Euro 2024, Angleterre : mais où est donc passé Cole Palmer ?

Par Maxime Barbaud
3 min.
Cole Palmer à l'entrainement avec l'équipe d'Angleterre @Maxppp

Remplaçant sans aucun temps de jeu lors des premiers matchs de l’Angleterre dans cet Euro 2024, Cole Palmer se morfond tout en assistant au triste spectacle proposé par ses partenaires. Lui et d’autres comme Anthony Gordon attendent leur heure, espérant que Gareth Southgate, toujours plus critiqué, pense enfin à eux.

Depuis vendredi soir, Gareth Southgate est l’objet de toutes les remarques et de toutes les critiques au pays. Après un premier match poussif, mais victorieux, contre la Serbie (1-0), l’Angleterre s’est franchement ratée contre le Danemark (1-1). Certes, les Three Lions conservent toutes leurs chances de qualification pour les 8es de finale, eux qui occupent la 1ère place de la poule C. Sauf immense catastrophe, ils devraient pouvoir accéder au tour suivant sans trop de problèmes mais il faut voir plus loin, eux qui font partie des trois grands favoris avec l’Allemagne et la France.

La suite après cette publicité

Les deux premières prestations ont calmé tout le monde. Les Anglais affichent un visage très décevant malgré l’énorme qualité de leur effectif. La principale cible est toute trouvée avec le sélectionneur, «dépourvu de solutions.» «C’est une équipe qui trébuche dans les phases de groupes, en manque d’inspiration et empire encore, avec ce fort sentiment qu’elle sera une proie facile pour le premier grand adversaire qu’elle rencontrera» poursuivait The Telegraph dans ses colonnes. La déclaration de Southgate sur Kalvin Phillips n’est pas passée inaperçue non plus.

À lire Angleterre : un champion du monde allemand veut succéder à Gareth Southgate

Palmer et Gordon n’ont eu aucune minute depuis le début de l’Euro

Face à une équipe léthargique, les choix du sélectionneur sont toujours plus critiqués. Jude Bellingham ne peut pas tout faire tout seul, surtout lorsqu’il semble ne plus avoir ses jambes de début de saison. Les observateurs ne comprennent pas non plus pourquoi certains joueurs n’ont toujours pas fait leur apparition dans cet Euro, alors qu’ils comptent parmi les Anglais les plus en forme de ces derniers mois. Tous les yeux se tournent bien sûr vers Cole Palmer, élu meilleur jeune de Premier League du haut de ses 22 buts et de ses 11 passes décisives en 34 matchs.

La suite après cette publicité

Les réalisateurs ne s’y sont pas trompés en filmant son visage ennuyé tout au long du match vendredi. L’entrée du joueur de Chelsea aurait probablement fait du bien pour apporter plus de tonus et de créativité. Le cas d’Anthony Gordon est similaire (comme Palmer, il est resté sur le banc durant les deux matchs). La presse ne l’oublie pas non plus, lui qui facture 11 réalisations et 10 offrandes avec Newcastle en championnat. «Vous me posez des questions sur les individus, s’est défendu Southgate en conférence de presse, mais c’est l’équipe qui n’a pas fonctionné.»

La presse anglaise réclame du changement

Le jeune Kobbie Mainoo n’a lui disputé que les 4 dernières minutes de la rencontre face à la Serbie, et lui aussi est l’un des joueurs en vue cette saison. Comme souvent dans ce genre de grandes compétitions, la fraîcheur est un facteur important. Or, les Bellingham, Foden, Rice et autre Alexander-Arnold n’ont pas le répondant physique suffisant. Les Serbes et les Danois l’ont bien compris en finissant fort leur match face aux Anglais. Des consultants écoutés comme Rio Ferdinand et Micah Richards militent pour des changements radicaux et sans attendre sous peine d’une déconvenue encore plus importante.

La suite après cette publicité

Ils réclament au moins la titularisation de Cole Palmer, quitte à faire redescendre Bellingham d’un cran, quand Shearer voudrait voir Anthony Gordon être aligné pour soutenir Harry Kane et donner plus de rythme. Car outre le onze de départ, les anciennes gloires n’ont pas compris les changements opérés en cours de match (Alexander-Arnold à la 54e contre Gallagher, puis Foden, Saka et Kane dès la 69e pour Watkins, Bowen et Eze). Ce nouveau trio offensif a failli lui aussi. «On a pensé qu’on gagnerait en vitesse, qu’on aurait plus d’énergie pour presser.» Cette articulation n’a pas plus fonctionné. Il va falloir trouver une énième combinaison.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité