L’Olympique Marseille a pris provisoirement la deuxième place au classement du championnat de France de Ligue 1, fort de sa victoire arrachée dans les arrêts de jeu devant Valenciennes (1-0). Mais le directeur sportif José Anigo a lui d’autres chats à fouetter, devant notamment s’occuper du cas de Charles Kaboré, annoncé sur le départ. Le Burkinabé va-t-il mettre les voiles ? La réponse du directeur sportif sur les ondes de RMC : « Kaboré ? Rien n’est encore fait. Il est toujours là, il n’y a rien de déterminé aujourd’hui. On n’a pas une envie de le faire partir, mais il a eu des propositions. Cela ne s’est pas fait pour quelques minutes à Saragosse, ensuite il a accepté de donner une nouvelle orientation avec Krasnodar, mais les deux clubs ne sont pas encore d’accord ». En attendant de savoir si le milieu de terrain partira, les Olympiens se préparent pour deux prochains matches placés sous le signe du Classico, avec deux rencontres face au Paris Saint-Germain, en championnat puis en Coupe de France.

Un adversaire parisien que José Anigo craint énormément : « Paris ? On va se défendre, on ne va pas y aller en victime expiatoire. La priorité pour le club, c’est le championnat, mais le match de Coupe aussi on va le jouer et on va se défendre, on ne laissera pas ce match comme ça. Gagner à Paris, c’est toujours jouissifs quand on est les petits provinciaux. Et quand on perd, on se fait tout petit et on attend que ça passe. On aurait aimé les jouer à Marseille, car ils sont en pleine bourre. On n’est pas les seuls à vivre dans l’ombre du PSG, c’est un ogre qui est hors concours, qui ne fait pas le même championnat que nous et qui ne le fera pas pendant de nombreuses années. Monaco, avec des moyens puissants, va arriver aussi. Il faut qu’on s’organise tous derrière pour que la chasse se fasse ».

Remonté, le dirigeant marseillais espère bien que les clubs de Ligue 1 auront l’intelligence nécessaire pour mettre à mal l’hégémonie annoncée d’un PSG capable par exemple d’attirer dans ses filets une icône telle que David Beckham. Le milieu de terrain anglais qui devrait d’ailleurs, sauf retournement de situation, faire ses premiers pas sous le maillot du club de la capitale contre l’OM. Anigo le tacle gentiment : « Beckham ? Je vais être franc et dire ce que je pense. Il a été un très grand joueur. Mais Paris aujourd’hui a-t-il besoin de Beckham dans le jeu ? J’ai tendance à dire non. Après, en termes d’image, de marketing, c’est bien pour Paris et le football français. Mais dans le jeu, il n’apportera rien de plus ». Alors, Beckham apportera-t-il dans le jeu ? Réponse sans doute dès la semaine prochaine après le Classico.