Euro 2024 : l’Angleterre vient à bout de la Suisse aux tirs au but et verra les demi-finales

Par Maxime Barbaud
3 min.
Akandji face à Kane @Maxppp

Le réveil anglais était encore une fois attendu dans ce 3e quart de finale d’Euro. Sauvés miraculeusement au tour précédent par le retourné acrobatique de Jude Bellingham contre la Slovaquie, les Three Lions avaient cette fois un tout autre morceau au menu. Solide en phase de poules et séduisante contre l’Italie en 8e de finale, la Suisse se présentait en confiance et avec toutes ses forces en présence. Murat Yakin alignait à nouveau son 3-4-3 emmené par son trio offensif Ndoye-Embolo-Vargas. Southgate était lui privé de Guéhi, suspendu. Le sélectionneur faisait confiance à Konsa pour accompagner Stones et Walker dans une défense remaniée à trois.

La suite après cette publicité

Ce système devait permettre à Foden d’accompagner Bellingham en soutien de Kane. À nouveau cette recette n’a pas fait de miracle. L’Angleterre avait beau tenir le ballon dans ces premières minutes, l’animation si décriée depuis le début de la compétition restait très laborieuse. Les rares percées du remuant Saka accouchaient d’une souris, et le tir sans danger de Mainoo était la seule chose à défendre pour la Nati (16e), elle-même peu inquiétante en ce début de partie. Les deux équipes n’avaient pas cadré la moindre tentative après 35 minutes… Seul Embolo et son physique de déménageur donnait un peu de fil à retordre à cette charnière new look.

Le collectif anglais déçoit encore et toujours

Foden passait une nouvelle fois à côté de son match, Kane courrait dans le vide, Rice ne prenait aucun risque balle au pied. L’Angleterre ressemblait dangereusement à l’Angleterre. Malgré ce spectacle léthargique en première période, les vingt-deux acteurs repartaient pour un second acte légèrement plus dynamique avec ce premier tir cadré d’Embolo (51e). La Suisse commençait à prendre un peu plus de risque, encouragée par les entrées de Zuber et Widmer. Mis en échec sur cette tête (57e), Embolo insistait. Cette fois, il profitait d’un centre de Ndoye sur le côté droit pour devancer Walker et marquer du bout du pied au second poteau (0-1, 75e).

La suite après cette publicité

Cela avait au moins le don d’envoyer un électrochoc à Southgate, lequel provoquait trois changements (Shaw, Eze, Palmer à la place de Mainoo, Trippier et Konsa, 78e), et a ses cadres. Dans la foulée, Saka était récompensé de ses efforts en repiquant dans l’axe avant d’envoyer une frappe enroulée parfaite dans le petit filet de Sommer (1-1, 80e). Après l’ennui, place au suspense inhérent à la fin d’un match couperet. Le public retenait son souffle à la moindre incursion, même petite et l’Angleterre a finalement eu chaud. Sur ce dernier centre venu de la droite, Embolo chipait une balle de but à Ndoye, bien mieux placé (90e+2).

Les tirs au but fatals à Akandji

Comme pour Espagne-Allemagne et Portugal-France, il fallait passer par une prolongation incertaine. La supériorité individuelle des Three Lions se faisait alors de plus en plus sentir, à l’image d’un Cole Palmer dangereux sur ses prises de balle. Rice obligeait Sommer à une grosse parade (95e), bien secondé par sa défense sur ces tentatives de Foden (100e) et Bellingham (102e). La Suisse aussi a eu ses chances entre le corner direct de Shaqiri sur l’arête de Pickford (117e), qui repoussait la lourde frappe d’Amdouni (118e). La décision a dû se faire aux tirs au but où l’Angleterre l’a emporté grâce premier tir d’Akandji stoppé par Pickford (1-1, 5-3 t.a.b.). Les Three Lions affronteront le 10 juillet prochain le vainqueur du dernier quart entre les Pays-Bas et la Turquie.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité