3-4-3 losange, un double diamant rare à polir

Tactique
Laurent Batlles, adepte du 3-4-3 losange
Laurent Batlles, adepte du 3-4-3 losange ©Maxppp

On continue notre série sur les dispositifs de jeu avec le rarissisme mais souvent séduisant 3-4-3 losange utilisé par Johan Cruyff, Louis van Gaal et plus récemment Laurent Batlles avec l'ESTAC.

Sur le plan offensif

Le 3-4-3 losange est un dispositif de jeu très rarement utilisé car sur le papier, il offre beaucoup d’espace sur les côtés que peut exploiter l’adversaire. Toujours est-il qu'il demeure très intéressant d’un point de vue offensif et que des entraîneurs à succès comme Johan Cruyff, ou Louis van Gaal l’ont souvent utilisé au début des années 1990.

La suite après cette publicité

Le 3-4-3 losange en image

Dans ce dispositif, on retrouve donc trois défenseurs centraux, dont deux légèrement désaxés (à gauche et à droite) qui doivent idéalement être capables d’occuper les flancs, et donc d’être à l’aise pour jouer un peu plus haut et plus écarté si besoin. On retrouve aussi le même milieu à 4 joueurs que dans un 4-4-2 losange, avec un milieu reculé/défensif, deux milieux centraux/relayeurs, capables de se projeter vers l’avant et de faire le lien entre la défense et l’attaque, et un numéro 10 qui sera souvent très proche de l’attaquant central. Avec cet attaquant, on retrouve deux ailiers chargés d'animer à eux seuls les côtés.

Dans un 3-4-3, seuls les deux ailiers occupent les côtés

Vous pouvez donc constater que ce dispositif tactique combine des éléments du 3-4-3 classique, comme le profil et la disposition sur le terrain des trois défenseurs mais aussi des trois attaquants, et des éléments du 4-4-2 losange, en utilisant le même milieu de terrain à 4 joueurs disposé en losange. Cela permet donc d’exploiter les avantages de deux dispositifs tactiques différents en un et favorise le jeu de position avec plusieurs combinaisons possibles en passes courtes et des supériorités numériques que l’on détaillera par la suite.

Le 3-4-3 losange peut aussi faire penser à un 3-5-2 comme celui du RB Leipzig mais la différence concerne les deux joueurs de côté, placés plus haut dans un 3-4-3 losange

On verra aussi que le 3-4-3 losange peut facilement se transformer en 4-4-2 à plat ou encore en 4-2-3-1.

Sur le plan défensif

D’un point de vue défensif, le 3-4-3 losange demande une organisation particulière, notamment pour les deux défenseurs désaxés. Contrairement à un 3-5-2 ou à un 3-4-3 classique, les défenseurs désaxés ne sont pas couverts par des milieux excentrés ou ailiers sur les côtés, car ces derniers restent traditionnellement haut sur le terrain. Si bien que les défenseurs désaxés seront souvent amenés à sortir loin de leur zone initiale et à défendre au large comme des latéraux classiques.

Dans un 3-4-3 losange, les défenseurs désaxés ne doivent pas avoir peur de sortir loin vers les ailiers. Ce qui laisse beaucoup d'espace entre les défenseurs

C'est pour conserver les avantages offensifs d’un 3-4-3 losange que les deux ailiers vont généralement rester très au haut, ou du moins ne pas descendre au-delà de la position du milieu le plus avancé. Pour couvrir la zone centrale, délaissée par les défenseurs désaxés, le 6 va généralement se positionner proche du défenseur central tandis que les milieux relayeurs vont aussi se recentrer.

Illustration des espaces à exploiter pour l'adversaire quand l'un des défenseurs sort dans l'aile Ces espaces peuvent facilement être comblés grâce à un repositionnement des trois milieux les plus reculés

Défensivement, un 3-4-3 losange ressemble donc plus à 4-2-3-1, avec le repositionnement des défenseurs en latéraux, du 6 en défenseur central, des deux milieux relayeurs en double pivot défensif et celui des ailiers en milieux excentrés avancés.

Pour combler la sortie du défenseur sur l'aile, le dispositif se transforme momentanément en 4-2-3-1 Illustration de l'avantage que peut procurer le positionnement haut des ailiers en cas de contre-attaque

Parfois, le 3-4-3 losange peut prendre la forme d'un 3-3-3-1 en bloc médian lors des phases défensives, avec pour objectif de fermer l'axe du jeu.

L'ESTAC de Laurent Batlles se repositionne souvent en 3-3-3-1 bloc médian sur phase défensive

C’est un dispositif tactique qui peut aussi être pertinent pour presser haut l’adversaire si les ailiers restent très haut, que le 10 remonte au niveau de l’attaquant central pour presser et que le reste du bloc soit aussi haut. Pour défendre dans ce système, avoir des défenseurs rapides (surtout les deux désaxés) est primordial pour couvrir les espaces dans le dos et sortir rapidement sur les joueurs de côté.

En cas de pressing haut, le 3-4-3 losange se transforme en 3-1-2-4 avec le 10 qui va rejoindre l'attaquant pour presser les défenseurs centraux adverses

Les points forts du 3-4-3 losange

Le 3-4-3 losange est donc un système idéal pour les adeptes du jeu de position. C’est d’ailleurs l'un des seuls dispositifs tactiques qui permet d’évoluer avec un double losange pour sortir la balle (avec le 3-5-2), ce qui multiplie les possibilités de passes courtes.

Illustration des avantages offensifs du 3-4-3 losange avec la formation d'un double losange pour sortir le ballon proprement, une bonne occupation de la largeur du terrain avec les ailiers et la proximité entre le 9 et le 10

Un autre avantage qui découle de cette structure, et qui rejoint le précédent, c’est la supériorité numérique pour sortir le ballon. Face à un bloc haut, médian ou bas, ce dispositif permet systématiquement de trouver un homme libre à proximité du porteur de balle, sauf si l’adversaire décide de défendre en individuel.

Ajax Le 3-4-3 losange permet quasiment systématiquement d'être en supériorité numérique lors des sorties de balle et donc de multiplier les solutions de passe

En attaque, si la sortie de balle ronronne avec des solutions de passe bloquées, la structure du milieu de terrain peut facilement se transformer, passant d’un losange à une ligne de quatre milieux à plat, grâce au déplacement du 10 vers le 6 et des milieux relayeurs vers les côtés.

Contre Rodez, l'ESTAC n'a pas hésité à changer la structure de son milieu de terrain pour poser des problèmes à son adversaire. Ici, le 10 est venu se joindre au 6 tandis que les relayeurs se sont écartés pour former une ligne de 4 à plat. Ce qui a permis à un relayeur de décrocher juste après Quelques secondes plus tard, cette réorganisation a permis au milieu relayeur Raveloson d'arriver lancé dans le dos de la défense de Rodez, après une simple combinaison avec Chambost, et de bénéficier de plusieurs solutions grâce au positionnement haut des ailiers et la présence d'un attaquant de pointe

Le 3-4-3 losange peut aussi se transformer en 4-2-3-1 en phase offensive avec le 6 qui va se placer au niveau du défenseur central pour fluidifier la sortie de balle en cas de besoin.

Toujours dans le même match, le milieu reculé Tardieu s'est souvent joint aux défenseurs pour proposer une sortie de balle à 4 joueurs

Ce dispositif est aussi très intéressant en raison du rapprochement entre le 10 et l’avant centre, qui vont pouvoir souvent combiner dans les petits espaces. On est là sur une relation proche de celle entre un neuf et demi et un attaquant axial (type Griezmann-Giroud), tout en conservant l’autre avantage offensif d’un 4-2-3-1, avec les deux ailiers qui vont pouvoir jouer la profondeur tout en occupant les côtés, ce qui va permettre de mieux exploiter toute la surface de jeu et d’être particulièrement dangereux sur transition.

Avoir un 10 et un 9 qui sont très proches est un avantage pour multiplier les combinaisons dans les petits espaces et créer des décalages pour les ailiers Sur cette action, l'ESTAC récupère le ballon dans la moitié de terrain adverse et le positionnement haut de l'ailier Barthelmé va être crucial. Ce dernier sera trouvé en profondeur par Dingomé et servira Touzghar sur un plateau pour l'ouverture du score troyenne

Dans ce dispositif, les deux milieux relayeurs vont aussi être intéressants car ils vont pouvoir occuper les demi-espaces et donc servir de relais essentiels dans la construction et parfois même dans la finition.

Nouvelle illustration de la bonne occupation du terrain d'un 3-4-3 losange avec les deux milieux relayeurs dans les demi-espaces, le 10 et le 9 dans l'axe et les ailiers sur les flancs

Avec une multitude de joueurs polyvalents, ce dispositif tactique permet d’avoir une grande maîtrise du ballon, une très bonne occupation de l’espace de jeu et de multiples solutions offensives. Mais comme chaque dispositif, ce qui est gagné d’un côté peut être perdu de l’autre.

Les failles du 3-4-3 losange

On vient de le voir, sans joueurs polyvalents, tant athlétiquement, tactiquement que techniquement, il est impossible de bien jouer dans ce dispositif qui laisse beaucoup d’espace dans la défense. On l’a notamment indiqué plus haut, le manque de couverture sur les ailes peut être un gros problème pour l’équilibre défensif de l’équipe évoluant en 3-4-3 losange. Des défenseurs rapides sont cruciaux pour bien défendre dans ce dispositif.

Dans ce dispositif, des supériorités numériques peuvent être facilement créées sur les côtés en cas de dédoublement du latéral

Le 3-4-3 losange invite également à jouer court et à redoubler les passes dans son propre camp. Ce qui laisse logiquement peu de place aux approximations techniques qui peuvent rapidement être sanctionnées par l’adversaire. Les transitions défensives peuvent particulièrement être difficiles à gérer, avec tout l’espace laissé dans le dos des défenseurs à la perte de balle. L’entraîneur devra donc créer un environnement favorable pour que les joueurs continuent de chercher des passes courtes malgré les risques d’erreurs et de contres.

Liverpool FC Philippe Coutinho Correia

L'exemple parfait: le 3-4-3 losange de l’Ajax Amsterdam en 1994-1995

L'Ajax Amsterdam de Louis van Gaal au milieu des années 1990 a été une référence du dispositif en 3-4-3 losange. Sublimé par des individualités de top niveau (van der Sar dans les buts; Blind, Franck De Boer, Reiziger en défense: Rijkaard en 6; Davids et Seedorf en milieux relayeurs; Finidi et Overmars sur les ailes, Litmanen en 10 et Kanu ou Ronald de Boer en 9), ce dispositif tactique a permis à l'Ajax de régner sur l'Europe avec des rencontres mémorables comme la finale de la Ligue des champions 1995 contre le grand AC Milan de Fabio Capello.

Une rencontre que l'on vous a décortiqué ici