Barrages Coupe du monde 2022 : le Pays de Galles brise le rêve de l'Ukraine et valide son billet pour le Qatar

Par Lucas Billard
2 min.
Gareth Bale célèbre un but contre l'Ukraine avec le Pays de Galles @Maxppp

Au terme d'un mach riche en intensité et en occasions, le Pays de Galles a pris le meilleur sur l'Ukraine (1-0) en finale des barrages de la zone Europe pour la Coupe du monde 2022. Grâce à un but contre son camp du malheureux capitaine de la Zbirna Yarmolenko, mais aussi à un Wayne Hennessey impérial, les Dragons iront au Mondial, au Qatar, pour la 2ème fois de leur histoire.

64 ans après, ils l'ont fait. Sous la pluie de Cardiff, le Pays de Galles a arraché ce dimanche le 13ème et dernier billet européen pour la Coupe du monde 2022, au détriment de l'Ukraine (1-0), qui aurait bien eu besoin de cette petite bouffée d'air frais sur fond de guerre face à la Russie dans son pays. Après avoir écarté l'Autriche (2-1) en mars dernier, alors que la Zbirna s'était de son côté imposée non loin de la capitale galloise, mercredi, en Écosse (3-1), les Dragons disputeront donc le deuxième Mondial de leur histoire au Qatar en fin d'année, après celui de 1958 en Suède.

La suite après cette publicité

Avec les équipes types alignées par les deux sélectionneurs, Rob Page, qui pouvait compter sur la présence des stars galloises Bale et Ramsey, et Oleksandr Petrakov, qui s'appuyait lui sur Zinchenko ou encore Yarmolenko côté ukrainien, les 22 acteurs ont offert un joli spectacle sous la pluie de Cardiff, mêlant intensité et occasions de but tout en restant dans un bel état d'esprit. Dans le premier acte, malgré une grosse pression de la Zbirna sur les locaux, c'est bien le Pays de Galles qui a ouvert le score dans cette finale de barrages. Yarmolenko, en voulant renvoyer un coup franc de Bale, a trompé Bushchan pour donner l'avantage aux Dragons au Cardiff City Stadium (1-0, 34e).

À lire Le cas Quincy Promes tend les relations entre les Pays-Bas et la Russie

Hennessey, nouveau héros gallois, a écœuré la Zbirna

Un coup dur à encaisser pour l'Ukraine, les Britanniques n'ayant que peu été dangereux au cours des 45 premières minutes (8e, 45e+2), et ce alors qu'Hennessey a dû s'employer devant Yaremchuk (12e), en face-à-face, puis Zinchenko (40e), sans oublier un cafouillage menaçant de Karavaev dans la surface (23e). Plus entreprenant au retour des vestiaires et profitant de chaque contre, Galles est ensuite passé proche du break. Mais Ramsey a trop ouvert son pied sur un service pourtant idéal de Moore (49e), avant de faire le mauvais choix dans la surface (53e).

La suite après cette publicité

De quoi donner un surplus de motivation aux Ukrainiens, reprenant peu à peu le contrôle de la partie... mais se heurtant à un Hennessey infranchissable, aussi bien devant Tsygankov (55e) que Mykolenko (73e) ou encore Dovbyk (84e). D'autant plus qu'entre temps, Johnson a trouvé le poteau de Bushchan avant que ce dernier ne sorte un arrêt magistral devant Bale (76e), tandis que Yarmolenko a buté sur Davies à bout portant à l'autre bout du terrain dans la foulée (78e).

Bale peut attendre avant de raccrocher les crampons

Les efforts de cette valeureuse mais malheureuse sélection ukrainienne n'auront en fin de compte pas suffi à tromper la vigilance du vétéran Hennessey (35 ans) touché par la grâce et protégé par une défense galloise héroïque. La potentielle retraite de Gareth Bale attendra : le Pays de Galles sera bien présent à la Coupe du monde 2022. Au Qatar, les Dragons se frotteront à l'Angleterre, aux États-Unis ainsi qu'à l'Iran dans le groupe B.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité