Battu en finale de Coupe de France par Rennes samedi, le PSG jouait son match en retard de championnat à Montpellier ce mardi soir. En pleine tempête, le club de la capitale se rendait à la Mosson encore diminué. Meunier, Thiago Silva, Kehrer, Cavani, Mbappé et Verratti étaient laissés à Paris pour laisser place à Dagba, Kimpembe, Paredes, Draxler ou encore Choupo-Moting. Neymar était lui bien présent. En face, le MHSC peut encore jouer une place qualificative en Europa League. Il se présentait dans son habituel 5-3-2 et ne déplorait que la blessure d’Aguilar. Devant, Mollet devait alimenter en balles de but le duo Delort-Laborde. En ce début de rencontre, ce sont les Parisiens qui parvenaient le mieux à prendre le contrôle du jeu.

Kimpembe marque encore contre son camp

Di Maria signait la première frappe du match (3e). Les champions de France faisaient bien circuler le ballon. Bernat et Alves arrivaient à se positionner haut sur le terrain, offrant pas mal de disponibilité au collectif. La frappe de loin de Delort passait loin du cadre (8e) et le PSG ouvrait le score sur l’action suivante. Suite à un débordement côté gauche de Bernat, Oyongo poussait le ballon au fond de ses propres filets (0-1, 12e). Paris avait fait le plus dur d’autant qu’il semblait maître de la situation. Problème, comme souvent, la déconcentration se faisait sentir et Montpellier égalisait dès le premier coup de pied arrêté.

Mollet bottait le coup-franc. Le Tallec tentait de reprendre le cuir qui rebondissait finalement sur le bras de Kimpembe, pour terminer sa course au fond du but (1-1, 22e). Déjà buteur contre son camp au Stade de France, le champion du Monde rééditait cette performance et sombrait à nouveau. Après avoir écopé un avertissement logique, il offrait une magnifique occasion à Delort (30e). Mollet l’éliminait ensuite et déposait un ballon parfait pour Le Tallec, dont la frappe était détournée in extemis par Buffon (31e). Le PSG a eu chaud et tremblait encore sur cette dernière situation mais, seul aux dix mètres, Delort ne profitait pas de cette offrande de Laborde (43e).

L’énorme finish de Montpellier

Tuchel décidait de changer ses plans à la pause et sortait le décevant Choupo-Moting à la place de Kurzawa. Di Maria et Neymar occupaient désormais le front de l’attaque. Les débats se rééquilibraient et le PSG évoluait un cran plus bas pour mieux opérer en contre. Les Héraultais avaient plus de mal à entrer dans la zone dangereuse, à l’image de cet enchaînement inoffensif de Mollet (56e). Paris répondait par une situation un peu confuse. Présent dans la surface adverse, Marquinhos contrait un dégagement d’Hilton, dont profitait Di Maria pour redonner l’avantage à son équipe (1-2, 62e).

La dernière demi-heure devenait tendue entre des altercations, des tacles et des cartons. Le PSG manquait d’un cheveu le but du break. Sur un contre parfaitement emmené, Di Maria servait Draxler qui éliminait Lecomte avant de frapper dans la cage vide mais Pendro Mendes effectuait un sauvetage miraculeux sur sa ligne (70e). Il faut croire que cela à inspirer les Montpellierains. Delort s’offrait une première occasion (74e) avant de profiter d’un service de Mollet pour tromper Buffon (2-2, 79e). Il sortait immédiatement au profit de Camara qui s’offrait une tête cadrée (84e). Ce n’était que partie remise puisque l’attaquant de 36 ans sentait l’erreur de Paredes venir. L’Argentin tardait à donner son ballon sous la pression de Skhiri. Camara ne se posait pas de question et marquait le but de la victoire (3-2, 86e). Lecomte repoussait tant bien que mal l’énorme frappe de Dagba (90e+2) et le MHSC s’impose 3-2 au terme d’une superbe fin de match. Le club de la famille Nicollin en profite pour chiper la 5e place à l’OM. La fin de saison est décidément compliquée pour le PSG

Revivez le film de la rencontre sur notre live