France - Ukraine : les notes du match

Au Stade de France, l'équipe de France n'a pas pu faire mieux qu'un match nul contre l'Ukraine dans le cadre de la 1ère journée des éliminatoires du Mondial 2022.

N'Golo Kanté au Stade de France lors du match contre l'Ukraine
N'Golo Kanté au Stade de France lors du match contre l'Ukraine ©Maxppp
La suite après cette publicité

Début des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 ce mercredi soir pour l'équipe de France. Au Stade de France, les Bleus recevaient l'Ukraine pour leur premier match dans le groupe D où ils partent largement favoris. Mais surtout, cette trêve internationale était le dernier test pour Didier Deschamps et ses hommes avant l'Euro prévu cet été. Justement, pour sa composition de départ, le sélectionneur tricolore partait sur 4-2-3-1 avec Giroud en pointe soutenu par le trio Coman-Griezmann-Mbappé. Côté ukrainien, Andriy Shevchenko sortait un 4-3-3 et pouvait compter sur Yaremchuk aux avant-postes.

Face à des Ukrainiens pas très pressants et avec finalement une défense à cinq la plupart du temps, les champions du Monde gardaient le ballon et cherchaient à passer par les côtés, avec des latéraux très hauts. Pavard et Lucas Hernandez couraient beaucoup et le latéral du Bayern Munich trouvait justement Giroud qui voyait son tir être sorti de justesse par un adversaire (11e). Les Bleus insistaient et finissaient par trouver la faille. Côté droit, Griezmann se mettait sur son pied gauche et envoyait une superbe frappe enroulée dans le petit filet opposé (19e, 1-0). Les locaux poussaient pour le but du break mais Mbappé (20e) et Giroud (32e) ne cadraient pas.

Presnel Kimpembe solide mais malheureux

La suite de la première période était un peu ennuyante mais l'essentiel était là puisque les Bleus menaient d'un but à la pause. Il restait tout de même 45 minutes à jouer et il fallait se méfier des Ukrainiens. Et justement, sur la première occasion adverse en seconde période, les Tricolores craquaient. Côté droit, Lucas Hernandez et Mbappé laissaient les Ukrainiens jouer et Karavaev trouvait tranquillement Sydorchuk en retrait. Ce dernier armait une frappe que le malheureux Kimpembe déviait dans son propre but (57e, 1-1). Surpris, les Bleus essayaient de réagir avec une frappe intéressante de Coman (60e), très intéressant ce soir.

Le deuxième but ne venait pas côté français et Didier Deschamps réalisait des changements pour faire bouger les choses. Mais dans le jeu, les champions du Monde n'y arrivaient vraiment pas depuis l'égalisation, même si Bushchan réalisait une petite claquette (69e). La suite ? Quelques offensives tricolores mais aucune occasion franche devant le but ukrainien. Pour le lancement de ses qualifications au Mondial 2022, qui se déroulera au Qatar, l'équipe de France débute donc sur un match nul 1-1 face à l'Ukraine. Une réaction est déjà attendue face au Kazakhstan dimanche après-midi (15h).

L'homme du match, Kante (7) : toujours aussi important pour les pensionnaires de Stamford Bridge, l'ancien joueur de Caen a décidé de rendre une très bonne copie au Stade de France. Avec un gros volume de jeu et de l'envie jusqu'au coup de sifflet final, le numéro 13 a enchaîné les kilomètres pour venir récupérer le ballon assez haut sur la pelouse. Il en a aussi perdu très peu puisqu'il a joué très simple balle au pied, en une ou deux touches de balle. Encore un gros match pour Kanté.

France

  • Lloris (5) : certains matches sont plus faciles que d'autres. Habitué à être sollicité en Premier League, le capitaine français a passé une soirée très tranquille. Avec aucune frappe cadrée ukrainienne en première période, il s'est contenté de relancer proprement lorsque le ballon est venu jusqu'à lui. Malheureusement, il n'a rien pu faire au retour des vestiaires sur la frappe déviée par Kimpembe pour l'égalisation ukrainienne (57e).

  • Pavard (5) : avec une équipe d'Ukraine assez basse, le Bavarois a pu s'illustrer dans le camp adverse. Un peu trop par moment puisque les quelques offensives de l'Ukraine sont venues de son couloir, hormis sur le but. Globalement, il a fait son match, que ce soit sur le plan défensif avec un superbe retour (27e), ou offensivement avec plusieurs centres et montées qui ont aidé Coman et les Bleus. Mais rien d'exceptionnel dans un match de ce type.

  • Varane (4) : pas très embêté défensivement, le défenseur du Real Madrid n'a pas su se mettre dans le haut du panier ce soir. Assez imprécis au niveau de la relance, l'ancien Lensois était un ton en dessous sur le plan technique. On l'a senti un peu fébrile à plusieurs reprises dans cette rencontre, même si ça n'a eu aucun impact direct. Il faut dire que son coéquipier Kimpembe a fait le boulot défensivement jusqu'à ce malheureux but contre son camp.

  • Kimpembe (5,5) : performant avec le Paris Saint-Germain cette saison, le numéro 3 a conservé son niveau avec le maillot bleu. Agressif dans le bon sens du terme, que ça soit loin de son but ou aux abords de la surface, le Parisien est resté très solide jusqu'au coup de sifflet final. Surtout, c'est lui qui a stoppé les attaquants adverses, comme cette intervention dans la surface à la 43e minute. Malheureusement, il a dévié une frappe dans son propre but, mais difficile de lui en vouloir (57e).

  • L. Hernández (5,5) : pas tout le temps utilisé par Hansi Flick au Bayern Munich, le latéral gauche a envoyé un message à son coach ce soir. Très entreprenant dans son couloir, l'ancien joueur de l'Atlético a su défendre tout en apportant beaucoup devant, notamment avec une montée et un centre parfait pour Giroud sur la première occasion de la rencontre (11e). Néanmoins, le but ukrainien vient de son couloir (57e), même s'il n'a pas du tout aidé par Mbappé.

  • Kanté (7) : voir ci-dessus

  • Rabiot (5) : préféré à Pogba pour débuter aux côtés de Kanté, le milieu de la Juventus a joué un peu plus haut que Kanté, qui était lui la véritable sentinelle tricolore. Comme la plupart des Bleus, sa première période a été bien meilleure que la seconde avec des récupérations et beaucoup de projections. Cependant, l'ancien Parisien n'a pas réellement apporté un plus sur la pelouse.

  • Coman (6) : très percutant côté droit, l'ailier du Bayern Munich a fait souffrir Mykolenko et les Ukrainiens de par sa vitesse et sa percussion. Les joueurs de Didier Deschamps l'ont beaucoup trouvé et il a tenté de faire la différence à de nombreuses reprises, notamment sur un bel enchaînement et une frappe cadrée (60e). Vif même en deuxième période, il a fini par céder sa place à Dembélé (64e), qui s'est rapidement mis dedans, mais n'a pas pu faire basculer la partie.

  • Griezmann (6) : positionné derrière Giroud en numéro 10, le joueur du Barça a illuminé cette rencontre rapidement avec cette magnifique frappe enroulée pour l'ouverture du score (19e). Un but qui lui a permis d'égaler Trezeguet au classement des buteurs de l'équipe de France. Avec son pied gauche, le Mâconnais a essayé de forcer la décision avec deux autres tentatives contrées (45e+1, 83e), en vain. Mais il aura été précieux dans le jeu en venant chercher le ballon entre les lignes.

  • Mbappé (2,5) : d'un triplé au Camp Nou à une performance morose en sélection, il peut n'y avoir qu'un pas. Titulaire sur la gauche, le natif de Bondy n'a jamais été dedans ce soir, lui qui a été beaucoup plus discret que d'habitude. Auteur de deux tentatives non cadrées en première période, le numéro 10 tricolore a également oublié l'aspect défensif. Sur le but ukrainien, son manque d'envie au duel n'est pas passé inaperçu. Un match à oublier pour le champion du Monde qui a cédé sa place à Martial (77e). Le Mancunien n'a rien eu à se mettre sous la dent.

  • Giroud (4,5) : bien esseulé au milieu de la défense à 5 de l'Ukraine, l'attaquant de Chelsea a tout de même eu des opportunités, notamment la première où sa frappe devant le but est sortie par un défenseur (11e). Sur un centre, il a ensuite manqué de précision de la tête (32e). Les Bleus l'ont beaucoup cherché dans les airs mais il a plus été trouvé au sol. Remplacé par Pogba (63e) qui a presque joué numéro 10 à cause du résultat. Auteur d'une frappe non cadrée qui n'a inquiété personne.

Ukraine

  • Bushchan (4): c’est sans doute le poste qui fait le plus débat en Ukraine. Cette fois-ci, Schevchenko a décidé de faire confiance à Heorhii Buschan et le moins que l'on puisse dire, c’est qu’il n’a pas rassuré du tout. Très peu rassurant dans son jeu au pied, il a été l’auteur d’une sortie totalement raté sur Coman qui aurait pu offrir un penalty (22e). Il ne peut rien faire sur le but de Griezmann. Sa deuxième période est plus intéressante.

  • Zabarnyi (5,5) : contrairement à son homologue sur le côté gauche, Zabarnyi a moins souffert et a plutôt réussi à gérer Mbappé. Il s’en est occupé personnellement puisqu’il n’a pas lâché d’un pouce le Français, sans doute parce qu’il savait qu’il pouvait vite être pris de vitesse. Offensivement par contre, on repassera. Mais il n’était pas là pour ça. Il a souffert physiquement en fin de match, mais on ne peut pas lui en vouloir.

  • Kryvtsov (5) : le doyen de cette équipe a usé de toute son expérience pour ne pas se faire prendre par les attaquants français. Même si son match avait mal débuté avec quelques problèmes de marquage, il a finalement bien réussi à s’en sortir. Sans doute parce qu’Olivier Giroud n’a jamais réussi à proposer autre chose qu’un duel physique avec lui.

  • Matvyienko (4): quand il faut défendre sur l’homme et répondre présent dans les duels, le solide défenseur du Shakhtar Donetsk semblait plutôt à l’aise. C’est d’ailleurs lui qui sauvait les siens en contrant une frappe de Giroud qui filait au fond (11e). Par contre, lorsque son équipe a joué un peu plus haut et a laissé plus d’espaces, il a souvent été pris de vitesse.

  • Mykolenko (3) : sur son côté, le jeune joueur du Dynamo Kiev a connu une soirée très compliquée. Face à la vitesse et aux dribbles incessants de Kingsley Coman, Mykolenko a eu beaucoup de mal à défendre. Il a dû subir toute la rencontre les assauts et n’avait logiquement plus beaucoup de jus pour essayer de monter sur les quelques phases de possessions de son équipe. Petit palmarès de la soirée : il est l’auteur de la première frappe de son équipe au bout de 37 minutes de jeu (en tribune par contre). La sortie de Coman lui a permis de souffler un peu, l'aide de Zinchenko aussi.

  • Karavaev (5,5): ce soir, Karavaev a sans doute joué à tous les postes. D’abord au milieu de terrain, il a glissé sur le couloir droit quand son équipe n’avait pas le ballon pour former la défense à 5. Cela a plutôt bien fonctionné puisqu’il a empêché ses coéquipiers d’être en infériorité numérique sur les couloirs. C’est lui qui, en opportuniste, servait parfaitement Sydorchuk pour l’égalisation ukrainienne (57e).

  • Sydorchuk (5): l’expérimenté milieu de 29 ans avait un rôle très important ce soir. D’abord, il a dû souvent occuper l’axe de la défense ukrainienne pour épauler ses partenaires. Ensuite, il s’est occupé de la première relance de son équipe et a essayé de ne pas perdre trop rapidement les ballons. Sur l’une de ses rares montées, il voyait sa frappe déviée par Kimpembe surprendre Hugo Lloris (57e).

  • Malinovskyi (3) : le talentueux gaucher de l’Atalanta devait apporter cette créativité et cette touche technique qui manquent tant aux hommes de Schevchenko ces derniers matches. Mais dans une équipe qui n’a jamais réussi à poser son jeu en attaquant, il a, sans surprise, été transparent. On attendait plus de lui et il en est capable.

  • Shaparenko (5) : lorsque son équipe était à cinq derrière, le jeune milieu de 22 ans descendait d’un cran pour bloquer l’axe. C’est lui qui a souvent lancé la première vague de pressing. Et s’il ne s’est pas spécialement illustré avec le ballon, il a beaucoup couru et n’a jamais cessé d’harceler le porteur du ballon. Un élément essentiel de son coach. Remplacé par Zubkov à la 86e.

  • Zinchenko (5,5): des onze Ukrainiens sur le terrain, le milieu de Manchester City a sans doute été le meilleur ce soir. C’est le joueur de son équipe ayant touché le plus de ballons et surtout celui qui a essayé constamment de jouer au football. Plus d’une fois, il a trouvé des passes intéressantes et des espaces entre les lignes. Malheureusement, il était beaucoup trop seul ce soir. On pourra lui reprocher son duel perdu avec Griezmann sur l’ouverture du score (19e). Son aide en défense a fait beaucoup de bien.

  • Yaremchuk (3) : l’attaquant de La Gantoise a essayé tant bien que mal d’aider son équipe. Il a beaucoup couru, mais difficile pour lui de s’illustrer offensivement tant il a rien eu à se mettre sous la dent. Il aurait pu obtenir un penalty après un duel litigieux avec Presnel Kimpembe. Mais pour un attaquant, c’est assurément une soirée frustrante. Remplacé par Junior Moraes à la 72e. L'attaquant du Shaktar n'a rien eu à faire.

Plus d'infos

Commentaires