Francfort-OM : les notes du match

Par La Rédaction FM
11 min.
Francfort-OM : les notes du match @Maxppp

Après deux victoires face au Sporting, l'OM a chuté face à Francfort ce mercredi (1-2) en Ligue des champions. Voici les notes du match.

La suite après cette publicité

Enchaîner une troisième victoire et se rapprocher de la qualification, voire la sceller. L'Olympique de Marseille pouvait rêver d'une belle soirée à Francfort dans une Deutsche Bank Park à la splendide ambiance. Elle partait pourtant mal, avec l'ouverture du score signée Kamada dès la 3e minute, consécutive à un beau décalage et une belle feinte de Lindstrom. Le Japonais résistait au retour de Gigot et sa frappe pied gauche trompait Pau Lopez (1-0, 3e). Mais l'OM, comme depuis le début de saison, ne se laissait pas abattre, déroulant le pressing réclamé par Igor Tudor. Et cela finissait par payer. Mbemba, roi du dépassement de fonction, envoyait un centre parfait dans la surface à destination de Guendouzi, qui reprenait d'un pur geste d'attaquant, pied droit (1-1, 22e). Une joie de courte durée puisqu'un manque d'agressivité défensive côté olympien permettait à l'Eintracht Francfort de reprendre les devants. Götze était servi à l'entrée de la surface et le ballon arrivait dans les pieds de Kolo Muani. Le Français jouait un une-deux avec l'Allemand au coeur de la surface marseillaise et ajustait Pau Lopez (2-1, 27e). L'OM repartait vers l'avant : Nuno Tavares était tout proche de trouver Alexis Sanchez au deuxième poteau (30e) et Harit tombait sur un grand Kevin Trapp (45e).

L'OM chute à nouveau

Au retour des vestiaires, l'OM s'en remettait à Sanchez pour créer le danger (57e, 60e), et Tudor jouait du coaching à l'heure de jeu en sortant étonnamment Guendouzi pour lancer Ünder, pendant que Kolasinac remplaçait un Gigot en difficulté. Malgré une belle intensité, l'OM avait beaucoup de mal à se créer de véritables occasions franches, alors que l'Eintracht musclait son entrejeu. Portés par leurs supporters, les Allemands répondaient au défi physique des hommes de Tudor. Et ont tenu bon jusqu'à la fin de la rencontre. Avec ce succès, ils doublent l'OM et se relancent avant la dernière journée qui promet d'être passionnante. Entre Tottenham, 1er, et l'OM, 4e, il n'y a que quatre points d'écart. Les Phocéens devront quoi qu'il arrive l'emporter pour croire à la qualification pour les huitièmes de finale.

À lire Panic buy, transferts ratés, voltes-faces, propositions osées : les croustillantes histoires du mercato d’hiver de L1
  • l'homme du match : Lindstrøm (7,5) : son jeu sans ballon en laissant passer le cuir entre ses jambes sur le 1er but de son équipe dés l'entame était excellent. Son gros volume de jeu est à noter avec une omniprésence au milieu de terrain en faisant énormément mal à l'OM en contre avec sa vitesse et sa technique. Le Danois n'a cessé de vouloir aider ses coéquipiers des deux côtés du terrain. Match ultra complet pour lui et une vraie qualité de percussion qui a fait souffrir l'OM. Remplacé par Rode (69e) Le milieu allemand a apporté de l'impact au milieu.
La suite après cette publicité

Francfort

  • Trapp (7) : Plutôt tranquille en début de match, le capitaine de l'Eintracht s'est fait fusiller par Guendouzi d'une reprise à bout portant surpuissante sans pouvoir rien y faire (22e). Se couche parfaitement juste avant la pause sur une reprise de volée de Harit (45e). Il a donné beaucoup de voix à son équipe pendant les temps forts des visiteurs notamment lors du retour des vestiaires. Sort une belle parade d'une main sur un coup franc excentré tiré second poteau par Sanchez (59e). Il a répondu présent.

  • Jakic (5) : Fautif sur l'égalisation de Guendouzi avec un mauvais placement (22e), il s'est néanmoins montré impactant dans les duels. Sa complémentarité avec son compère croate s'est sentie avec un travail de compensation visible et de belles couvertures. A redoublé de vigilance dans le money-time pour repousser les assauts marseillais.

  • Smolčić (5) : placé dans un rôle d'arrière central dans une défense à trois, le Croate n'était pas présent au match aller mais a bien surveillé et muselé Sanchez lors du premier acte en réalisant un énorme sauvetage sur ce dernier devant son but après un centre de Tavares (30e). Sa deuxième mi-temps parle pour lui avec des interventions efficaces et une belle présence dans les airs. Averti d'un carton jaune après un retard sur le virevoltant Amine Harit (58e)

  • Ndicka (6,5) : le Français passé par l'AJ Auxerre nous a gratifié d'une belle montée en combinant avec Lenz. Il a offert une belle passe décisive à Kamada (3e) de son pied gauche. Très généreux défensivement, ses relances étaient intéressantes en trouvant quasiment preneur à chaque fois. Très mobile pour sa taille (1,92m) avec une qualité de vitesse appréciable qui a surpris le milieu marseillais par moment.

  • Lenz (5) : grand artisan du premier but de son équipe avec une action à deux avec Ndicka. Le piston gauche de Francfort s'est projeté offensivement et aurait pu marquer sans le bel arrêt du portier olympien (18e) sur une erreur de Balerdi. A contenu comme il pouvait l'apport de Clauss pour l'OM. Remplacé par Pellegrini (45e) plutôt concentré défensivement avec de l'autre côté, une bonne contribution offensive lorsqu'il le pouvait. Note : 4,5.

  • Sow (5) : un peu loin de ses attaquants par séquence pour apporter du soutien, le Suisse a globalement fait le job dans le double pivot avec Kamada, en coulissant avec son bloc tout en s'appliquant dans ses transmissions lorsque sa formation avait le ballon. Actif dans la zone de Rongier, il a limité son apport en coupant certaines lignes de passe.

  • Kamada (6,5) : excellent au match aller, le Japonais s'est illustré par un but plat du pied dés la 3e minute en résistant à la pression de Gigot à la suite d'une passe de Ndicka que Götze a volontairement laissé passé. Rarement sous pression, il n'a pas paniqué malgré le pressing marseillais avec du jeu simple et une extrême tranquillité. Placé plus haut en fin de match après la rentrée de Rode, venu mettre les pieds dans le plat au milieu lorsqu'il est rentré.

  • Dina Ebimbe (6) : prêté par le PSG, il avait forcément envie de faire un gros match contre l'OM. Actif dans son couloir droit en cumulant les allers-retours, il est par contre attentiste sur le but de Guendouzi en étant loin du marquage. Il a regardé Nuno Tavares dans les yeux malgré ses montées successives et a fait parlé sa puissance avec une belle percée et un centre fort devant le but, ne trouvant personne (48e). Averti assez bêtement pour contestation (75e). Mais dans l'ensemble, c'est un bon match de sa part. Remplacé par Alidou (79e)

  • Götze (6) : a beaucoup décroché pour apporter des solutions de passes à ses coéquipiers. Présent dans la surface adverse, il a manqué de peu d'inscrire le but du 2-0 d'une tête flottante terminant à côté du poteau gauche de Lopez (15e) sur un service de Lindstrom mais a offert une passé décisive pour Kolo-Muani. Le champion du monde allemand a fait parler sa technique dans l'entre-jeu même s'il fut moins en vue en seconde période mais précieux à la fin du match pour conserver le ballon.

  • Lindstrøm (7,5) : voir ci-dessous.

  • Kolo Muani (6) : a vécu un début de match compliqué, sans beaucoup d'espace, le frustrant par moment avec de l'énervement. Quelques maladresses techniques et des ballons perdus ce soir mais l'ex canari s'est rattrapé d'un une-deux avec Götze et une jolie finition en prime pour le 2-1 (28e). L'international français s'est souvent retrouvé au sol après des contacts rugueux. Remplacé par Borré (79e) qui a apporté du sang-neuf qui s'est vu avec la fatigue des défenseurs marseillais. Sa frappe termine dans les gants de Lopez (88e).

OM

  • Lopez (4,5) : le gardien espagnol a été battu deux fois dans cette rencontre. D'abord rapidement sur une subtile frappe de Kamada puis sur une frappe de Kolo Muani où il aurait pu faire mieux. Mais il est masqué par Balerdi sur la frappe de l'ancien de Nantes. Et puis, il a surtout maintenu les siens en vie dans cette rencontre en s'imposant devant Christopher Lenz après une bourde de Balerdi. Il a eu du mal dans son jeu au pied également.

  • Mbemba (5,5) : l'international congolais est assurément le meilleur joueur de la ligne défensive du début de saison. Même quand son équipe est en difficulté, il est le seul à répondre présent dans les duels, dans l'impact. Avec un Clauss qui monte énormément, c'est lui qui s'occupe de couvrir les espaces et il finit presque latéral droit par moment. Il s'est transformé en David Beckham le temps d'un centre magnifique pour l'égalisation de Guendouzi (22e).

  • Balerdi (2,5): les matches se suivent et se ressemblent pour l'Argentin. Après une période de mieux pendant quelques matches, Balerdi est retombé dans ses travers et enchaîne les matches décevants. Ce mercredi soir, il a quasiment tout raté. Déjà pas serein sur l'ouverture du score des Allemands, une relance totalement ratée de sa part aurait pu couter cher (17e) à son équipe. Sur le second but de Francfort, il est encore une fois à la ramasse. Inquiétant.

  • Gigot (3) : comme son coéquipier argentin, Samuel Gigot a connu une soirée compliquée. Décevant balle au pied, il a laissé un nombre incalculable d'espaces aux attaquants adverses. Son placement n'avait rien de précis sur ce match et c'est d'ailleurs lui qui est fautif sur le second but allemand. Bref un match clairement sans pour lui qui n'a pas été aidé par son milieu de terrain il est vrai. Remplacé par Kolasinac à l'heure de jeu. L'ancien d'Arsenal n'a pas apporté de la sérénité en défense. Il s'est mis au niveau de ses coéquipiers dira-t-on.

  • Clauss (3,5): le piston droit marseillais a été très discret dans ce match. Beaucoup trop même alors que son équipe avait besoin de lui. Bousculé dans les duels, il n'a pas eu son rendement habituel offensivement. Mbemba a été plus dangereux que lui dans ce match. C'est dire... Physiquement, on l'a senti très en difficulté. Et sans jus, forcément, difficile pour lui de faire la différence. Remplacé à la 86eme par Luis Suarez.

  • Rongier (3) : le capitaine du jour a connu une soirée délicate également. Si son équipe a été transpercée au milieu de terrain, c'est certainement parce que son duo avec Veretout n'a pas du tout marché. Il a connu toutes les peines du monde à contenir les Allemands. Et face à l'aisance technique de Gotze ou Kamada, l'ancien Nantais n'a quasiment pas existé.

  • Veretout (3) : encore un match où l'ancien de la Roma n'a pas du tout réussi à se mettre en valeur. Au contraire. Il a totalement pris l'eau dans cette rencontre et a été asphyxié par le milieu de terrain allemand. Balle au pied, il n'a rien apporté. Dans ses déplacements non plus. Très loin de ce qu'il montrait en Serie A, Jordan Veretout enchaîne donc une nouvelle performance décevante qui n'aide pas du tout son équipe.

  • Tavares (4,5) : plus en vue que Clauss de l'autre côté, le piston portugais a alterné le bon et le moins bon dans cette rencontre. Il a essayé de participer aux actions de son équipe en montant proposer des solutions. L'un de ses centres aurait pu trouver preneur sans la bonne intervention du défenseur allemand. Il a beaucoup tenté mais a aussi eu du déchet dans son jeu surtout techniquement. Il a perdu en lucidité au fil du match car Francfort a beaucoup insisté sur son côté.

  • Guendouzi (4,5) : dans le trio offensif, Matteo Guendouzi a encore une fois semblé peu à l'aise dans le dernier tier du jeu. Mais lorsqu'il part de plus loin, l'ancien d'Arsenal est toujours aussi intéressant. D'abord parce qu'il a un impact indéniable sur le milieu de l'OM, ensuite parce qu'il a tendance à suivre les actions jusqu'au bout et il attire donc les défenseurs. Son but de l'égalisation l'illustre parfaitement. Il a aidé quand il était plus bas sur le terrain mais reste discret à ce poste. Remplacé étonnamment à l'heure de jeu par Under. L'attaquant turc a tenté de faire la différence. Sans succès.

  • Harit (4,5) : l'international marocain a d'abord eu du mal à être trouvé. Mais lorsqu'il l'a été, il a su faire des différences avec ballon notamment dans ses contrôles. On a vu quelques belles combinaisons avec Alexis Sanchez et il n'est pas passé loin de marquer un beau but d'une belle volée (44e). En seconde période, il a souvent décroché pour prendre le jeu à son compte.

  • Sanchez (4) : l'attaquant chilien n'a presque rien eu à se mettre sous la dent. Trop seul devant, il a multiplié les appels mais a été très peu servi. Il a tout de même pu se créer une occasion qu'il n'a pas su convertir. Mais difficile d'être dangereux dans un match comme celui d'aujourd'hui pour l'ancien attaquant du Barça.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité