontre mais réalise un sauvetage magnifique dans les pieds de Ronaldo (72e).

- Wijnaldum (5) : une première période active où il a réussi à étouffer Isco au milieu et a contrarié les connexions entre le milieu et l’attaque madrilène. Pas forcément en réussite techniquement, il a perdu quelques ballons mais a comblé les espaces laissés par Alexandre-Arnold. Sa deuxième période est bien plus compliquée puisqu’il a laissé trop d’espaces à Marcelo mais aussi à Modric dont l’influence grandissait au fur et à mesure du match.

- Henderson (5,5) : le capitaine des Reds a fait du bien dans le jeu long et le rythme à donner à sa formation. Souvent positionné devant sa défense avec et sans le ballon, il est parvenu à faire quelques différences. A l’aise face à Isco et même face à Ronaldo, il a petit à petit cédé du terrain, perdant plus de duels et laissant davantage d’espaces.

- Milner (6) : Liverpool espérait compter sur l’expérience de son vétéran au milieu. Dans un premier temps, il a réalisé un bon boulot, offrant quelques ballons très intéressants, dans le couloir gauche notamment (23e, 54e). Grâce à lui, l’influence de Casemiro a été réduite une bonne partie de la rencontre mais comme la plupart de ses coéquipiers, on l’a senti diminué avec le temps qui passait. Il a perdu des ballons de contre faciles (78e). Remplacé par Can (83e).

- Salah (non-noté) : la star égyptienne était le danger numéro un pour le Real Madrid. En jambes et actif dans les 30 derniers mètres mais pas décisif, il a eu du mal à trouver ses partenaires. Quelques combinaisons plus tard, le meilleur joueur de la saison de Premier League se blessait à l’épaule après un duel avec Ramos et sortait après une demi-heure. Lallana (4,5) le remplaçait (30e) et effectuait une rentrée pleine d’envie. L’ancien de Southampton montrait une belle mobilité sans être très efficace. Il sert malencontreusement Isco qui frappe sur la barre (48e) mais se rattrape en tirant le corner égalisateur (55e). Une fin de match inégale.

- Firmino (4,5) : le Brésilien a réalisé un match à deux visages. Des décrochages intéressants car ils ont permis de lancer ses partenaires tout en libérant des espaces (7e) mais seul aux dix mètres, il manque son contrôle alors qu’il se trouvait en excellente position (23e). Une perte de balle qui aurait pu coûter très cher (15e) aussi. Sa seconde période est presque insipide, peut-être à cause de l’absence de Salah. Il n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous la dent.

- Mané (7) : déjà dans son match après quelques minutes seulement, le Sénégalais aura été le joueur des Red le plus en dangereux de cette finale. Un peu court sur cette passe de Firmino (7e), il a pris les commandes après la sortie de Salah. C’est lui qui égalise à la réception d’une remise de Lovren (55e) et qui aurait pu marquer un second but si le poteau ne s’était pas trouvé sur le chemin de sa frappe (70e). Encore actif dans les dernières minutes, son énergie n’aura pas suffi. Averti (83e).