« J’ai contrôlé de la poitrine ou j’ai frappé en un temps ? Je ne sais plus, vraiment. » L’émotion était encore grande pour Ivan Santini une heure après le coup de sifflet final. Auteur du but de l’égalisation lors du derby entre Anderlecht et le Standard dimanche, le Croate ne se rappelait même plus en détails de sa magnifique réalisation. Il faut dire que les Mauves sont revenus de nulle part face à leurs rivaux. Longtemps menés par un but de Djenepo, ils ont réussi à retourner la situation dans les vingt dernières minutes grâce à l’ancien Caennais et une tête de Sanneh sur corner dans les ultimes secondes.

« J’ai contrôlé ? Ah bon. Ce dont je me souviens, c’est le moment où je vois la frappe qui part très bien. Ochoa part plutôt bien et je me dis : "Non, non, non." Et en fait, non, il n’a pas su aller la chercher (sourire). » Et voilà Santini a maintenant 8 buts en 8 matches de Jupiler League. Un départ canon pour celui qui a été recruté contre environ 3 M€ cet été en provenance de Caen. On pourrait même pousser le bouchon et affirmer qu’il a déjà rentabilisé son transfert. Toujours est-il que ce but va lui faire le plus grand bien, lui qui n’avait plus trouvé le chemin des filets depuis 4 matches.

Meilleur buteur de Jupiler League

« C’était important de ne pas perdre ce choc du championnat. (...) Les derniers matches, je n’avais pas vraiment eu d’occasions. Je préfère encore rater des trucs que de ne rien avoir comme possibilité. C’était important de créer à nouveau des choses offensivement. On l’a bien fait et ça fait du bien après la soirée compliquée en Slovaquie où on ne méritait pas vraiment de perdre », a prévenu le joueur de 29 ans face à la presse après la rencontre de dimanche.

Meilleur buteur de la Jupiler League, l’ancien du Standard de Liège (il y a évolué entre 2015 et 2017) a parfaitement réussi son retour dans le championnat belge. Il s’est offert deux triplés face à Courtrai et Ostende en inauguration avant de planter un nouveau but le match suivant contre Charleroi. C’est ensuite qu’il a connu une période de disette, due selon lui à un système mettant moins en valeur ses qualités. « Je préfère jouer avec quelqu’un à côté de moi, en particulier avec Dimata. Avec sa profondeur, il crée de l’espace pour moi et j’espère que nous pourrons beaucoup jouer ensemble à l’avenir. » Hein Vanhaezebrouck sait à quoi s’en tenir pour les prochaines échéances.