On avait quitté la France sur une défaite contre la Turquie (2-0) et une victoire contre la faible formation d’Andorre (4-0) en juin dernier. Pour sa rentrée, l’équipe de Didier Deschamps devait se frotter à l’Albanie pour le compte de la cinquième journée des qualifications pour l’Euro 2020. Un match plutôt périlleux contre une équipe bien organisée. Pourtant favoris, les Bleus devaient absolument l’emporter pour revenir à hauteur de l’Islande victorieuse de la Moldavie en début de soirée (3-0). Pour ce match, la France s’articulait en 4-2-3-1. Les Bavarois Lucas Hernandez et Benjamin Pavard prenaient place sur les flancs de la défense tandis que Clément Lenglet et Raphaël Varane formaient la charnière centrale. Corentin Tolisso et Blaise Matuidi composaient le double pivot tandis qu’Olivier Giroud était soutenu par Kingsley Coman, Antoine Griezmann et Thomas Lemar. De son côté l’Albanie optait pour un 3-4-3 avec Elseid Hysaj et Odise Roshi pour assurer les rôles de pistons. Rapidement, la France se mettait dans le sens de la marche. Sur un corner botté côté gauche, Antoine Griezmann trouvait son partenaire en club Clément Lenglet dans la surface. Sa tête passait toutefois au-dessus des buts de Thomas Strakosha (4e).

Dans la foulée, Kingsley Coman démontrait ses qualités de percussion côté gauche, mais son centre passait devant le but adverse sans trouver preneur (7e). Ce n’était que partie remise puisque Raphaël Varane l’alertait dans la foulée avec un bon ballon en profondeur. L’ailier du Bayern Munich se projetait dans la surface et ajustait le gardien de l’Albanie (1-0, 8e). Un début de match en fanfare pour les Bleus qui ne s’arrêtaient pas là. Thomas Lemar basculait le jeu vers la droite de la surface. Kingsley Coman centrait alors au deuxième poteau sans contrôle pour Olivier Giroud dont la tête était contrée par Berat Djimsiti (12e). Très intéressant, Thomas Lemar faisait ensuite parler sa palette technique avant de lancer Antoine Griezmann sur la gauche de la surface. Heureusement pour l’Albanie, Ardian Ismajli était vigilant et éloignait le danger (20e). Mais ce début de rencontre était à sens unique et les Bleus le confirmaient.

Des Français séduisants

Côté droit, Benjamin Pavard basculait le jeu vers l’autre aile. Antoine Griezmann prolongeait la course du ballon vers Lucas Hernandez. Ce dernier centrait ensuite à ras de terre pour Olivier Giroud qui doublait la mise (2-0, 27e). Si Elseid Hysaj s’illustrait ensuite par un centre dangereux (28e), les Bleus n’étaient pas vraiment inquiétés. Ils auraient pu inscrire un troisième but suite à un penalty obtenu par Lucas Hernandez (36e), mais Antoine Griezmann a trouvé la barre transversale de l’Albanie (37e). Ce dernier se rassurait toutefois avec un bel enchaînement contrôle poitrine - demi-volée qui passait au-dessus des cages adverses (45e). Au retour des vestiaires, Antoine Griezmann tentait de nouveau sa chance à 25 mètres du but, mais sa frappe s’envolait dans les airs (48e). Trouvé dans le dos de la défense adverse par Corentin Tolisso, Olivier Giroud contrôlait de la poitrine avant de voir sa frappe se dérober sur la droite (51e). Immédiatement après, Thomas Lemar tentait de bénéficier d’un centre d’Olivier Giroud, mais la défense éloignait le danger (52e).

La France était dans un temps fort et Antoine Griezmann lançait sur la droite Kingsley Coman dont le centre en retrait était mal repris par Olivier Giroud (53e). Suite à un mouvement initié par Antoine Griezmann, Thomas Lemar trouvait Olivier Giroud qui redonnait au numéro 7 français. La frappe de l’attaquant du FC Barcelone de l’entrée de la surface était contrée en corner par le pied gauche de Thomas Strakosha (56e). Si le rythme retombait, la France surprenait l’Albanie avec un nouveau but. Côté gauche, Antoine Griezmann débordait et centrait devant le but. Si Lucas Hernandez et Berat Djimsiti s’accrochaient au second poteau, Kingsley Coman se retournait bien et s’offrait un doublé (3-0, 68e). En position de force, la France continuait de pousser suite aux entrées de Jonathan Ikoné (77e), Lucas Digne (80e) et Nabil Fekir (84e). Ce dernier trouvait d’ailleurs Jonathan Ikoné dans un jeu à deux à l’entrée de la surface adverse. Le Lillois se chargeait de marquer son premier but avec les Bleus (4-0, 85e). Toutefois, Hugo Lloris concédait un penalty en fin de match (89e) que Sokol Cikalleshi transformait (4-1, 90e). Avec cette victoire, la France se retrouve en tête du groupe H à égalité avec l’Islande et la Turquie avec 12 points sur 15 possibles.

Retrouvez le film de la rencontre sur notre live commenté

L’homme du match, Kingsley Coman (8) : remuant en début de rencontre, l’ailier du Bayern Munich réalisait tout d’abord un centre dangereux qui mettait la pression dans la surface adverse (7e). Il a ensuite ouvert le score sur une belle passe de Raphaël Varane (8e). En pleine forme, l’ailier droit reprenait une ouverture de Thomas Lemar et trouvait Olivier Giroud dont la tête ne donnait rien (12e). Toujours aussi actif, il s’est amusé dans le moindre espace disponible et n’hésitait pas à permuter avec Thomas Lemar. Dans un grand soir, il a mis le feu sur les ailes au grand dam d’Elseid Hysaj et d’Odise Roshi. Servi par Antoine Griezmann, il s’est même offert un doublé (68e). Il a laissé sa place à Jonathan Ikoné (77e) qui a ainsi pu vivre sa première sélection. Le Lillois a même marqué suite à un joli numéro avec Nabil Fekir (85e).

France :

- Lloris (5,5) : pas du tout inquiété en première période, le gardien français est resté tranquille dans ses cages. Profitant d’une domination outrageuse des Tricolores, il n’a pas vraiment été embêté en seconde période. Une cape assez tranquille jusqu’aux dernières secondes. Coupable d’une faute dans la surface sur Sokol Cikalleshi (89e), il perdait son duel face à l’attaquant albanais (90e). Il reste désormais sur 14 échecs de rang sur penalty avec les Bleus.

- Pavard (6,5) : très actif dans son couloir droit, le nouveau joueur du Bayern Munich n’hésitait pas à multiplier les montées. Judicieux dans ses choix, il était au départ de l’action sur le but d’Olivier Giroud (27e). Volontaire, il s’est montré sérieux dans les duels et s’est montré très concerné. C’est simple, à part sur une montée d’Elseid Hysaj (28e), personne n’est passé de son côté.

- Varane (6) : bien en place, le défenseur tricolore se distinguait immédiatement de fort belle manière. D’un bon ballon en profondeur, il lançait parfaitement Kingsley Coman qui ouvrait le score (8e). Pas forcement inquiété ensuite, il se montrait serein dans la relance. Le joueur du Real Madrid n’a pas vraiment eu besoin de forcer son talent pour réaliser un bon match.

- Lenglet (5,5) : il s’est tout d’abord illustré sur un corner d’Antoine Griezmann, mais sa tête passait au-dessus des buts albanais (4e). Bien en place défensivement, il était un peu trop en dilettante sur un centre dangereux d’Elseid Hysaj qui venait de la gauche (28e). À part cette légère frayeur, le défenseur du FC Barcelone s’est montré à l’aise. Une deuxième victoire facile pour lui après celle obtenue contre Andorre en juin dernier (4-0).

- Hernandez (7,5) : volontaire dès le début de la rencontre, il montrait beaucoup d’agressivité dans son couloir gauche. Le positionnement de Thomas Lemar lui permettait de multiplier les montées. C’est d’ailleurs de cette façon qu’il a provoqué le but d’Olivier Giroud (27e). Il a également obtenu un penalty suite à un excellent débordement (36e), mais Antoine Griezmann l’a loupé (37e). Son activité folle a permis aux Bleus d’évoluer haut. Au duel avec Berat Djimsiti sur le troisième but tricolore, il laisse Kingsley Coman libre de tout marquage (68e). Après avoir donné son corps à la science, il a été remplacé par Lucas Digne (80e) en fin de match.

- Tolisso (7) : pour son premier match avec les Bleus depuis un an, Corentin Tolisso s’est montré brillant. Important à la récupération, le milieu de terrain s’est montré appliqué dans l’orientation du jeu et dans ses prises de décision. L’ancien Lyonnais s’est également offert quelques montées intéressantes. Utile également dans son jeu long, il s’est distingué comme le régulateur de l’entrejeu des Bleus.

- Matuidi (6,5) : très solide au cœur du jeu, le joueur de la Juventus n’a pas pu se projeter autant qu’à l’accoutumée, mais cela ne lui a pas empêché de se montrer. Débordement d’énergie, il a gratté de nombreux ballons tout en formant un duo très complémentaire avec Corentin Tolisso. En seconde période, il a continué sur sa lancée et livre au final une copie très propre.

- Coman (8) : voir ci-dessus

- Griezmann (7) : placé entre les lignes, le numéro 7 français a tout d’abord connu des difficultés à se placer. Toutefois, il est monté peu à peu en puissance et a décalé Lucas Hernandez sur le but d’Olivier Giroud (27e). Il aurait pu marquer sur penalty, mais sa frappe s’est écrasée sur la barre transversale de Thomas Strakosha (37e). Il se fendait ensuite d’une reprise de volée qui ne trouvait pas le cadre (45e). S’il a réalisé une frappe peu consistante au retour des vestiaires (48e), il a aussi failli surprendre Thomas Strakosha (56e). Pas en réussite face au but adverse, il a toutefois délivré une passe décisive à Kingsley Coman (68e).

- Lemar (7) : précieux, il n’a pas hésité à laisser le couloir gauche à Lucas Hernandez pour rentrer dans l’axe. Un choix lui permettant d’utiliser au mieux son jeu long comme en étant au départ d’une grosse occasion d’Olivier Giroud (12e). De tous les bons coups en première période, il délivrait une belle passe lobée dans la surface pour Antoine Griezmann, mais la défense éloignait le danger (20e). Très en vue dans l’utilisation du ballon, il n’hésitait pas à décrocher pour aider dans la construction. Un peu moins en vue en seconde période, il est resté utile dans le jeu court et dans les combinaisons à l’approche de la surface adverse. Nabil Fekir (84e) a pris sa place pour les dernières minutes de ce match. Un temps de jeu suffisant pour offrir à Jonathan Ikoné son premier but en Bleu (85e).

- Giroud (6,5) : trouvé par Kingsley Coman, il loupait sa remise de la tête pour Antoine Griezmann alors que le but était ouvert (12e). Bien cerné par la charnière compacte des visiteurs, il a souvent gagné ses duels aériens et a pesé sur ses adversaires. Profitant d’un bon centre de Lucas Hernandez, il a marqué en première période (27e). Au retour des vestiaires, il se montrait entreprenant aux abords de la surface adverse (51e, 52e et 53e). Valeureux, il a servi Antoine Griezmann sur le second but de Kingsley Coman (68e).

Albanie

- Strakosha (4) : le gardien albanais encaisse quatre buts ce soir mais il sauve plusieurs fois sa sélection notamment sur une superbe intervention face à Griezmann (55e). Son équipe a énormément souffert, il a bien essayé de sauver les meubles mais il a été abandonné par sa défense. Impuissant.

- Ismajli (3) : À l’image de ses coéquipiers de la défense, il a été mis en grande difficulté par la vitesse des attaquants français. Il ne revient pas assez vite sur le troisième but encaissé et se faire facilement avoir sur la remise de Nabil Fékir pour Jonathan Ikoné (86e). Comme ses coéquipiers de la défense, il a vécu une soirée très compliquée.

- Djimsiti (4) : le défenseur central est régulièrement sorti avec autorité dans les pieds des joueurs français. Il sort un ballon très chaud sur sa ligne sur une tête d’Olivier Giroud (12e). Souvent bien placé, il a réalisé une bonne intervention dans sa surface sur un centre de Coman (48e). Auteur d’une intervention très rude sur Lucas Hernandez (68e). Trop lent pour pouvoir contenir les flèches de l’équipe de France.

- Mavraj (3) : le capitaine albanais avait un client face à lui en la personne d’OIivier Giroud. Le défenseur a été dominateur dans le jeu aérien et a bien dirigé cette défense à trois centraux. Il est en retard sur Hernandez et provoque le penalty, finalement raté, d’Antoine Griezmann (37e). À l’image de ses coéquipiers, il a sombré en deuxième période.

- Hysaj (4) : En début de rencontre, le joueur du Napoli était dans le couloir droit mais son pendant de l’autre côté a vite pris l’eau avec la vitesse de Coman alors son sélectionneur l’a changé de poste en le positionnant à gauche. Ce qui n’a pas vraiment perturbé le défenseur. Auteur de quelques montées intéressantes dans son couloir, ses centres auraient pu trouver preneur si la défense française ne veillait pas (28e). Le défenseur a baissé le pied et a trop subi les offensives en fin de rencontre.

- Ramadani (3) : dans ce double pivot défensif, le milieu de terrain a éprouvé les pires difficultés à contenir les assauts français. Il n’a clairement pas eu le rendement espéré. Remplacé par Jürgen Gjasula (53e), qui est entré pour mettre de l’impact au milieu (trop ?). Sanctionné d’un carton jaune (66e).

- Abrashi (3) : le milieu de terrain a été submergé comme son coéquipier aligné à ses côtés. Il n’a pas réussi à maintenir un pressing constant pour empêcher les relances françaises. Lorsqu’il a eu le ballon, il s’en est vite débarrassé comme s’il lui brûlait les pieds. Remplacé par Xhaka (73e) qui a profité des espaces laissés en fin de match.

- Roshi (2) : le milieu de terrain d’abord positionné en piston gauche dans le système albanais a souffert de la vitesse de Kingsley Coman. Il se fait totalement prendre dans son dos sur l’ouverture du score française, directement responsable (8e). Son repositionnement à droite n’aura pas mis fin à son calvaire, au contraire, c’est lui qui est encore impliqué sur le deuxième but français (27e). Il a eu le mérite de réagir en deuxième période avec une montée côté droit qui a débouché sur un centre intéressant (70e).

- Bare (5) : le milieu de terrain s’est battu et s’est énormément donné dans l’entrejeu. Mais à l’image de son équipe il a peiné à exister car il n’a pas eu beaucoup de ballons à jouer. Ce fût, toutefois, l’un des joueurs albanais les plus intéressants balle au pied mais ses qualités n’ont pas pu être exploitées ce soir.

- Uzuni (3) : un match compliqué pour l’attaquant. Il est souvent redescendu très bas pour aider ses coéquipiers en défense. Sevré de ballons, il a tenté de lancer des contre-attaques sur les rares incursions de son équipe dans le camp tricolore. Insuffisant pour espérer inquiéter la défense des Bleus.

- Balaj (3) : à l’instar de son compère de l’attaque, le joueur du Sturm Graz a vécu une soirée cauchemardesque. Difficile de le critiquer car il a touché très peu de ballons. Un match à oublier pour lui, en espérant des jours meilleurs. Remplacé par Sokol Cikalleshi (61e) qui a provoqué et transformé un penalty (90e).

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10