L’autre géant suédois. Durant quatre saisons, Zlatan Ibrahimovic a marqué de son empreinte le Paris Saint-Germain et la Ligue 1. Mais il n’a pas été le seul. Son compatriote Ola Toivonen, 1m89, a également connu quelques beaux jours dans l’Hexagone. Après avoir fait carrière au pays (Degerfors IF, Örgryte IS et Malmö FF) puis effectué un passage réussi au PSV Eindhoven, le footballeur né en 1986 a pris la direction du Stade Rennais au mercato d’hiver 2014. Un nouveau pas important pour le natif de Degerfors. Très attendu, le Suédois a marqué 9 buts en 18 apparitions toutes compétitions confondues. La saison suivante, l’attaquant scandinave a été beaucoup moins en verve. Au total, il a trouvé la mire à 7 reprises en 35 rencontres sous le maillot breton. Mais après seulement un an et demi à Rennes, il a été prêté à Sunderland. Une expérience qui n’a pas été une franche réussite. Un an plus tard, à l’été 2016, il a quitté définitivement la Bretagne pour rejoindre le TFC. Les Pitchounes ont misé sur lui pour compenser le départ de Wissam Ben Yedder au FC Séville. Mais en deux saisons, Ola Toivonen n’est pas parvenu à faire oublier son prédécesseur, ni à retrouver son meilleur niveau.

Comme nous vous l’avions annoncé sur notre site à l’époque, le club de la Ville Rose souhaitait dégraisser. À un an de la fin de son contrat, le Suédois n’allait pas être retenu. Et le 30 août, le club a annoncé son départ. « Après deux saisons passées sous les couleurs du Toulouse Football Club, pour lequel il aura disputé 58 rencontres de Ligue 1, Ola Toivonen portera désormais le maillot du Melbourne Victory. » Un nouveau challenge à relever pour l’avant-centre âgé de 32 ans. Ses débuts en Autralie ont été repoussés comme nous l’explique Antoine Banchet-Quérin, spécialiste du football australien chez Lucarne Opposée. « Il est arrivé blessé de la Coupe du Monde en Russie. Il a été opérationnel uniquement lors de la quatrième journée ». Mais une fois lancé, l’ancien du TFC a enchaîné. « Ola Toivonen, c’est un but tous les deux matches (0,67 but/match) et c’est surtout un excellent tireur de coup franc. Il a marqué lors du Big Blue derby, face au Sydney FC, et contre Perth Glory, champion 2019 depuis ce week-end. Il reste encore 2 matches avant la clôture de la saison régulière et la phase de playoffs. Melbourne Victory est le tenant du titre final et son standing lui refuse de sortir d’une année blanche ».

Ola Toivonen enchaîne les buts cette saison

Titulaire en puissance, Toivonen a marqué 14 buts en 21 rencontres toutes compétitions confondues. Toutes ses réalisations ont été inscrites en championnat, sauf un but qui a été marqué en Ligue des Champions Asiatique. Une adaptation réussie pour le moment. « Il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais il s’est parfaitement acclimaté à l’équipe (...) Toivonen est arrivé dans le plus grand club du pays. Un club avec beaucoup de moyens. Il joue avec Keisuke Honda, James Troisi et Kosta Barbarouses. C’est beaucoup plus facile de jouer, de gagner des matches et d’être performant (...) S’il y a encore quelques rencontres à jouer, et les plus importantes ; Ola Toivonen fait partie des meilleurs attaquants de la ligue. Son expérience européenne l’aide à cela (...) Malheureusement pour lui, il remplace Besart Berisha, le meilleur buteur de l’Histoire du championnat, qui a conquis le pays et qui a tout gagné avec Melbourne Victory et avant avec Brisbane Roar. Afin de marquer réellement le championnat, il devra rester et soulever des trophées ». Actuellement troisième en A-League (47 points), le Melbourne Victory espère compter sur lui lors des playoffs.

Si Toivonen est donc en train de s’imposer, il n’est pas encore considéré comme une grande star en Australie comme nous l’explique Antoine Blanchet-Quérin. « Melbourne Victory reste une équipe placée sous les feux des projecteurs. Mais Ola Toivonen ne l’est pas tout autant. Il est ce joueur efficace, capable de marquer des buts somptueux mais il n’est pas spectaculaire car il est lent. Mais il fait le job. Ses statistiques parlent pour lui. Pour le clin d’œil, il est d’ailleurs auteur du 5 000ème but du championnat contre Perth Glory. À titre de comparaison, on parle beaucoup plus de Keisuke Honda, James Troisi et Kosta Barbarouses. Au pays, celui qui parle le mieux de lui, c’est son entraîneur, Kevin Muscat. Il avait dit à son sujet : "c’est grâce à son travail que l’on a autant d’occasions. Il est très intelligent et il apporte de la confiance aux joueurs autour de lui". De par son profil, il aspire certains défenseurs et laisse ses partenaires prendre les espaces. Pour illustrer cela, Kosta Barbarouses fait une saison stratosphérique grâce aux espaces qu’il crée. Barbarouses a inscrit 14 buts alors qu’il n’avait plus marqué plus de 10 buts depuis la saison 2010-11 ».Loin de la L1, Ola Toivonen est en train de s’éclater en Australie !