Frédéric Thiriez est au centre de toutes les attentions. Entre les polémiques sur l’arbitrage, le boycott de Canal + par l’Olympique de Marseille et le Paris SG et son refus de saluer les acteurs de la finale de la Coupe de la Ligue sur la pelouse avant le coup d’envoi, le président de la Ligue de Football Professionnel n’est pas épargné. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort pour autant, l’avocat est reparti au travail. Son nouveau cheval de bataille : le naming.

Selon L’Équipe, ce dernier souhaiterait retrouver un partenaire commercial qui accolerait son nom à celui de la Ligue 1, comme l’était Orange entre 2008 et 2012. L’homme fort de l’instance dirigeante du football professionnel français doit, d’après le quotidien sportif, confier à une société spécialisée la tâche de « trouver un nouveau sponsor titre » dès ce jeudi. La LFP espère encaisser au moins 10 M€ par an à partir de la saison 2016/17. Une nouvelle source de revenus qui serait évidemment la bienvenue.

Un chiffre inférieur à ce qui se pratique en Angleterre avec Barclays (48 M€ par an), en Espagne avec BBVA (23 M€) et en Italie avec Telecom Italia Mobile (15 M€ par an), mais légèrement supérieur au tarif obtenu par la Bundesliga grâce à Hermes (8 M€ par an). La LFP espère avoir une bonne nouvelle à prochainement annoncer. Dans le climat actuel, tout est bon à prendre...