Atalanta : le mystère Josip Ilicic

Joueur majeur de l'Atalanta, auteur d'un quadruplé lors du 8e de finale retour contre Valence, l'attaquant slovène Josip Ilicic n'affrontera pas le PSG en quart de finale. Il est rentré dans son pays pour se ressourcer, avec l'autorisation de son club. Explications.

Josip Ilicic célèbre un but avec l'Atalanta
Josip Ilicic célèbre un but avec l'Atalanta ©Maxppp
La suite après cette publicité

Vendredi soir, le Paris Saint-Germain a remporté sa deuxième finale, mais a de nouveau tremblé en voyant sortir Icardi, Kurzawa, Thiago Silva et Marquinhos en cours de match, par précaution ou en raison de la fatigue. Embêtant mais pas si grave quand on compare avec ce qui se trame du côté de l'Atalanta Bergame. Nous vous en parlions il y a quelques jours, quelque chose ne tournait plus rond avec Josip Ilicic, l'attaquant slovène de 32 ans, qui est l'un des moteurs offensifs du jeu déployé par l'équipe de Gian Piero Gasperini.

Plus apparu en Serie A depuis le 11 juillet dernier et le match face à la Juventus Turin, il était annoncé touché à une cheville. « Plus les jours passent, plus il devient difficile de le ramener à Lisbonne. Il manquera Mbappé au PSG, mais Ilicic est fondamental pour nous. C'est comme si Dybala manquait à la Juve, Immobile à la Lazio ou Lukaku à l'Inter. Nous cherchons d'autres équilibres sans un joueur doté de ses caractéristiques et nous nous adaptons avec Pasalic, Gomez, Malinovskyi », avait déclaré l'entraîneur italien au sujet de son attaquant il y a quelques jours.

Il n'a plus goût au football

Mais ce n'est plus de cheville dont il est question désormais. Ilicic est touché psychologiquement. Comme révélé hier soir par Sky Italia, il a été autorisé à rentrer en Slovénie pour cause de problèmes personnels. Le club bergamasque a clairement compris qu'il n'avait pas la tête au football. Et selon les dernières indiscrétions en provenance d'Italie, la sensibilité très forte du joueur en est la raison première. Né en 1988 en Bosnie-Herzégovine, Ilicic a vécu une enfance difficile et a perdu son père à l'âge de 7 mois.

Il aurait surtout très mal vécu la crise sanitaire, dont Bergame était l'épicentre en Italie. Le son des sirènes, les camions militaires transportant les cercueils des victimes, tout ça a résonné de manière très personnelle pour Ilicic. Pour lui, le retour du football n'était que secondaire et ses apparitions post-confinement (au nombre de 5) étaient loin de coller à ses standards. Gasperini a tenté de le relancer, lui a donné du temps de jeu malgré ses difficultés pour faire pencher la balance du bon côté, mais cela n'a pas suffi. Pour l'Atalanta, c'est désormais une certitude qu'Ilicic ne sera pas là pour affronter le PSG en quart de finale de la Ligue des Champions le 12 août prochain. Le but n'est plus de le récupérer à temps, mais de le récupérer un jour.

Plus d'infos

Commentaires