AS Monaco - PSG : les mots très forts de Presnel Kimpembe

Invaincu en championnat depuis mi-septembre, le Paris Saint-Germain a rechuté vendredi soir à Monaco (2-3). Une défaite qui fait mal car le club de la capitale menait 2-0 à la pause. Alors forcément, Presnel Kimpembe n'a pas cherché d'excuses au coup de sifflet final.

Presnel Kimpembe avec le PSG contre l'AS Monaco, au Stade Louis-II
Presnel Kimpembe avec le PSG contre l'AS Monaco, au Stade Louis-II ©Maxppp
La suite après cette publicité

13 septembre 2020. Depuis cette date et la défaite contre l'Olympique de Marseille au Parc des Princes (0-1), le Paris Saint-Germain n'avait plus perdu un seul point en Ligue 1. Mais après huit victoire de rang, le club de la capitale est tombé, vendredi soir, sur la pelouse de l'AS Monaco (2-3). Tout avait pourtant bien débuté pour les Parisiens avec un doublé de Kylian Mbappé et une avance de deux buts à la pause. Mais derrière, les joueurs de Thomas Tuchel, qui ont eu deux buts refusés, ont craqué pour finalement s'incliner.

Si Kevin Volland a lui aussi inscrit un doublé, l'Espagnol Cesc Fabregas a offert la victoire aux siens sur penalty. Sur Téléfoot La Chaîne, le défenseur parisien Presnel Kimpembe n'a donc pas caché sa déception : «il n'y a pas d'explication. On fait une bonne première période où tout le monde se craque malgré les fatigues et les pépins physiques. On fait une deuxième mi-temps catastrophique, inadmissible même. On n'a pas le droit de faire une deuxième mi-temps comme ça avec l'équipe et la talent qu'on a.»

«Il faut vite passer à autre chose»

Cette deuxième période catastrophique du PSG pourrait donc en inquiéter plus d'un. Mais de son côté, l'international français ne l'est pas. «Inquiétant non, parce que c'est le football, ce sont des choses qui arrivent. On doit maintenant se projeter sur le match de mardi. Celui d'aujourd'hui est terminé même s'il se termine de la pire des façons. Il va falloir se relever et lever la tête pour pouvoir espérer autre chose mardi», a poursuivi Presnel Kimpembe.

Le joueur formé au club a ensuite conclu : «c'est de notre faute, ça c'est sûr. C'est une deuxième mi-temps vraiment à oublier et il faut vite passer à autre chose parce que ce n'était pas possible ce soir.» Pas question de chercher des excuses donc côté parisien. Mais mardi soir, lors de la réception du RB Leipzig en Ligue des Champions, il ne faudra pas se manquer après avoir déjà chuté à deux reprises en trois journées de C1...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires