Pour ce dernier match de la 22ème journée de Ligue 1, les Girondins de Bordeaux accueillaient l’Olympique de Marseille au Matmut Atlantique. Victorieux à Nantes le week-end dernier, Bordeaux pouvait retrouver le top 10 en cas de succès ce soir. Côté OM, le nul face à Angers (0-0) samedi dernier a freiné quelque peu la dynamique marseillaise. Pour cette affiche, Paulo Sousa optait pour un 4-2-3-1 avec le seul Briand en attaque. André Villas-Boas alignait un 4-3-3 et pouvait à nouveau compter sur Dimitri Payet. Dès la deuxième minute, le match s’emballait.

Caleta-Car lançait dans la profondeur Sanson qui devançait la sortie de Costil mais tirait à côté. L’ancien Héraultais était signalé par la suite en position de hors-jeu (2e). Bordeaux répliquait huit minutes plus tard avec De Préville qui servait Hwang dont la frappe écrasée n’inquiétait pas Mandanda. Le portier olympien restait vigilant sur une frappe enroulée d’Otavio quelques minutes plus tard (20e). Juste avant la demi-heure de jeu, Payet sur corner trouvait Benedetto qui ne cadrait pas sa tête (26e).

Mandanda sauve les siens en fin de match

Juste avant la pause, Bordeaux pensait ouvrir le score. Sur un corner frappé par De Préville, Mandanda gêné par Payet repoussait le ballon sur Pablo qui poussait le cuir au fond des filets (1-0, 41e). Mais après consultation de la VAR, monsieur Buquet annulait le but girondin. Juste avant la pause, Mandanda sauvait les siens. Sur la gauche, De Préville débordait et centrait pour Oudin qui butait sur le portier olympien (45+2).Au retour des vestiaires, le match devenait plus haché entre les deux équipes. Peu avant l’heure de jeu, Basic tirait un coup-franc second poteau. Pablo remisait mais Amavi dégageait involontairement sur Caleta-Car. Benedetto écartait le danger pour les Marseillais (59e). Dans les vingt dernières minutes, Bordeaux se procurait une grosse occasion.

Bien servi par De Préville, Basic profitait de la glissade de Sanson pour décocher une lourde frappe qui heurtait la transversale de Mandanda (74e). Il fallait attendre la 76e pour entrevoir une occasion marseillaise. Payet lançait en profondeur Radonjic dont la frappe était détournée en corner par Costil. Le numéro sept olympien sollicitait Costil une nouvelle fois cinq minutes plus tard, mais le portier bordelais déviait sa tentative en corner (81e). Dans les ultimes minutes du match, De Préville sur coup-franc trouvait la tête de Pablo repoussée miraculeusement par Mandanda (86e). Dans les arrêts de jeu, Bouna Sarr bien servi par Payet décochait une belle frappe repoussée par Costil (90+2). Avec ce résultat nul, l’OM voyait le Stade Rennais revenir à trois longueurs au classement.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : De Préville (7,5) : l’attaquant de 29 ans a été l’élément offensif le plus remuant du côté des Girondins, mais aussi de la rencontre en général. Son pressing a embêté la défense marseillaise, et il n’a pas hésité à redescendre pour apporter son soutien à sa défense, à l’image de ce retour impérial sur Payet dans le temps additionnel. La vivacité et les accélérations de l’ancien joueur du LOSC ont mis à mal les hommes d’André Villas-Boas. Il a donné le tournis à Hiroki Sakai et Álvaro Gonzalez à plusieurs reprises. En électron libre, l’ancien Rémois a posé des soucis à l’OM de par son positionnement entre les lignes et ses mouvements constants. Il a aussi fait parler sa qualité sur les coups de pied arrêtés, comme sur ce corner amenant le but de Pablo refusé (41e) ou encore sur ce coup franc (88e) sur le point de se transformer en passe décisive, qui l’aurait récompensé à juste titre ce dimanche.

Bordeaux

- Costil (6,5) : l’ancien portier du Stade Rennais a été peu sollicité face à l’OM. Il a très rapidement été testé par Payet (5e), et ses interventions (45+4e, 77e, 82e, 90+2e) se sont effectuées en toute sérénité pour maintenir son équipe dans le match. L’international français n’a jamais tremblé.

- Kwateng (5) : l’ancien défenseur du FC Nantes s’est montré volontaire contre Marseille. Assez présent offensivement, il n’a pas hésiter à dédoubler et apporter du soutien à Oudin, et a multiplié les allers-retours sur son couloir droit.. Il s’est toutefois moins distingué défensivement. Parfois hésitant, il a tout de même bien contrôlé Payet. Remplacé par Mexer (76e), qui n’a pas pris de risque dans son jeu et s’est contenté de bien défendre.

- Koscielny (7) : l’ancien capitaine d’Arsenal a livré une belle prestation au Matmut Atlantique, comme souvent cette saison. Il a parfaitement contenu Benedetto (1e, 11e, 21e, 52e) tout au long de la rencontre. Très serein dans ses interventions, notamment en toute fin de match, il s’est également montré très à l’aise dans ses relances, que ce soit dans le jeu court ou le jeu long. A 34 ans, il continue d’apporter toute son expérience à Bordeaux en Ligue 1.

- Pablo (5) : l’international brésilien n’a pas à rougir de sa performance. Relativement propre dans ses interventions, il aurait pu inscrire son 4e but de la saison, mais a été (sévèrement) sanctionné d’une main après consultation de la VAR (41e) et a vu Mandanda se coucher pour repousser sa tête bien placée (88e). Le Brésilien n’a toutefois pas affiché la même sérénité que son compère dans l’axe central, se débarrassant trop facilement du cuir alors que des opportunités de relance courtes s’offraient à lui. Averti à la 39e pour une main au visage sur Benedetto.

- Sabaly (5) : le joueur formé au PSG a fait belle figure contre l’OM. Défensivement, il a été vigilant face à la vivacité et à la tonicité de Bouna Sarr, qui ne l’a que rarement mis à contribution. Offensivement, la présence de l’international sénégalais a pesé sur le couloir droit des Olympiens.

- Otávio (4) : le Brésilien a été plutôt discret, contrairement à son partenaire dans le cœur du jeu des Girondins. Assez propre techniquement, il a gratté quelques bons ballons. Offensivement, il a toutefois peu apporté aux éléments offensifs bordelais. Averti à la 36e pour une faute sur Rongier, qui l’avait pris de vitesse sur sa gauche.

- Bašić (7,5) : le milieu croate a rayonné face à l’OM. Très présent dans l’entrejeu, ses percées offensives ont amené énormément de danger dans le camp marseillais. Il a bien harcelé les milieux de terrain olympiens. Premier fer de lance de Bordeaux, il a distribué le jeu, a parfaitement su se placer et se balader entre les lignes adverses. Le Croate a trouvé la barre de Mandanda d’une sublime frappe aux 20 mètres. Le joueur de 23 ans s’est également aisément imposé dans le jeu aérien et a fait le travail défensivement. Remplacé par Aït Bennasser (83e), peu en vue sur sa dizaine de minutes jouée.

- Oudin (4,5) : l’ancien joueur du Stade de Reims a été très mobile durant la rencontre. Sa patte gauche a provoqué quelques frayeurs à la défense de l’OM. Mais l’attaquant de 26 ans n’a pas réussi à faire la différence offensivement, alors que ses retours défensifs ont bien aidé Kwateng à droite. Remplacé par Adli (83e), qui aura mis un petit pont à Kamara, mais c’est à peu près tout.

- de Préville (7,5) : (voir ci-dessus)

- Hwang (3,5) : le match du Sud-Coréen face à l’Olympique de Marseille ne restera pas dans les annales. Sans rendre une copie affreuse, il n’a pas marqué les esprits. Pourtant très actif sur son côté gauche, il aurait pu mieux faire dans le dernier geste, à l’image de cette tête complètement ratée sur corner (24e). L’ancien joueur de Gamba Osaka a beaucoup repiqué dans l’axe mais s’est parfois trop précipité et a perdu quelques ballons.

- Briand (3,5) : l’international français de 34 ans n’a pas vécu une soirée idyllique devant ses supporters. Comme à son habitude, il a beaucoup décroché participer au jeu collectif, conserver le ballon, faire monter le bloc des Girondins et orienter ses partenaires. Il a fait preuve d’intelligence dans ses déplacements mais n’a pas eu beaucoup de situations dangereuses à se mettre sous la dent.

OM

- Mandanda (7) : le portier olympien s’est montré vigilant sur des tentatives de Hwang (10e) et Otavio (20e). L’international français sauve les siens en détournant la tentative de Oudin (45+2). Le champion du monde 2018 sauve les siens en fin de match sur une tête de Pablo (86e). Il a été décisif pour son équipe ce soir.

- Sakai (5,5) : le latéral droit japonais n’a pas pu participer aux phases offensives de son équipe dans le premier acte. Il s’est évertué à bien défendre dans son couloir et à gagner les duels. Un match propre du défenseur nippon. Remplacé à la 66e par Radonjic qui s’est distingué sur une belle ouverture de Payet, mais sa frappe a été repoussée par Costil (76e). Le numéro sept olympien aurait pu ouvrir le score mais Costil veillait au grain (81e).

- Alvaro Gonzalez (5,5) : la complémentarité du défenseur central espagnol avec Caleta-Car est intéressante. Toujours solide dans les duels, il ne laisse pas grand chose aux adversaires. Se fait déstabiliser par De Préville sur l’occasion d’Oudin avant la pause (45+2). N’a pas été trop mis en difficulté par les attaquants bordelais. Se fait prendre dans le domaine aérien en fin de match sur la tête de Pablo (86e).

- Caleta-Car (7) : Averti rapidement dans le match (6e) le défenseur central croate s’est montré très discipliné dans son positionnement. Sa lecture du jeu lui a permis d’être souvent présent pour couper les trajectoires des centres bordelais. Costaud dans le domaine aérien, l’intéressé a rassuré sa défense dans le premier acte. Toujours concentré, les attaquants bordelais se sont cassés les dents face à lui. Une prestation convaincante livrée par l’intéressé ce soir.

- Amavi (5,5) : le latéral gauche marseillais s’est évertué à bien défendre dans le premier acte. Gêné par les percussions d’Oudin notamment, il s’est montré très vigilant cependant. Il a souvent coupé les velléités offensives de Kwateng. A manqué de se faire surprendre sur une remise de Pablo suite à un coup-franc tiré par Basic (59e).

- Rongier (6,5) : comme à son habitude, l’ancien Nantais s’est appuyé sur un gros volume de jeu. Très généreux dans l’effort, il n’a pas hésité à s’infiltrer dans les brèches laissées par la défense girondine. Le milieu de terrain a essayé de prendre ses responsabilités en orientant le jeu de son équipe. Des initiatives pas toujours récompensées ce soir. Généreux dans l’effort, sa vision du jeu reste un de ses points forts.

- Kamara (5) : titularisé dans l’entrejeu ce soir, l’intéressé n’a pas eu l’impact escompté dans le premier acte. Souvent poussé à la faute, il n’a pas pu jouer son rôle de récupérateur comme il l’espérait. Perturbé notamment par les appels de De Préville, qui s’est faufilé entre les lignes. Le numéro quatre marseillais a évolué plus près de sa défense dans le second acte. Averti à la 80e pour une faute sur De Préville.

- Sanson (5) : le milieu de terrain s’est montré relativement discret dans le premier acte malgré une volonté indéniable. Il a souvent dézonné sans grande réussite cependant. Appliqué dans le travail défensif, il n’a pas hésité à se sacrifier pour ses partenaires. Sa glissade profite à Basic qui voit sa frappe heurter la transversale (74e). Remplacé à la 88e par Strootman

- Sarr (6) : positionné ailier droit, l’intéressé s’est distingué par son énorme volume de jeu. S’il a crée des différences offensivement, il n’a pas rechigné aux tâches défensives en aidant volontiers Sakai. L’ancien Messin a malheureusement disparu de la circulation par la suite. Il a été moins sollicité par ses partenaires. Bien servi par Payet, sa frappe a bien été repoussée par Costil en fin de match (90+2).

- Benedetto (3) : l’attaquant argentin ne touche pas beaucoup de ballons dans le jeu et ses partenaires peinent à le trouver. Touché sur un corner de Payet, sa tête passe au dessus (26e). Un match encore très décevant du buteur argentin ce soir. Remplacé à la 79e par Germain qui n’a rien apporté.

- Payet (5) : le numéro dix marseillais effectuait son retour en Ligue 1 dans le onze de Villas-Boas. Sa qualité dans les transmissions et sa vision du jeu restent indispensables à son équipe. Mais l’international français n’a pas pesé sur les événements dans le premier acte. Son ouverture lumineuse aurait pu profiter à Radonjic (76e). Un match relativement discret de l’ancien joueur de West Ham.