L'assistance vidéo en Ligue 2, ce n'est pas pour tout de suite

 Jérôme Miguelgorry lors d'un Sochaux-Ajaccio en Ligue 2
Jérôme Miguelgorry lors d'un Sochaux-Ajaccio en Ligue 2 ©Maxppp

Depuis le début de la saison de Ligue 2, plusieurs décisions arbitrales ont fait enrager quelques clubs, comme à Caen par exemple. Olivier Pickeu était carrément entré sur le terrain pour se plaindre auprès de l'arbitre, Gaël Angoula, un de ses anciens joueurs du temps d'Angers pourtant. Militant de l'introduction de l'assistance vidéo à l'arbitrage dans ce championnat, le président du Stade Malherbe devra s'y résoudre, ça n'arrivera pas de sitôt. D'une part parce que cela à un coût (plusieurs millions d'euros), d'autre part, parce que le temps de formation des arbitres et des assistants vidéo est long. C'est ce que nous explique Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage à la FFF.

La suite après cette publicité

«Il faut demander à la LFP. Il y a des enjeux budgétaires et là ça ne dépend pas des arbitres. D’un point de vue de la formation et des ressources humaines, les instances savent très bien qu’il nous faut une saison de formation pour former les nouveaux assistants vidéo mais aussi des arbitres en capacité d’arbitrer avec l’assistance vidéo et d’être qualifié. Il n’y a pas un arbitre et un assistant vidéo qui opère sans avoir la certification IFAB (International Football Association Board, soit l'instance qui détermine et fait évoluer les règles du football). C’est eux qui donne le feu vert», détaille le dirigeant de la DTA à notre micro.

Plus d'infos

Commentaires