Wilfried Bony : «j’ai très envie de jouer, je suis impatient»

Wilfried Bony, libre de tout contrat, espère trouver son bonheur cet été. Le buteur ivoirien, passé par Manchester City notamment, attend le bon projet pour revenir sur le devant de la scène.

Wilfried Bony sous les couleurs d'Al-Ittihad
Wilfried Bony sous les couleurs d'Al-Ittihad ©Maxppp
La suite après cette publicité

Marquer, Wilfried Bony (32 ans) a ça dans le sang. Il suffit de se pencher sur ses statistiques tout au long de sa carrière, du Sparta Prague (22 buts en 59 matches) à Al-Ittihad (5 buts en 10 apparitions) en passant par le Vitesse (65 matches, 46 buts), Swansea (28 réalisations en 76 apparitions), Manchester City (6 buts en 36 matches) ou la sélection de Côte d'Ivoire (59 sélections, 18 réalisations) pour s'en convaincre. Alors, forcément, après quelques mois à attendre le bon projet, l'Éléphant s'impatiente. «J’ai très envie de jouer, je suis impatient», nous a-t-il confié avant de poursuivre.

«On se tient prêt, ça peut se décanter à tout moment, ça peut venir à tout moment. Bien sûr, c’est long. Depuis le 1er novembre, ça fait pratiquement neuf mois, ça fait long. Un footballeur, ça aime être sur le terrain, avoir la pression des entraînements, du terrain. Je suis toujours motivé. Le jour où je perds ça, le jour où je n’ai plus faim, j’arrêterai. J’ai toujours envie de jouer, de gagner», nous a-t-il ajouté. Physiquement, le natif de Bingerville se sent prêt. «Je vais bien. Il faut juste que je trouve une équipe pour me permettre de retrouver du rythme. Il me faudra un ou deux mois pour être au top ensuite. C’est normal, je n’ai pas joué depuis huit mois», nous a-t-il indiqué avant de préciser.

Des touches partout sur la planète football

«Physiquement, tu peux être prêt, mais si tu n’as pas le rythme, tu ne peux pas être vraiment performant. Il faut que j’enchaîne les minutes avec une équipe pour, au bout de quatre-cinq matches, revenir dans le coup. S’entraîner avec un groupe rend les choses plus faciles», nous a-t-il glissé. Il a en effet repris avec Newport County, pensionnaire de League Two (équivalent du National 2), pour la préparation estivale en attendant de trouver chaussure à son pied. «La Covid-19 complique un peu les choses. Mais il faut faire avec. Le plus important, c’est d’affronter les problèmes, de ne pas les fuir. Quel que soit l’endroit où on est, il y aura toujours des problèmes. Je m’adapte. Je suis en famille ici», nous a-t-il lâché, expliquant qu'il étudiait plusieurs projets à travers la planète football et restait à l'écoute de toute opportunité intéressante.

«J’ai des touches en Turquie surtout, en Autriche et quelques pays autour. Il y a aussi eu des approches en Corée du Sud et même en Australie. On est en discussion avec des gens là-bas. On discute pour voir ce qu’il serait possible de faire. L’Australie et la Corée du Sud peuvent me plaire. On cible aussi ces zones-là, par rapport à la Ligue des Champions asiatique, pour se donner aussi d’autres objectifs au cours de la saison», nous a-t-il dévoilé, avouant ne pas avoir encore pris de décision définitive, lui qui est prêt à faire des efforts pour retrouver ses sensations de renard des surfaces et ne ferme pas la porte au football français. À bon entendeur.

Plus d'infos

Commentaires