La Copa America va se terminer ce dimanche soir avec la finale opposant le Brésil, pays hôte de la compétition, au Pérou, surprenant vainqueur du Chili trois buts à zéro. Pourtant, la compétition n’a pas vraiment tenu toutes ses promesses. Les Argentins, défaits en demi-finale contre le Brésil, ont pesté contre l’état des pelouses, mais aussi contre l’arbitre de la rencontre qui n’a pas fait appel à l’assistance vidéo, ce qui aurait été défavorable aux joueurs de l’Albiceleste.

La fédération Argentine (AFA) a même envoyé une lettre précisant toutes les erreurs qui avaient pu être commises lors de cette rencontre. Mais ça ne s’arrête pas vraiment là. Ce samedi, l’Argentin et le Chili s’affrontaient pour la troisième place. Les coéquipiers d’Angel Di Maria se sont imposés (2-1), mais un événement étrange à eu lieu. À la 37e minute, Gary Medel protège le ballon devant Lionel Messi et le cuir sort en six mètres. Toutefois, les deux hommes se provoquent sans qu’aucun coup ne soit porté. Les deux éléments sont exclus de la rencontre.

Messi et la corruption

Deux cartons (au moins celui de Lionel Messi) assez hallucinants et on imagine bien que les propos de la Pulga sur l’état des pelouses et de l’arbitrage n’ont pas dû plaire aux organisateurs. Enfin, c’est ce qu’imaginent les Argentins. Le joueur du FC Barcelone était donc fou furieux après la rencontre et n’a pas été chercher sa médaille de troisième. Ensuite, il a déchaîné le feu en zone mixte et cette fois, c’est sûr, ses propos ne plairont pas à la CONMEBOL, la Confédération sud-américaine de football.

« Je dis toujours la vérité et je suis honnête, c’est ce qui me fait rester calme, si ce que je dis affecte et qu’il y a des répercussions, cela n’est pas de ma faute. Je pense que ce qui s’est passé est à cause de ce que j’ai dit. Ce que j’ai dit la dernière fois (après le match contre le Brésil, ndlr) a peut-être eu des conséquences néfastes. Avec un jaune, tout était fini », a commencé par développer Lionel Messi avant d’aller beaucoup plus loin.

« Nous ne devions pas faire partie de cette corruption, de ce manque de respect pour la Coupe entière. Nous étions là pour plus. La corruption, les arbitres et tout ce qui ne permet pas aux gens de participer au football, le spectacle, ça le gâche un peu. il ne fait aucun doute que tout est fait pour le Brésil, j’espère que le VAR et l’arbitre n’influenceront pas la finale et que le Pérou pourra concourir normalement », a-t-il ainsi conclu. Bonne ambiance.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10