Juin 2011. Englué dans le ventre mou du championnat, le Paris Saint-Germain se cherche un nouveau souffle. C’est alors qu’arrive QSI (Qatar Sports Investments) qui rachète le club parisien pour un montant compris entre 30 à 40 millions d’euros. À partir de cette date, rien ne sera plus pareil pour le PSG. Que ce soit au niveau des résultats, du palmarès, de l’aura et bien sûr du mercato. Avec une enveloppe de 100 millions d’euros pour commencer, le nouveau directeur sportif du club, Leonardo, a carte blanche pour faire de Paris une très grande équipe. Et il va le faire. Le Brésilien va aller chercher - surtout en Italie - des joueurs de grande classe. À la volée : Javier Pastore, Edinson Cavani, Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva, Angel Di Maria, Marco Verratti ou encore David Luiz.

Un très bel avant-goût avant le feu d’artifice de l’été 2017 avec Neymar et Kylian Mbappé où Paris dépense pour les deux joueurs pas moins de 400 millions d’euros. Un record absolu pour le club parisien et un coup de projecteur monstrueux sur lui. Sans que cela ne soit pour autant la première fois. Avant l’arrivée de QSI déjà, le PSG savait frapper fort sur le marché. On pense bien sûr à George Weah en 1992, Rai en 1993, Jay-Jay Okocha en 1998 (pour 17,4 millions d’euros) ou encore Ronaldinho en 2001, qui se révélera être une très grosse pioche puisqu’il sera vendu pour plus de 32 millions d’euros au FC Barcelone deux ans plus tard. Donc non, Zlatan Ibrahimovic n’avait pas forcément vu juste lorsqu’il avait déclaré que Paris n’avait pas d’histoire avant l’arrivée des Qataris. Le Paris Saint-Germain agitait déjà le mercato depuis l’arrêt Bosman.

Bien sûr, comme tous les supporters parisiens vous le diront, il n’y a pas eu que des réussites sur les mercatos parisiens. En vrac, citons Mateja Kezman dont les relations avec les fans furent exécrables à partir du soir où il jeta son maillot sur la pelouse, Serguei Semak, achat compulsif plus que véritable bonne idée, ou encore le duo mythique brésilien - ou plutôt tragique, c’est comme vous voulez - Souza et Everton. Le premier aura le numéro 10, le deuxième se comparera à Robinho à son arrivée, mais aucun des deux ne trouvera le chemin des filets au PSG. Un point positif tout de même : ils ont porté la tunique parisienne au contraire de Hakan Yakin. Le Suisse, arrivé en 2003, ne restera que 20 jours sous contrat dans la capitale ne s’entraînant même pas une seule fois avec ses coéquipiers.

Un tas d’anecdotes et d’histoires que nous vous proposons de découvrir dans la vidéo ci-dessus.

- L’incroyable histoire du mercato du Real Madrid

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10