Choc au sommet à l’Emirates entre Arsenal et Manchester United. Une affiche de choix, mais deux équipes aux dynamiques opposées. Les Red Devils vont mieux. Après deux victoires consécutives, les joueurs d’Ole Gunnar Solskjaer ont débarqué à Londres en étant 5e du championnat, mais avec la possibilité de revenir à deux points de Chelsea, tenu en échec par Brighton (1-1) plus tôt dans la journée. Seule ombre au tableau, la nouvelle absence de Paul Pogba en raison d’une blessure. Du côté des Gunners, c’est toujours la soupe à la grimace.

Malgré l’arrivée de Mikel Arteta, Arsenal reste sur quatre matches sans victoire en Premier League et pointe à une piètre douzième place. Battus par Chelsea il y a trois jours, les joueurs du coach espagnol souhaitaient logiquement se racheter. Pour ce faire, Arteta sortait l’artillerie lourde avec le quatuor Lacazette-Pépé-Aubameyang-Özil. La volonté des Londoniens de dynamiter leurs visiteurs était claire et elle s’est vérifiée très rapidement. Auteurs d’un très gros pressing d’entrée de jeu, les partenaires de Granit Xhaka ont imprimé un gros rythme. Devant, les flèches d’Arsenal ont mis à mal la défense mancunienne et Nicolas Pépé a semblé retrouver ses jambes lilloises. Intenable sur son flanc droit, l’ivoirien a chassé les fantômes de la fin 2019 en reprenant victorieusement un centre dévié de Kolasinac (1-0, 8e).

Pépé, enfin le déclic ?

Une mise sur orbite qui aurait pu être suivie d’une passe décisive deux minutes plus tard si Aubameyang n’avait pas envoyé en tribune son centre. Arsenal avait la maîtrise du cuir et MU s’agaçait. Vingt minutes très intenses et puis presque plus rien. Le rythme du match est alors retombé, offrant de longues séquences brouillonnes. Heureusement, quelques éclairs, toujours du côté des Gunners, sont parfois venus animer la fin de la première période. On pense par exemple au festival de Lacazette face à Maguire conclu par un pointu dévissé (32e) ou la frappe de Torreira passant juste à côté du poteau gauche de De Gea (33e). Mais ce mercredi 1er janvier 2020, il était écrit que ce serait la soirée de Pépé. Après avoir trouvé le poteau mancunien sur une relance complètement ratée de De Gea (38e), l’ancien Dogue a tiré le corner à l’origine du but du break inscrit par Sokratis (2-0, 42e).

Au retour des vestiaires, petit changement de physionomie. Les Red Devils ont enfin trouvé l’agressivité nécessaire pour prendre le contrôle du cuir. Mais si vouloir faire le jeu c’est bien, se créer des actions de but, c’est mieux. Et dans ce domaine, comme depuis le début de ce choc, MU n’a presque rien montré. Anthony Martial a été très remuant sans pour autant tromper la vigilance de Leno. De son côté, Arsenal s’est moins créé d’occasion et n’a cessé d’accuser le coup physiquement au fil des minutes. Pas de quoi perturber l’effort collectif pour autant, les Gunners conservant un repli défensif de tous les instants et un engagement sans faille. Suffisant pour tenir le score et goûter à nouveau à la joie de la victoire à domicile. Une sensation que les hommes d’Arteta n’avaient plus connu en championnat depuis le 6 octobre dernier (succès 1-0 contre Bournemouth) ! Au classement, Arsenal gagne deux places et pointe à la 10e place. Mauvaise affaire en revanche pour MU qui reste 5e, mais avec maintenant cinq longueurs de retard sur le Big Four.

Revivez le film de la rencontre