Après deux victoires en deux matches, neuf buts inscrits pour zéro encaissé, l’Olympique Lyonnais se déplaçait à la Mosson pour affronter un Montpellier au démarrage poussif (1 défaite, 1 nul). Un voyage jamais évident que le club rhodanien a entamé avec le même onze de départ que lors des deux premières journées. Côté montpelliérain, il fallait noter le retour de Florent Mollet, qui avait cruellement manqué jusque-là. Les hommes de Michel Der Zakarian commençaient très fort la rencontre, avec beaucoup d’intensité et surtout une première situation très chaude devant les buts de Lopes. Mais Cozza n’arrivait pas à redresser un ballon prolongé par Laborde (1ere minute). Articulé dans l’habituel 3-5-2, le MHSC mettait vite en difficulté l’OL, qui n’arrivait pas à développer son jeu dans le premier quart d’heure. Le milieu rhodanien, si dominateur depuis le début de saison, semblait réduit au silence et il fallait attendre les premières arabesques de Depay pour menacer la défense héraultaise.

Gênés par l’intensité adverse, les hommes de Sylvinho souffraient réellement pour ressortir proprement le cuir et abusaient des ballons longs. Le MHSC se créait lui des occasions, à l’image d’une reprise de Delort repoussée par Lopes (15e) ou encore d’une frappe d’Oyongo totalement ratée alors qu’il était en position idéale (26e). Laborde se jouait ensuite d’Andersen en pleine surface et le défenseur danois commettait la faute. Penalty logiquement sifflé (35e) mais raté par Andy Delort qui touchait le poteau. L’OL s’en sortait bien sur le coup, à défaut de sortir la tête de l’eau. Moussa Dembélé, très peu servi, décidait donc de se débrouiller tout seul en enroulant une frappe lointaine, au-dessus (41e). Mais l’inéluctable allait se produire. Sur un corner montpelliérain, Koné dégageait le ballon de la tête dans l’axe. Arnaud Souquet ne se posait pas de questions et envoyait une demi-volée surpuissante qui passait dans une forêt de joueurs et laissait Lopes sans réaction (1-0, 42e) ! Un but splendide qui récompensait les efforts héraultais. C’est donc sur un score logique que les deux équipes se quittaient à la pause.

Youssouf Koné expulsé

L’OL revenait avec de bien meilleures intentions au retour des vestiaires Plus compact et moins bousculé dans le pressing, le onze de Sylvinho subissait moins. Memphis Depay alertait Rulli de la tête (48e) mais le match allait basculer avec l’exclusion de Youssouf Koné, auteur d’un léger coup de tête sur Andy Delort, qui en rajoutait beaucoup... (51e). L’OL était donc à 10 contre 11 et mené au score. Des circonstances défavorables pour la première fois cette saison. Les Rhodaniens montraient du caractère en ne baissant pas les bras. Depay tentait le coup-franc direct (55e) en étant excentré, Denayer voyait sa tête frôler le montant de Rulli (61e). Sylvinho décidait de compenser l’expulsion de Koné en passant en 4-4-1 et en faisant entrer Tete puis Cornet. Mais Montpellier résistait et exploitait chaque ballon de contre pour se montrer dangereux.

Moins précis qu’en première période, les Héraultais avaient le mérite de tout donner sur le rectangle vert, avec des replis défensifs rageurs des attaquants, et une débauche d’énergie impressionnante des milieux. La fatigue faisait son effet et l’imprécision était de mise dans les deux camps à l’approche de la surface adverse. L’OL ne se créait plus vraiment d’occasion dans le dernier quart d’heure, tandis que Delort jouait mal quelques contres, à l’image de sa frappe dévissée sur un superbe service de Laborde (84e). A force de rater le but du break, Montpellier restait à portée de Lyon. Mais l’OL de ce mardi soir n’était définitivement pas le même que celui des deux premières journées. Et il a donc concédé la première défaite de sa saison. A l’inverse, le MHSC a totalement lancé la sienne et sera très dur à secouer dans son antre une nouvelle fois cette année.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10